-->

Mes dernières chroniques :

https://liredelivres.blogspot.fr/2017/05/corbeaux-juliette-lemaitre-manipulation.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/05/operation-pantalon-cat-clarke.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/04/passenger-tome-1-alexandra-bracken.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/04/graces-tome-1-laure-eve.htmlhttps://liredelivres.blogspot.fr/2017/03/demain-nest-pas-un-autre-jour-robyn-schneider.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/03/la-tour-aux-mille-etages-katharine-mcgee.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/02/phobie-douce-john-corey-whaley.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/02/coeurs-brises-tetes-coupees-robyn-schneider.html

mercredi 2 octobre 2013

=> Les cendres d'Auranos - Morgan Rhodes [Le dernier royaume, #1] <=

Attirée par une jolie couverture et un résumé intrigant, j'ai succombé aux premiers charmes du roman Les cendres d'Auranos de Morgan Rhodes. Mais ce livre avait aussi des charmes cachés dans ses pages et après mes premiers émois pour son allure, j'ai été formidablement séduite par son fond. Toutefois, avant de faire cette chronique, quelques présentations s'imposent : Morgan Rhodes est l'un des pseudonymes de Michelle Rowen, connue pour ses séries Belladone et Sarah Dearly chez Milady, & son roman Les cendres d'Auranos est le premier d'une saga de quatre tomes intitulée Le dernier royaume [le tome 2 sort d'ailleurs en VO en décembre prochain]. Voilà mes petits chats, vous savez tout... ou presque ^^


Éditeur : Michel Lafon 
Collection : Michel Lafon Jeunesse
Genre : roman, fantasy
Public : dès 15/16 ans
Nombre de pages : 400
Date de parution : 03/10/2013
Prix : 15,95€

Résumé
"Cleo : La princesse gâtée d'Auranos s'embarque dans un dangereux périple en territoire ennemi à la recherche d'une magie que tous pensent éteinte. 
Jonas : Un Paelsien rebelle, indigné par les injustices que subit son peuple, se retrouve à la tête d'une révolution qui grondait depuis des siècles.
Lucia : L'Enchanteresse, adoptée à la naissance par la famille royale de Limeros, devra découvrir la vérité sur son passé et apprendre à contrôler son héritage surnaturel avant qu'il ne la détruise. 
Magnus : Le prince limérien, élevé dans le sang, la violence et la soif de conquête, réalise que son coeur pourrait lui être bien plus fatal que la plus tranchante des épées. 

Après des siècles de paix, une rumeur de guerre se propage dans les trois royaumes d'Auranos, de Paelsia et de Limeros. Au centre de ce conflit naissant, une funeste prophétie : une magie perdue, sur le point de resurgir. Pour la maîtriser, tous les coups sont permis et seuls les plus forts, ou les plus rusés, s'en sortiront."

Avis
Cela faisait longtemps que je n'avais pas plongé dans un roman de fantasy comme ça. Après la saga Eragon de Christopher Paolini & Les chevaliers d'Emeraude d'Anne Robillard, j'ai un peu laissé tomber le genre, ou ne m'y suis plus intéressée plutôt faute de trouver quelque chose à mon goût et parce que mes intérêts ont été pris ailleurs... Mais l'annonce de la sortie française de la série Le dernier royaume a tout changé ! L'envie de m'y remettre traînait quelque part dans mon esprit, et j'ai choisi de me lancer avec cette parution. Dans le mille ! J'ai retrouvé tout ce qui m'avait plu avant, et plus encore.

Tandis que les peuples de Paelsia et de Limeros survivent tant bien que mal dans des conditions difficiles, le royaume d'Auranos prospère. Il est le seul à disposer d'un climat favorable et de ressources encore suffisantes pour chacun, ses habitants ne se meurent ni du froid ni de la misère. Une situation enviée par les deux autres territoires, d'abord de façon discrète. Mais tout éclate au grand jour lorsque le prétendu de la princesse Cleo, fille du roi d'Auranos, assassine un vendeur de vin en Paelsia. Cet acte fera naître la fureur de son frère, Jonas, qui se lancera dans une lutte pour la défense de ses droits, des droits de tous. Ce qui n'était que l'idée d'une vengeance devient un plan d'anéantissement, sous fond de manipulations et de tromperies...

J'ai fini ce tome en trépignant et sautant comme une puce, tant de frustration que de joie. L'histoire était prenante, les personnages caractéristiques, l'action haletante et les rebondissements ahurissant. Bon, a priori, la quatrième de couverture laisse tout envisager : la guerre, l'amour, la magie, et au passage quelques révélations. Mais ce n'est que la partie visible de l'iceberg, et les pages vous cachent encore bien des secrets ! Alors on a beau savoir quelques petites choses avant un tel ou un tel, il ne nous en reste pas moins toute la surprise de voir comment l'un et l'autre vont se trouver, comment l'auteure va nous mener du point A au point B, comment ce qui est impossible deviendra possible. Et surtout, quelles seront les conséquences... La quatrième de couverture expose à merveille cette idée : elle dit tout, sans pour autant tout révéler, et le lecteur est certain de savoir à quoi s'en tenir après l'avoir lu. De l'amour, de la haine, du sang, de la magie, une guerre. C'est alors que les questions s'enchaînent, que notre intérêt se trouve captivé et que les pages se mettent à voler ! 
Et notre coeur se met lui rapidement à palpiter ! Morgan Rhodes ne ménagera pas son lecteur, ce qui est annoncé dès l'ouverture du roman. Les épées sortent, les secrets commencent et le sang coule. Nous sommes directement plongés dans l'action et l'intrigue. Il n'y a pas d'installation ou de lenteur prise dans une quelconque présentation, tout est direct et les explications ne se feront que lorsque le moment sera venu. Entre temps, profitons de la plume de l'auteure ! Il y a peut-être par endroit des traductions qui feront sourire, ou des expressions inattendues, mais chaque mot n'en reste pas moins prenant et plein de vie. Que l'on soit en plein combat ou en pleine déclaration d'amour, l'auteure parle avec les bons mots et nous transmet l'impression d'y être. Pourtant, il n'y a pas de première personne et l'on change régulièrement de point de vue, de décor, ce qui ne m'a pas empêchée de suivre chacun des personnages et de me retrouver facilement dans le roman. L'écriture est fluide, elle coule presque. Et l'on ne s'ennuie a aucun moment. Qui que l'on soit...
En effet, l'histoire se raconte à plusieurs voix : celle de Cleo, princesse d'Auranos, celle de Magnus, prince de Limeros, et celle de Jonas, paysan paelsien. Trois personnalités, trois parcours, trois pays, qui vont se rencontrer et changer l'Histoire. On commence par découvrir Cleo, princesse pourrie gâtée, superficielle et impertinente. Non destinée au trône, elle profite de son statut et de ses privilèges, sans plus de questions. Si l'envie m'a prise de la bousculer plus d'une fois, je l'ai néanmoins trouvée sympathique et touchante, à sa façon. C'est un personnage sincère, entier, déterminé et charismatique. Comme les deux autres. Jonas est le frère de Tomas, l'homme tué par Aron, le fiancé de Cleo. Anéanti par la mort de son frère, il va chercher à se venger, par tous les moyens. Son histoire n'est pas facile, au même titre que sa vie, et c'est un personnage pour lequel on éprouve rapidement de l'affection, ne serait-ce que pour ce qui arrive son frère. Son combat nous semble juste, et j'ai pris plaisir à le suivre dans chaque étape, admirant sa force, son endurance et son intelligence. Il ira jusqu'au bout pour venger la perte de son frère et c'était incroyable à voir. Magnus, enfin. Tout en profondeur et en secret. C'est celui auquel je me suis le plus identifiée. Il est perdu, affolé, sombre, et son passé, son présent n'arrangent rien. Dans l'ombre de son père, roi de Limeros, redouté et appelé le roi du sang, Magnus grandit et apprend à être un jour le roi que son père espère. A chaque croisement entre ces trois là, des étincelles se produisent et le lecteur n'est jamais loin de l'éruption ! Leur histoire, leur personnalité, leur statut, ils s'opposent autant qu'ils se ressemblent. Leur rencontre bouleversera les royaumes, mais aussi ceux qui leur sont proches, à l'image d'un effet boule de neige, ou d'une théorie du chaos... ["Le battement d'aile d'un papillon..."] Mais ici, cette dernière serait plutôt une prophétie ! 
Morgan Rhodes n'arrête pas sa palette de personnage à ces trois principaux, l'histoire est aussi celle de Lucia, la soeur de Magnus, d'Emilia, celle de Cleo, les rois de chaque royaume et du Sanctuaire. Au départ un simple lieu, l'auteure l'a élevé à mes yeux au même niveau qu'un personnage. Il espère, il pleure, il vit. Mais il est avant tout mourant. Il a un destin, des rêves, des attentes. Il complote, il manipule. Il ment. On n'en voit pas grand chose dans ce premier tome, mais on comprend rapidement son histoire et son importance dans la suite des événements. Il participe à l'intrigue, comme tout autre protagoniste. Un tour de main improbable, pour moi qui ne pensais pas un jour aimer un lieu au même titre qu'un personnage. Et à l'image des autres, il y a ce fil invisible entre son histoire et celles de Cleo, Magnus et Jonas, une sorte de fil d'Arianne, qui fait que chacun est lié, participe à l'intrigue et au dénouement... qui n'est pas encore au rendez-vous.
L'histoire pourrait paraître bien classique à tous les lecteurs de Fantasy. La prophétie, une histoire de magie et de monde en perdition. Un seul être pour sauver tous les autres. Des sacrifices, des guerres. Et quelques romances pour enjoliver un peu ce monde de bruts. Et de l'espoir, pour donner un côté juste à la bataille, une raison à chacun de s'affronter, un but à atteindre pour ne pas renoncer. Mais, ce sont juste là les caractéristiques propres au genre, et il y a ce lien entre tous les éléments du roman, cette attache, qui créé une certaine synergie, comme un mouvement constant bien qu'imperceptible. Et tout du long, Morgan Rhodes se joue de notre coeur et de notre esprit, rivalisant de rebondissements et de révélations pour ébranler nos certitudes ou nos espoirs. Elle n'a cure de nos états d'âme ou de nos petites volontés personnelles. L'Histoire est déjà écrite, nous ne pourrons rien y changer... Nous ne sommes que des spectateurs. Comme l'ont été Cléo, Jonas et Magnus, avant d'être à la tête d'un mouvement naissant, d'une guerre dont on ne sait encore qui sera épargné...

Et s'il ne fallait qu'une citation pour vous convaincre : 
"Magnus avait toujours été un idiot. Un enfant. Qui se faisait facilement battre ou tromper par les plus gros, les plus forts ou les plus puissants. Toute sa vie, il avait connu cette douleur et simplement élaboré un masque extrafin pour dissimuler ses véritable sentiments. Mais les masques s'enlevaient facilement, et quelques mots suffisaient à les briser. 
A partir d'aujourd'hui, il n'était plus un enfant. Il avait tué. Il avait perdu celle qu'il aimait plus que tout. Et elle ne lui ferait plus jamais confiance comme avant. A partir d'aujourd'hui, rien ne serait plus jamais pareil avec Lucia. Il avait détruit cela pour toujours. Et l'espace d'un instant, seul dans ses appartements, il serra les poings sur ses côtes et s'autorisa à pleurer la perte de sa soeur et meilleure amie. 
Puis, son coeur brisé en mille morceaux se transforma lentement en glace."

~~~~~~
Les cendres d'Auranos est un premier tome prometteur, saisissant et farouche ! Si Morgan Rhodes a d'abord commencé par la bit-lit et le fantastique sous le nom de Michelle Rowen, elle ne s'en débrouille pas moins aussi bien en fantasy. L'histoire est entraînante et rythmée, l'intrigue développée et intéressante. Le tout porter par des personnages qui - clairement - en imposent, prêts à tout pour son pays et ses idéaux. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci pour votre petit mot ♥