-->

Mes dernières chroniques :

https://liredelivres.blogspot.fr/2017/01/dans-la-foret-jean-hegland.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/01/lechappee-allan-stratton.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/01/blue-la-couleur-de-mes-secrets-camille.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/01/sweet-emmy-laybourne.html https://liredelivres.blogspot.fr/2016/12/obsidienne-jennifer-l-armentrout-lux-1.html https://liredelivres.blogspot.fr/2016/11/cette-obscure-clarte-estelle-laure.html https://liredelivres.blogspot.fr/2016/11/le-syndrome-du-papillon-maxence-fermine.html https://liredelivres.blogspot.fr/2016/11/au-pays-de-lailleurs-tahereh-mafi.html

mercredi 22 février 2017

=> Marquer les ombres - Veronica Roth [Marquer les ombres, #1] <=

Éditeur : Nathan
Traductrice : Anne Delcourt
[Lien éditeur] - [Page facebook]
[Lien auteur] - [Page facebook]
Genre : science-fiction , ado
Public : dès 14/15 ans
Nombre de pages : 478
Date de parution : 17/01/2017
Prix : 17,95€
- Saga -

Résumé
« Dans une galaxie dominée par une fédération de neuf planètes, certains êtres possèdent un “don”, un pouvoir unique. Akos, de la pacifique nation de Thuvhé, et Cyra, soeur du tyran qui gouverne les Shotet, sont de ceux-là. Mais leurs dons les rendent, eux plus que tout autre, à la fois puissants et vulnérables. Tout dans leurs origines les oppose. Les obstacles entre leurs peuples, entre leurs familles, sont dangereux et insurmontables. Pourtant, pour survivre, ils doivent s’aider... ou décider de se détruire. »

Avis
Annoncé en fanfare, doublé d'une sortie mondiale, Marquer les ombres de Veronica Roth était LA sortie YA de ce début d'année 2017 ! Et pour cause, entre le succès de la trilogie Divergente et l'adaptation cinématographique qui a suivi (avec moins de succès malheureusement). Pourtant, le mystère restait sur ce que contenait vraiment ce premier opus. Quant aux premiers avis anglophones et français écrits après sa parution, ils ont laissé place en moi à un certain doute. Je n'ai tout de même pas hésité à le lire dès que je l'ai reçu ! 

J'en ressors avec une émotion étrange, un sentiment d'entre deux : ma joie de l'avoir découvert se mêle à une pointe de déception, et cette déception à un engouement que je ne m'explique pas pour la suite. Marquer les ombres est un premier tome qui - à mon sens - comporte des accrocs, qui m'a par moments laissé indifférente, mais dans lequel j'ai tout de même trouvé un intérêt et pris du plaisir.
Celui de retrouver Veronica Roth d'abord, parce que j'apprécie beaucoup sa manière d'écrire, ses descriptions et ses personnages. Elle nous emporte à nouveau dans un univers complet, tout aussi dense que celui de Divergente. Cependant, j'ai trouvé certains aspects de ce monde « déjà vus » et parfois trop compliqués/pas assez expliqués, alors que ces descriptions occupent beaucoup l'espace. Même si je visualisais les décors, les vaisseaux, ces longs moments faisaient perdre en allure au récit. Il y avait quelque chose de plat, un peu creux. 
Les personnages m'ont donné la même impression. J'ai fini par apprécier ce duo vers la fin, alors même qu'on voit dès le départ tout venir dans leur relation. Akos et Cyra sont deux êtres que tout oppose, dans la personnalité comme dans la vie. Mais le destin leur offre la possibilité de se rencontrer, et tout le monde devine la suite... Malgré cela, en fin du récit, je ne peux m'empêcher de voir l'évolution de ces personnages. Et d'apprécier ce qu'ils représentent : Cyra n'en donne pas l'air, mais c'est une jeune fille déterminée, rebelle et intelligente ; Akos l'illustration du proverbe qui dit qu'il faut se méfier de l'eau qui dort.
Malheureusement, j'ai trouvé que le récit pâtissait un peu de ce cadre... L'espace laissé à la description de l'univers casse le rythme du récit, le côté « déjà vu » nous fait ressentir une sorte de trop-plein et le duo Cyra/Akos, s'il fonctionne, ne permet aucune vraie surprise. J'ai trouvé qu'il manquait au tout quelque chose d'inattendu, de singulier. Le final rattrape tout de même - et de peu - mon avis global sur ce roman. L'action y est plus présente et je suis ressortie de ma lecture avec une réelle curiosité pour la suite. Pas seulement pour savoir s'il y aurait du mieux, mais aussi par souci des personnages.
Alors que s'est-il passé avec Marquer les ombres ? Toute cette communication m'en faisait-elle trop attendre ? Quoi qu'il en soit, ce roman n'était finalement le livre attendu. Toutefois, je ne peux noter qu'il a un potentiel, que j'espère voir développer par la suite. Et pour l'excuser, disons que c'est un premier tome, et que je suis certaine qu'il trouvera tout de même son public ! 

~~~~~~
Marquer les ombres de Veronica Roth aura eu moins de succès dans mon coeur que Divergente ! Pour autant, je reconnais le potentiel du roman : l'univers est riche et les personnages reflètent une belle image. L'auteur, si elle reste dans quelque chose d'accessible pour elle, m'a accrochée ce qu'il fallait pour ne pas que j'abandonne sans tout comprendre. Quant à la suite, je me dis qu'il peut y avoir du mieux... Wait and see !

+ Je remercie les éditions Nathan pour cette lecture

lundi 20 février 2017

=> Coeurs brisés, têtes coupées - Robyn Schneider <=

Éditeur : Gallimard Jeunesse
Traductrice : Nathalie Peronny
Genre : contemporain, YA
Public : dès 15 ans
Nombre de pages : 304
Date de parution : 10/10/2013
Prix : 16,90€
- One-shot - 
- Disponible en poche -

Résumé
« Ezra Faulkner, 17 ans, sportif, beau, brillant, appartient à la clique branchée du lycée d'Eastwoood High, en Californie. Mais un soir d'été un drame survient et sa vie bascule. Son année de terminale ne se passera pas comme prévu, Ezra ne sera plus le roi de la promo qu'on attendait...
Brisé, il déjeune désormais à la table des losers. Parmi eux, il y a une nouvelle, excentrique et fascinante : Cassidy Thorpe...
»

Avis
Quel roman frais ! Quel roman drôle ! Coeurs brisés, têtes coupées de Robyn Schneider se trouvait en ma possession depuis quelques années maintenant et ce n'est qu'avec la sortie française de Extraordinary means - chez Gallimard Jeunesse sous le titre Demain n'est pas un autre jour ce mois-ci - que je me suis enfin décidée à le sortir de ma PAL. Il était temps, dirons-nous... J'ai passé un moment extra en compagnie d'Ezra ! Et j'ai à l'occasion découvert la plume de Robyn Schneider, pour laquelle je craque totalement ! Laissez-moi vous parler de ce bijou, aussi drôle que profond

Après avoir découvert sa petite amie dans les bras d'un autre, Ezra quitte précipitamment la fête à laquelle il se trouvait.

Vous voulez savoir le premier point qui m'a littéralement faite fondre : Ezra Faulkner ! Tout le roman est de son point de vue, un point de vue masculin, brut et drôle, tellement drôle. Et avouons qu'un roman contemporain YA narré par un jeune garçon est plutôt chose rare dans le paysage. Plus encore quand une histoire d'amour pourrait se cacher dans l'intrigue... Coeurs brisés, têtes coupées est tout du long à l'image de son narrateur, charmeur et taquin, sincère et bouleversant.
Mais Ezra est aussi et avant tout un personnage, amenant une histoire et une âme à l'intrigue. Coqueluche du lycée, il est victime d'un accident et tombe de son piédestal. Il change de statut social au lycée, comme de regard sur ceux et ce qui l'entourent. On pourrait s'attendre à un personnage imbu, le cliché du populaire, pourtant il en est loin. Entre prise de conscience et révélations, il ne s'agit pas d'une histoire sur sa descente du trône, plutôt d'un premier amour et d'une première amitié, d'un roman qui parle de la construction de soi et de son rapport aux autres.
Outre le personnage principal, j'ai également beaucoup aimé Cassidy et Toby, amenant plus de nuances au récit. La première pour ses secrets, le second pour son authenticité et sa fraîcheur. J'ai également aimé ce roman à cause de/grâce à son côté décalé, j'ai aimé son titre avant son histoire. Robyn Schneider a su doser habilement humour et émotions, tant dans les thèmes abordés (reconstruction, deuil, amitié) que dans la personnalité des personnages. Si bien que tout ce qui semble pesant dans ce récit n'est en fait que légèreté.
D'un chapitre à l'autre, on s'émeut autant que l'on rit. La palette d'émotions est large, l'écriture si délicate. C'est à la fois tranchant et détaché, singulier et intime. L'auteur porte un regard juste sur l'avenir et la confiance en soi, à un âge où les doutes sont récurrents, les choix oppressants. Que peut bien devenir Ezra maintenant que le tennis n'est plus une option, que son statut est derrière lui ? Robyn Schneider nous interroge sur tout ce qui construit l'identité adolescente, sans entrer dans la facilité.
Le récit est plus qu'à son tour surprenant dans cette idée. Impossible d'en prévoir les révélations ou le final, tant il nous entraîne et nous retient avec force. Finalement, on se prend à ne pas vouloir savoir ce qui va arriver, seulement à le vivre. Coeurs brisés, têtes coupées n'est pas un YA contemporain comme les autres, et si j'ai un regret à son sujet, c'est bien de ne le découvrir que maintenant. Mais je ne ferai plus la même erreur et il me tarde de découvrir le nouveau roman de Robyn Schneider !

~~~~~~
Coeurs brisés, têtes coupées de Robyn Schneider m'aura mis autant d'étoiles dans les yeux que de larmes. S'il ne se veut pas bouleversant, il l'est dans la force de ses personnages et son écriture, dans les émotions qu'il communique et les états d'âme qu'il retranscrit. Robyn Schneider a su évoquer des maux adolescents avec justesse, s'éloignant des clichés et des déjà vus. Oui, il est question du populaire de l'école et de son retour parmi les « losers », mais ce n'est pas le récit de sa descente, ni de son apitoiement. C'est une quête d'identité aux deux visages, croire en soi et se relever après la douleur, portée par l'humour et la dérision. Et des personnages qui deviendront vite vos meilleurs amis !

mercredi 15 février 2017

=> Quelques minutes après minuit - Patrick Ness <=

Éditeur : Gallimard Jeunesse
Traducteurs : Bruno Krebs & Faustina Fiore
Illustrateur : Jim Kay
Genre : contemporain, jeunesse
Public : dès 11/12 ans
Nombre de pages : 368
Date de parution : 21/11/2017
Prix : 25€
- One-shot - 
- Existe en poche - 
- Adapté au cinéma -

Résumé
« Depuis que sa mère est malade, Conor redoute la nuit et ses cauchemars.
Quelques minutes après minuit, un monstre vient, qui apporte avec lui l'obscurité, le vent et les cris... »

Avis
Patrick Ness est un auteur qui m'attire depuis des années, notamment grâce à sa trilogie Le chaos en marche - parue chez Gallimard Jeunesse. Cette année, je me suis enfin lancée dans la lecture de ses romans, en commençant par la magnifique version illustrée de Quelques minutes après minuit. S'il me tarde de découvrir l'adaptation qui en a été faite, je préfère pour le moment rester bercée par la poésie qui se dégageait de l'histoire et des mots de Patrick Ness. Les dessins de Jim Kay m'ont plongée dans l'histoire, autant que la plume de l'auteur. J'ai eu un coup de coeur entier pour ce roman !

mardi 14 février 2017

#Routine du lecteur/blogueur

• L'idée : en tant que lecteurs/en tant que blogueurs/en tant que lecteurs et blogueurs, on se retrouve parfois confronter à des petits problèmes, des petites angoisses, des questions, auxquels on aimerait bien une solution.
• Pourquoi ? Parce que j'aimerais être libraire/bibliothécaire/secrétaire d'édition, sans avoir cette chance pour le moment. Parce que j'aime conseiller, blablater, le tout dans l'esprit livresque. Parce qu'il est toujours bon d'avoir quelques conseils. Parce qu'on se pose peut-être les mêmes questions, et que nous pourrions y répondre ainsi ensemble. 
• Comment ? Chaque mois, j'exposerai un problème/une question et tenterai de lui apporter des solutions, misons sur trois. Le tout accompagné de quelques idées livresques en fin d'article. 
Let's go ! 
~~~~~~

♡ Be My Valentine ♡

lundi 13 février 2017

=> NEED - Joelle Charbonneau <=

Éditeur : Milan
Traductrice : Amélie Sarn
Genre : thriller, YA
Public : dès 14 ans
Nombre de pages : 320
Date de parution : 19/10/2016
Prix : 14,90€
- One-shot -

Résumé
« Les adolescents du lycée de Nottawa se réunissent tous sur NEED, un nouveau réseau social qui leur promet de répondre à leurs besoins sous couvert d’un total anonymat, quels que soient ces besoins… et quelles qu’en soient les conséquences. Car, c’est bien connu, on n’a rien sans rien. Et si au départ la contrepartie semble dérisoire, il y a bientôt des morts dans la petite communauté… »

Avis
Après avoir terminé la trilogie L'élite [également éditée chez Milan], j'étais impatiente de retrouver Joelle Charbonneau, sa plume franche et intense, ses réflexions sur notre société. J'attendais NEED de pied ferme, et je n'ai donc pas tardé à le lire une fois rentrée chez moi. Qu'en a-t-il été ? Si je n'ai pas eu le même amour pour ce one-shot que pour la trilogie, c'est uniquement parce que j'en attendais trop. Ce fut tout de même une lecture surprenante ! J'ai accroché dès le départ et j'ai eu beaucoup de mal à me dire que le roman était fini lorsque j'en ai tourné la dernière page.