-->

Mes dernières chroniques :

https://liredelivres.blogspot.fr/2017/03/demain-nest-pas-un-autre-jour-robyn-schneider.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/03/la-tour-aux-mille-etages-katharine-mcgee.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/02/phobie-douce-john-corey-whaley.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/02/pieges-christy-saubesty.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/02/marquer-les-ombres-veronica-roth.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/02/coeurs-brises-tetes-coupees-robyn-schneider.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/02/quelques-minutes-apres-minuit-patrick-ness.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/02/la-vie-enfuie-de-martha-k-angelique-barberat.html 

vendredi 27 février 2015

=> Noël en février - Sylvia Hansel <=

J'étais comme une folle en découvrant que j'avais été sélectionnée pour la Masse critique de Babelio, encore plus pour ce titre ! Noël en février de Sylvia Hansel était l'un des romans qui me tentaient le plus dans la sélection. La couverture m'a tout de suite attirée et le résumé a totalement retenu mon attention. J'avais plus que hâte de le recevoir et de pouvoir le lire. Maintenant que c'est chose faite, revenons ensemble sur cette lecture... particulière. 

Éditeur : Rue fromentin
Collection : fictions
Genre : romance, contemporain
Public : dès 16 ans
Nombre de pages : 256
Date de parution : 12/02/2015
Prix : 20€

Résumé
"Tout commence le 11 septembre... mais en 1996. Si aucun avion ne vient percuter les Twin Towers, Camille, quinze ans, croise le regard de Mathieu. Pour elle, aucun doute : ce garçon sera LE garçon, celui qui bouleversera sa vie. Il sera son amour et son seul ami, celui qui l'aidera à échapper à sa petite vie solitaire, à sa famille recomposée, à son lotissement pavillonnaire et aux pauvres types qui traînent sous l'abribus. Mais évidemment, rien ne se passe comme prévu.
Entre grandes espérances, rock et quiche lorraine, Camille comprendra que Noël ne revient pas en février, même quand on essaie de toutes ses forces."

Avis
Je marche souvent à l'instinct en matière de romans, encore plus lorsque je suis en terrain inconnu. Mais il suffit que le résumé possède les bons mots et je fonds comme Olaf au soleil. Qu'importe que ce ne soit pas ce que j'ai l'habitude de lire, qu'importe que je sorte un peu de ma zone de confort. Après, c'est quitte ou double, ça passe ou ça casse. Noël en février a fait parti de ce cas de figure. Il y a quelque chose qui a rapidement retenu mon attention dans ce roman et en le découvrant pleinement, j'ai fait une très bonne découverte.

Clairement, si vous cherchez une romance pleine d'action, il vaut mieux passer votre chemin. Cependant, si la romance pleine et entière vous intéresse, découvrir un premier béguin d'ados avec ses espoirs et ses doutes, ses hauts et ses bas, alors notez Noël en février de Sylvia Hansel sur un papier puis foncer chez votre libraire.
Camille va nous livrer trois années de sa vie, dans tout ce qu'elles ont eu de plus intimes et de moins privé. Le récit commence à son entrée au lycée Grands-Bois, où elle se prépare à des études en arts. Là, elle croisera le regard de Mathieu, un regard bleu des mers du sud qui envoûtera notre jeune artiste. Mathieu, qui deviendra alors son grand amour, le garçon qu'elle ne pourra pas oublier. Pourtant, on sait bien que les histoires d'ados sont toujours difficiles. A peine Camille commence-t-elle à faire la connaissance de Mathieu que celui-ci quitte le lycée.
Sur le coup, j'ai eu un petit peu de mal à me faire à ce ton qu'emploie Sylvia Hansel, cette familiarité dans le langage de Camille. Puis j'ai pris du recul : Camille nous parle comme elle parlerait à n'importe qui. Je suis passée de lectrice à confidente, la plume tissant rapidement un lien ténu entre Camille et moi. J'ai ainsi vécu chaque instant avec elle, comme une amie l'aurait fait. Je me suis sentie très proche d'elle et je regrettais seulement de ne pas pouvoir l'aider dans ses choix, la défendre dans les mauvaises passes.
Sylvia Hansel et ses personnages m'ont montré une autre facette de l'adolescence. En 1996, j'avais six ans et j'étais loin de me soucier de ce qu'il adviendrait à mes seize ans, l'âge de Camille quand on la rencontre. Et aujourd'hui, je suis loin d'avoir connu ce qu'elle a connu à cet âge. Drogue, alcool, sexe, sorties, à un âge où l'on se cherche et où l'on peut se perdre si facilement. Camille a été plongée dans des dérives qui m'ont effrayée, suscitant mon inquiétude bien trop à mon goût. Des détours que je n'ai pas su voir venir, mais que j'aurais tellement aimé qu'elle puisse éviter. Des passages sombres, empreints de cynisme et de réalisme.
Toutefois, je reste moins convaincue par le reste des personnages. En dehors de Camille, ce sont des ados que j'ai eu du mal à comprendre, qui font partie de sa vie mais que je n'ai pas su cerner. A commencer par Mathieu. Le point de vue interne ne permettait pas de connaître ses doutes, ses hésitations. C'est quelque chose qui m'a manqué. D'autant que ce garçon n'est pas des moins timides... Malgré tout, on comprend l'attrait qu'il représente pour Camille. Et on espère tout du long que Noël puisse avoir lieu en février.
Une fois plongée dans Noël en février, il est difficile d'en ressortir. Je me suis sentie happée par l'histoire, par Camille, incapable de la lâcher tant que je ne savais pas si tout irait bien. La fin m'a presque parue arriver vite, trop vite. Trois ans sont passés et une année de plus, quelques pages de plus m'auraient fait beaucoup de joie. Je suis ravie du temps que j'ai passé avec Camille et de la découverte que j'ai faite avec Sylvia Hansel.

~~~~~~

Noël en février de Sylvia Hansel est un très beau roman ! Je n'ai pas eu de coup coeur à cause de ces petites choses auxquelles j'ai eu du mal à me faire. Mais j'ai eu un coup de coeur pour Camille, pour son histoire, abordée avec sensibilité et délicatesse. Pour l'écriture de l'auteure, pleine et fascinante. C'est un roman qui m'a sortie de mes habitudes et m'aura fait beaucoup de bien. Le final est saisissant et nous interpelle une dernière fois, à l'image de la vie de notre narratrice. 


Je remercie Babelio et les éditions Rue fromentin pour leur confiance et  cette lecture !

mercredi 25 février 2015

/ Tag : Code de la route /

Hello les petits chats ! 

On se retrouve aujourd'hui avec un tag, grâce à Lena [du blog Un univers de livres] qui m'a taguée pour le tag du Code de la route :D Il a été créé par Les livres d'une vie et je suis ravie de le découvrir et d'y répondre.

Let's go !

1/ PARKING - Combien de livres as-tu dans ta PAL ? 

A priori, une bonne centaine. Je n'en tiens pas vraiment le compte, à part sur Livraddict. Mais je ne suis pas tout à fait à jour. Je ne suis pas du genre à m'inquiéter pour la quantité qu'elle contient et j'aurais plutôt tendance  à la remplir comme je le veux. Oups.

2/ LIMITATION DE VITESSE - Quelle limitations donnes-tu à ta PAL ?

Je n'ai pas encore de la limiter... J'aime avoir du choix, pouvoir choisir un livre pour finalement changer d'avis. J'aime me poser devant ma biblio, regarder ma PAL et toutes les promesses qu'elle contient. Juste me dire que tout est possible, que j'ai de la lecture pour des mois. Puis s'il y a une attaque de zombies [ou autre] et que je ne puisse pas sortir, j'aurais toujours de quoi m'occuper. Et apprendre à aller leur botter les fesses ! 

3/ ROUTE PRIORITAIRE - Quel livre est ta prochaine priorité ? 

Si je le reçois un jour, ce sera Bertrand et Lola d'Angélique Barbérat... En attendant, je me plongerai dans La petite boulangerie du bout du monde de Jenny Colgan. Un sp que j'ai reçu avec un peu de retard et qui m'a l'air d'être le genre de livre dont j'ai inconsciemment besoin en ce moment. 

4/ RÉSERVÉ AUX CAMIONS - Quel pavé liras-tu prochainement ? 

La petite boulangerie du bout du monde, justement ! Voici le résumé : "Quand sa vie part en miettes, Polly Waterford quitte Plymouth et trouve refuge dans un petit port tranquille des Cornouailles. 
Très vite, les arômes de bon pain chaud qui s'échappent de chez elle vont ttout changer dans le village. Au fil des rencontres farfelues (un bébé macareux blessé, un apiculteur dilettante, des marins gourmands), Polly recommence à mordre dans la vie comme dans une miche croustillante !"

5/ RÉSERVÉ AUX BUS - Un livre que tu réserves pour une période spéciale :
 
Cela fait quelques mois que j'attends pour le lire : Le prince mécanique de Cassandra Clare. Parce que c'est cette année le final de The mortal instruments... Je voulais me le garder pour la fin, pour passer un mois entier, voire peut-être juste une semaine sur les Mortal Instruments, préquelles et saga comprises

6/ STOP - Un livre que tu as abandonné :

J'abandonne rarement mes lectures, même quand je bloque sévère. Mais s'il y a bien des livres que j'ai abandonnée - et je sais que ce n'est pas bien - ce sont mes lectures scolaires. Si je les appréciais bien au collège et au lycée, par la suite ça n'a plus été pareil. Et s'il y en a un qui doit illustrer ce sixième point ce sera : L'âge d'homme de Michel Leiris.

7/ ISSUE DE SECOURS - Un livre que tu as arrêté mais que tu vas reprendre pendant une autre période : 

Là encore, il m'arrive rarement d'arrêter une lecture pour la reprendre plus tard... Mais il y a bien Toi et moi à jamais d'Ann Brashares. Le résumé avait l'air génial, alors je m'étais lancée pour finalement m'ennuyer en quelques pages... Je n'avais pas eu la force de le continuer alors. Et je pensais même ne jamais le reprendre. Mais j'entends partout que les romans d'Ann Brashares valent le coup, donc je veux au moins découvrir celui-là. Peut-être cet été, ou au printemps. Je pense qu'il collerait bien au printemps. 

8/ SENS INTERDIT - Quel genre de livre ne t'attire pas particulièrement ?
 
Les romans adultes. Même si les résumés sont accrocheurs, même si l'auteur est un grand nom dans le domaine, je suis rarement voire pas du tout attirée par les romans qui mettent en scène des personnages plus âgés. Je ne sais pas d'où ça me vient. Et à part quelques titres qui ont fait exception, je me tourne toujours davantage vers le rayon YA que vers le rayon adultes. Un jour peut-être... Mais ce jour peut encore attendre.

9/ FIN D'INTERDICTION - A quel genre donneras-tu une chance cette année ? 

Cela a commencé depuis janvier : je m'ouvre davantage aux thriller ado ! Je ne pensais pas vraiment que c'était mon genre. Puis par hasard, j'en ai lu un, puis deux. Et je me suis rendu compte que ce genre de romans me bottait particulièrement. J'aime l'adrénaline et les frissons qu'ils me donnent parfois. Et j'ai hâte d'en injecter un peu dans ma PAL.

10/ FEU TRICOLORE - Un livre qui t'a fait passer par plusieurs émotions : 

Difficile de n'en citer qu'un, tant il y en a. Mais le premier à s'être proposé dans mon esprit en lisant ce point a été Nos étoiles contraires de John Green. J'ai oscillé d'un extrême à l'autre avec ce roman : joie et tristesse, désespoir et espoir, tout en passant du rire aux larmes. John Green est un auteur formidable et j'ai hâte qu'il nous revienne ♥

11/ ROND POINT - Un livre qui t'a fait tourner en rond : 

Cela m'embête beaucoup de le dire mais c'est La maîtresse des éléments d'Emily White. Sur le papier, il m'a tout de suite emballée, mais dans la pratique ça ne l'a pas aussi bien fait que je l'espérais. 


12/ ROUTE À DOUBLE-SENS - Un livre que tu as aimé et détesté à la fois : 

Lucides de Ron Bass et Adrienne Stoltz. J'ai aimé tout ce que ce roman m'a fait découvrir, ses personnages, leurs histoires, leur vie. Mais j'ai profondément et sincèrement détesté la fin. Pour la simple et bonne raison que je n'arrivais pas à m'y résoudre. Paradoxalement, Lucides est pourtant un coup de coeur.

13/ HÔTEL - Quel livre t'a volé ton sommeil ? 

Récemment, ça a été L'élite de Joëlle Charbonneau, que j'ai fini par lâcher et donc terminé vers 4h du matin. Dès le début, ce roman est très addictif et plus les derniers chapitres s'annoncent moins j'ai été en mesure de le reposer. Même si j'étais fatiguée, même s'il était tard - de plus en plus tard.

14/ MONUMENT HISTORIQUE - Ce livre qui est pour toi un monument : 

Harry Potter et l'ordre du Phénix - l'un de mes HP préférés, celui qui a été aussi bon que les autres, mais qui avait aussi ce truc en plus - et - forcément - D'un monde à l'autre de Pierre Bottero


15/ AUTOROUTE - Qui tagues-tu ? 

Personne. Mais je vous encourage tous à reprendre ce tag bien sympa ! 



Merci encore, Lena :D

dimanche 22 février 2015

=> Qui est Mara Dyer ? - Michelle Hodkin [Mara Dyer, #1] <=

Après en avoir entendu longuement parlé en VO, voilà qu'il débarquait en France et que je le voulais absolument. C'était chose faite depuis juillet 2014. Souvent reporté dans mes lectures, il y ait finalement passé... En même pas 24h. J'ai littéralement dévoré Qui est Mara Dyer ? de Michelle Hodkin. Oh my ! Que c'était bon ♥ 

Éditeur : Panini Books 
Collection : Scarlett
Traductrice : Elsa Ganem
Genre : romance, thriller
Public : dès 16 ans
Nombre de pages : 466
Date de parution : 14/05/2014
Prix : 16€

Résumé :
"Mara se réveille d'un coma dans un hôpital sans aucun souvenir récent. Sans savoir comment elle s'est retrouvée là, ni ce qui a provoqué l'accident qui a tué sa meilleure amie et son petit ami, alors qu'elle est indemne. Les médecins lui suggérant un nouveau départ, Mara déménage en Floride pour recommencer sa vie dans un nouveau lycée. Mais tout a changé. Elle voit désormais les visages d'amis disparus et perçoit la manière dont vont mourir les gens... Est-elle devenue folle ? Ne serait-ce que des hallucinations ? Aux côtés de Noah, un mystérieux garçon de son lycée, elle va essayer de comprendre ses visions."

Avis
On fait une pause deux minutes et on bave sur la couverture [pas trop non plus, hein]. Personnellement, j'en suis totalement fan et je remercie Panini Books ! D'une, pour avoir acheté les droits et nous avoir apporté cette merveille. De deux, pour avoir gardé la couverture VO, que je trouve totalement ravissante et envoûtante. Qui est Mara Dyer ? sera très certainement l'un de mes livres de l'année 2015 ! Michelle Hodkin m'a tout simplement scotchée. En quelques pages, je m'agrippais au roman comme s'il en allait de ma vie et j'ai pratiquement été incapable de penser à autre chose tant que je ne l'avais pas fini. Et encore maintenant, Noah et Mara hantent mes pensées...

Mara se réveille à l'hôpital, sans aucun souvenir sur le pourquoi et le comment de son arrivée. La jeune fille ne s'en souvient pas, mais elle a assisté à la mort de ses trois amis. Sous l'avis du médecin, elle déménage avec sa famille afin de se remettre du choc et peut-être de retrouver la mémoire. Parce que Mara a besoin de savoir, de comprendre ce qu'il s'est passé. Pour comprendre ce qui lui arrive maintenant... 

Je ne peux pas commencer cette chronique sans commencer par vous parler de Noah. Ou mon big crush du moment. Ou l'un des meilleurs book boyfriend que j'ai croisé ! Waouh quoi Tellement de sexytude et tellement de classe ne peuvent décemment pas être réunies en un seul personnage sans que cela ne provoque une réaction chez le lecteur. Que ce soit de la fascination ou de la jalousie, de l'indifférence ou un coup de foudre. Je suppose fortement que Michelle Hodkin l'a rendu sciemment aussi parfait...
Pourtant, Noah n'est pas le seul charme de Qui est Mara Dyer ? ! Il l'aurait pu, hein, et ça lui aurait convenu tout à fait, j'en suis certaine. Mais ce roman, c'est aussi beaucoup plus que ce magnifique personnage. D'abord, il y a Mara, tous ces mystères qui planent. Ensuite, il y a cette histoire, totalement captivante. Vient Noah, qui amène nettement sa touche. Enfin, c'est indiscutable, il y a Michelle Hodkin.
Vous savez, ce moment où vous tombez amoureux d'un auteur. Ses mots vous sautent aux yeux,, vous voyez son univers comme si vous y étiez, vous ressentez chaque sentiment jusqu'au plus profond de vous. Vous rêvez de son livre, vous souhaitez le rencontrer, vous avez envie qu'il sache à quel point vous avez tout apprécié. Vous sentez des pieds à la tête que son roman aura un impact considérable sur votre vie. Oui, tout ça.
Je suis devenue fan de Michelle Hodkin, et ce en quelques lignes. Elle m'a captée dès le départ, comme ça, sans que je le vois venir. J'ai seulement redressé la tête une heure et demie plus tard, une centaine de pages avalées. Et l'impression qu'il ne s'était passé que quelques minutes depuis le début de ma lecture. Sa plume est hyper communicative, très sensible, visuelle et merveilleuse. Michelle Hodkin a le pouvoir de nouveau faire croire en ses mots, de nous absorber dans son histoire. D'un coup d'un seul, vous vous sentez capable de la suivre jusqu'au bout [du monde] alors que vous venez à peine de la rencontrer.
Avant de découvrir Noah, je me suis accrochée à Mara. J'ai beaucoup aimé la manière dont Michelle Hodkin l'a introduite. On se pose les même questions, on a les mêmes doutes. Mara est un personnage à qui il est arrivé quelque chose de très sombre : elle a perdu ses amis et n'a aucun souvenir de ce qui est arrivé. Au fur et à mesure qu'on retrouve sa mémoire, par des flash back talentueux et intéressants, on comprend qu'un détail nous manque. Et plus la lumière se fait, plus les pages s'amoindrissent. Plus on souhaiterait qu'il y en ait encore une centaine après la dernière.
Puis il y a Noah... Mais après ce que j'en ai déjà dit, je préfère que vous le rencontriez par vous-mêmes. Ce qui me permettra d'en venir aux personnages secondaires ! Joseph et Daniel, les frères de Mara. Joseph est plein de fougue et l'innocence propre à son âge est parfaitement attendrissante. Quant à Daniel, c'est le grand frère que vous rêvez d'avoir, sans aucun doute. Puis on a le même objectif : faire en sorte que Mara se sente mieux. Alors le courant ne peut que passer. Il n'y a pas qu'eux, mais ce sont les seuls qui ont retenu mon attention, avec Jamie.
Quant à l'histoire, vous savez d'emblée qu'elle vous marquera, en tant que lecteur et en tant que personne. C'est sombre, creepy, ça dénote autant que détonne dans le YA. Et pourtant, ça surfe aussi sur la romance, les papillons dans le ventre et les frissons qui vont avec. On plonge entre thriller, quête de vérité et amitié/amour. La vie banale d'une adolescente qui cherche à repousser/s'attirer les regards de celui qui fait battre son coeur, tout en se faisant une place dans un nouveau lycée... Haha, non, la vie de Mara est loin d'être si simple.
Le final est juste tellement ARGH que je veux la suite, genre maintenant. Et que si je ne l'ai pas dans les cinq secondes, je ne me priverais pas de faire un gros caprice. Sauf que je sais déjà qu'il faudra encore attendre un moment. Soit, j'accepte. Mais, pitié, essayez d'accélérer un peu le temps. S'il vuos plaît ♥ Et je serais ravie de prendre mon mal en patience en découvrant combien vous aussi vous avez adoré Qui est Mara Dyer ? !

Et s'il ne fallait qu'une citation pour vous convaincre :
" - Je veux savoir tout ce qui s'est passé.
- Mara...
Je reconnus son temps apaisant, et mes doigts se crispèrent pour serrer les draps. Elle essayait de me protéger, mais c'était une véritable torture pour moi.
- Tu dois me raconter la suppliai-je, un goût de cendre dans la bouche.
Ma mère me fixait, le regard perdu et le coeur brisé.
- Je le ferais si je le pouvais, Mara. Mais tu es la seule à savoir."

~~~~~~

Qui est Mara Dyer ? de Michelle Hodkin est définitivement un roman que vous devez avoir et lire ! Addictif et captivant, ce titre agira comme un vrai page-turner et ne vous laissera pas tranquille tant que vous n'aurez pas lu la dernière ligne. Mara et Noah sont deux personnages mystérieux, auxquels on s'attache rapidement. Leur histoire mêle tant la romance que le thriller, portée par la talentueuse plume de Michelle Hodkin.
Alors, zouh, filez découvrir tout de suite qui est Mara Dyer ? !

lundi 16 février 2015

=> Ce si joli trouble - Cora Carmack <=

Aussitôt prêté, aussitôt lu. Ces derniers jours, j'ai commencé et dévoré Ce si joli trouble de Cora Carmack. Avec un trou dans ma PAL du mois, j'ai décidé de commencer une petite romance à l'approche de la St Valentin... Bien m'en aura pris, puisque j'ai vraiment été charmée [et troublée] par cette jolie petite histoire ! 

Éditeur : de la Martinière
Collection : la Martinière Fiction
Traductrice : Sophie Passant
Genre : romance, NA
Public : dès 16 ans
Nombre de pages :
Date de parution
Prix

Résumé
"La veille de sa rentrée à la fac, Bliss Edwards a décidé de franchir le pas. Ce soir, elle ramène un garçon chez elle ! 
Au moment de passer à l'acte, pourtant, c'est la panique. Bliss invente une excuse bidon et qui son appartement au milieu de la nuit. Et le lendemain matin, catastrophe : en entrant dans son cours de théâtre, elle tombe nez à nez avec celui qu'elle a abandonné chez elle, complètement nu, huit heures plus tôt...
Bliss ne s'est jamais sentie aussi ridicule ! D'autant plus qu'elle le trouve vraiment séduisant..."

Avis
Je dis souvent que le new adult et moi, c'est pas trop ça... Et pourtant, à chaque fois que je tente, ça ne rate pas : je succombe. Ce si joli trouble est une romance légère et agréable, pleine de situations cocasses. Et la plume de Cora Carmack a été une jolie découverte ! Un roman à dévorer avant, pendant, et même après la St Valentin, avec lequel on ne peut qu'apprécier notre moment de lecture. Pour poser ensuite un regard énamouré sur tout ce qui nous entoure...

Bliss Edwards a vingt-deux ans, elle est sur le point de finir ses études... et toujours vierge. Ce qui est un vrai problème pour la jeune fille, et y remédier un objectif aussi important que celui de ne pas rater son année. Le soir où elle rencontre Garrick, elle le sait, elle le sent, ce sera lui le premier. Quelques verres plus tard, ils se retrouvent chez elles, prêts. Sauf que Bliss panique. Elle s'enfuit alors, persuadée qu'elle ne reverra jamais Garrick... Elle n'aurait pas pu se tromper davantage.

Une expression dit "Femme qui rit à moitié dans ton lit"... Qu'est-ce qu'elle vient faire là cette expression ? C'est que ma lecture à peine commencée, j'avais déjà le sourire aux lèvres, sourire qui s'est agrandi au fur et à mesure des premières pages, pour éclater quelques chapitres plus loin. Un rire vrai et franc. J'ai tout de suite su alors que Ce si joli trouble et moi, ça allait grave le faire
Je me suis rapidement prise d'affection pour le roman, et surtout pour Bliss. Cette jeune fille, c'est moi, c'est vous. Un brin gaffeuse, un peu maladroite, un poil entêtée, si perdue et si incertaine. Ou tout du moins, elle sait que Garrick et elle n'est pas une histoire possible... Autant d'attributs qui nous la rendent réelle, comme nous, et nous permette de partager son histoire facilement. Quant à sa bande d'amis, ils sont juste déments ! 
Cade, ou le meilleur ami que chacun/chacune rêve d'avoir. Kesley, qui aime entraîner Bliss dans des situations dérangeantes mais fera également tout pour l'en sortir. Même si on ne les croise pas souvent ensemble, quand ils sont tous réunis, ça donne de sacrées soirées et des situations qui m'ont encore donné quelques sourires. Et comment ne pas parler de Garrick, dont j'ai parfois cru entendre la voix - avec ce petit accent britannique - à mon oreille ? So sexy, c'est le premier commentaire qui m'est venu. Bliss n'aurait pas pu mieux tomber... ou peut-être n'aurait-elle pas dû ? 
Quoi qu'il en soit, leur histoire, ponctuée d'hésitation, de oui, de non, d'impossibilité et d'espoir, m'a complètement charmée. C'est un peu le chat et la souris, un jeu de tentations constant, qui n'est à aucun moment lassant. Je n'ai pu que savourer chaque ligne, tourner chaque page avec fébrilité. J'ai eu beau voir venir certains éléments, je les voyais arriver avec plaisir. J'avoue que j'étais complètement captivée et fascinée. Je voulais tout savoir, et je peinais à chaque fois que je devais reposer ma lecture. 
La faute à Garrick. Mais aussi à la plume de Cora Carmack, que j'ai découverte à l'occasion. Légère, fluide, elle a su rendre cette romance addictive et des plus agréables. Un coup de foudre ne m'aura jamais paru aussi vrai, aussi sincère. Quant au new adult, je suis ravie de ne pas avoir eu affaire à un récit plein de sexe et/ou vulgaire, quand bien même sa virginité est l'une des plus grandes angoisses de Bliss, et qu'il est donc forcément question de relation sexuelle. Mais ici, c'est doux, mielleux et ça fait voler des petits papillons dans le ventre
L'épilogue m'aura légèrement fait lever les yeux au ciel, de son côté. Non pas que je n'ai pas trouvé le final aussi mignon que tout le reste de Ce si joli trouble. Mais Cora Carmack a brûlé pour moi quelques étapes. Ou alors suis-je encore trop prude - ce qui n'est pas impossible non plus ! Ce final n'en aura pas moins été le bienvenu, pour faire le point sur l'avenir des personnages principaux et anticiper l'écriture du roman compagnon. Que j'ai hâte de découvrir à son tour ! 

Et s'il ne fallait qu'une citation pour vous convaincre : 
"Je me suis retournée pour partir, mais sa voix m'a retenue : 
- Comment va ton chat ? 
- Quel chat ? Oh ! Mon chat. Bien sûr. Le chat qui... m'appartient. Oh, elle... je t'ai dit que c'est une femelle, n'est-ce pas ? Elle va bien. Tout en miaous, câlins et ronrons, comme font les chats, quoi."

~~~~~~

Ce si joli trouble de Cora Carmack a été pour moi une romance fort agréable et enivrante. Un new adult convaincant et drôle, où pour une fois les personnages ne sont pas torturés par un passé qu'ils ne parviennent pas à oublier... Garrick et Bliss sont des personnages très intéressants et plaisants à suivre. Je me suis rapidement prise d'affection pour leur histoire. La plume de Cora Carmack vient donner une touche de réalité à cet ensemble original qui m'a plus qu'enthousiasmée.
Si vous voulez une romance légère, amusante et fraîche, vous venez de la trouver ! 

samedi 14 février 2015

=> La maîtresse des éléments - Emily White [Les Auris, #1]<=

Alors que je commençais encore à croire qu'on avait des problèmes avec la BAL [ça arrive un peu trop parfois], j'ai finalement trouvé dans mon courrier un livre que j'attendais depuis un moment... La maîtresse des éléments d'Emily White. Attirée par sa superbe couverture et le résumé plutôt alléchant, je me suis jetée sur ce roman dès que je l'ai pu. Lui et moi, malheureusement, ça n'a pas collé...

Éditeur : Ada éditions
Collection : Ada Jeunesse
Genre : SF, fantasy
Public : dès 15 ans
Nombre de pages : 312
Date de parution : 31/08/2014
Prix : 9,75€

Résumé
"Ce n'est pas parce qu'Ella peut carboniser quelqu'un avec son esprit qu'elle doit le faire. Pourtant, elle le veut. 
Pendant dix ans, depuis sa plus tendre enfance, Ella a été gardée prisonnière. Maintenant qu'elle s'est échappée, elle veut connaître la vérité. Qui est-elle ? Pourquoi a-t-elle été emprisonnée ? Et qui est ce jeune homme aux beaux yeux verts qui hante ses souvenirs ? Ella est-elle la Destructrice annoncée par la prophétie... ou est-ce plutôt elle qui sera détruite ?"

Avis
L'idée, c'est que ce roman a beaucoup de potentiel. Je me suis lancée dans sa lecture un peu à l'aveuglette, sans avoir regardé ses notes sur Goodreads ou recherché d'autres avis. Il était beau, il avait l'air bon, pas besoin de plus. Mais je me suis heurtée dès le début de La maîtresse des éléments à quelques difficultés que je n'avais pas vu venir. Des difficultés qui ont continué de perturber ma lecture par la suite...

Très jeune, Ella a été enfermée dans un vaisseau prison par le peuple des Mamoods. Pourquoi ? La petite fille qu'elle est alors et la jeune fille qu'elle devient n'en sait rien. Jusqu'au jour où la porte de sa cellule s'ouvre d'elle-même et qu'une voix lui ordonne d'en sortir. Ella quitte alors le vaisseau, tentant de mettre autant de distance possible entre lui et elle. Dans sa fuite, elle rencontre Meir. L'aidera-t-il ? Et après ? Ella doit comprendre pourquoi elle a été enfermée, ce qui passera d'abord par comprendre qui elle est... 

On commence la lecture avec l'ouverture de la cellule d'Ella. Sans trop comprendre ce qu'il se passe, on la suit dans son évasion, un peu en plein brouillard. Comme elle, on ne sait pas pourquoi elle est emprisonnée, pourquoi elle peut soudain sortir, ni même qui lui parle. Bon, jusque là, je me disais que les réponses viendraient plus tard. Mais ç'a été un peu long à mon goût. Et j'ai eu du mal à ne pas trouver sa fuite grosse comme une maison, et très étrange. Le contexte nous échappe de prime abord, et j'admets que cela m'a beaucoup déstabilisée.
Ce qu'Ella n'a pas arrangé... De personnage intrigant au début, elle a fini par devenir légèrement irritante. Le principe de base de ce protagoniste me plaisait : elle ne sait rien de son passé, elle est en fuite et dans une sorte de quête d'elle-même. Mais dans les faits, je n'ai pas pu m'empêcher de la trouver trop changeante. Elle partait sur une idée pour en changer rapidement, sans que je n'ai l'occasion de comprendre ce revirement. Tantôt impulsive, tantôt hésitante, je n'ai pas réussi à ressentir quelque chose elle, même quand les circonstances s'y prêtaient.
Quant aux autres... La maîtresse des éléments est écrit à la première personne. Généralement, c'est un point de vue que j'aime bien, avec lequel j'adore suivre et comprendre le personnage principal. Là, je me suis surprise à avoir préféré un point de vue omniscient. Voir tout et tous à travers les yeux d'Ella ne nous permet pas d'en apprendre assez sur les protagonistes secondaires. Emily White ne nous laisse pas non plus vraiment de temps pour faire leur connaissance. Même si elle nous dévoile une partie de leur histoire, les choses sont faites superficiellement et les relations entre les personnages sont parfois trop rapides. 
Pourtant, j'ai lu La maîtresse des éléments jusqu'au bout et sans lecture parallèle. Je me suis accrochée jusqu'au bout à l'idée qu'un moment mon intérêt pourrait être relancé, que je passerais enfin de juste spectatrice à immergée dans l'histoire. Ce qui s'est produit... mais seulement par moments. L'intrigue principale m'intéressait beaucoup. Des vaisseaux, des planètes, une jeune fille emprisonnée, des peuples rebelles, ça promettait une bonne aventure, un bon moment. Une fois que les choses étaient expliquées, c'était agréable de tout comprendre et de se laisser séduire par la plume d'Emily White. Mais...
Mais Ella refaisait rapidement des siennes et je me retrouvais à nouveau perdue, suivant un personnage que je ne comprenais pas et qui revirait trop pour moi. Alors il y avait ces instants  où j'arrivais à suivre ce qu'il se passait et où ma lecture me plaisait. Et ces autres, où je la trouvais parfois lourde et trop évidente, quand je n'étais pas paumée. C'est dommage, parce que tout ça en recul, j'ai trouvé la plume d'Emily White assez plaisante, agréable à lire par moments. Même si l'action me laissait souvent hermétique, certains passages ont réussi me frapper et à m'interpeller. J'aurais aimé qu'il en soit le cas pour tout le roman. 

~~~~~~

La maîtresse des éléments d'Emily White est donc une lecture dont je ressors mitigée. Il y avait pour moi un réel potentiel dans cette histoire, à côté duquel je suis complètement passée. Ella n'a pas réussi à me faire entrer ni même croire à son histoire, pas plus de cinq minutes en tout cas. Les relations et les actions m'ont souvent semblé floues, trop rapides. La plume d'Emily White n'en avait pas moins quelque chose d'intéressant et d'agréable, quand je ne me sentais pas perdue dans le récit. 

mardi 10 février 2015

=> La mer infinie - Rick Yancey [La 5e Vague, #2] <=

Fin août 2013, j'achevais ma lecture de La 5e Vague avec une seule idée en tête : je voulais la suite ! Alors quand La mer infinie est parue, forcément, j'ai foncé chez le libraire... Et je l'ai enfin lu, en LC avec Lou lit là ! Rick Yancey a encore ravi mon coeur, mon âme même. Et cette trilogie continue pour moi sur sa lancée avec un deuxième tome absolument génial

Éditeur : Robert Laffont 
Collection : Collection R
Traductrice : Francine Deroyan
Genre : dystopie, SF
Public : dès 15 ans
Nombre de pages : 416
Date de parution : 16/10/2014
Prix : 17,90€

Résumé
[Risque de spoilers - Surlignez pour lire.]
"Cassie Sullivan et ses compagnons ont survécu aux quatre premières vagues destructrices lancées par les Autres. Maintenant que l'espèce humaine a été presque entièrement exterminée et que la 5e Vague déferle sur la planète, le groupe se trouve face à un choix : se préparer à affronter l'hiver en espérant le retour rapide d'Evan Walker ou se mettre en quête d'éventuels survivants avant que l'ennemi ne referme sur eux son impitoyable piège. 
Personne ne peut prédire à quels abîmes de cruauté les Autres sont prêts à s'abaisser, ni à quelle hauteur l'humanité saura se hisser. La bataille finale ne fait que commencer..."

Avis :
Cette fois, je n'aurais pas mis un mois pour venir à bout de ma lecture ! Certes, ce tome est plus petit que le premier, mais il n'en contient pas pour autant moins. Qu'il s'agisse d'émotions, de tensions, d'actions, de surprises, Rick Yancey ne nous avait montré qu'un petit aperçu de tout ce qu'il capable de faire et de nous faire avec La 5e Vague. Ici, avec La mer infinie, il a clairement pour moi démontré l'étendue [infinie] de sa plume et de son talent !

Pas de résumé. Pas de spoils.

J'ai ouvert La mer infinie pleine d'attentes, un peu sans savoir quoi penser. J'avais eu un coup de coeur pour le premier tome, mais j'avais aussi eu vent des retours des premiers lecteurs et c'était souvent mitigé... Vaille que vaille, je ne pouvais pas passer à côté de cette suite, pas après tout ce que nous avions vécu avec Cassie, Evan, Ben, Sams,... Je n'ai pas été déçue une seule seconde !
J'avais senti la force de l'auteur dans le premier tome. Mais là, LÀ, c'était tellement plus ! Si j'avais hâte de découvrir ce deuxième tome, c'était pour me replonger à nouveau dans cet univers si complet, retrouver ces personnages avec lesquels j'avais tant accrochés, être encore scotchée par Rick Yancey. Cet auteur, il n'a pas seulement une plume, il a la délicatesse et la maniabilité qui vont avec. Cet homme fait danser les mots, il les rend magiques, nous les fait ressentir et vivre jusqu'au plus profond de nous-mêmes.
Et qu'est-ce que ça donne ? Un roman qui prend aux tripes, une aventure que vous avez le sentiment de vivre, des personnages qui sont presque des amis de longue date, des mots qui vous enchantent. La mer infinie, à l'image de La 5e Vague, est entre espoir et chaos, renouveau et dernier souffle. Un livre captivant, qu'il nous est impossible de lâcher.
Clairement, ce tome est moins dense, moins indigeste à l'oeil, et même si son épaisseur m'a un peu désappointée dans un premier temps, une fois plongée dedans, plus rien ne me dérangeait. En fait, c'est juste que quand je vois une suite moins épaisse, j'ai toujours peur que ce soit parce que l'auteur a déjà tout donné au premier. Maintenant, j'ai une totale confiance en Rick Yancey, parce que La mer infinie est encore plus riche, plus profond que ce à quoi je pouvais m'attendre !
En quelques pages, Rick Yancey m'a fait repartir dans cet univers dévasté, où l'humanité est en péril, où elle ne survit encore que dans une poignée d'individus. Une poignée d'individus que j'aime de tout coeur, qui me surprennent sans cesse, qui font battre mon palpitant. J'ai apprécié de les retrouver, de repartager un bout de vie avec eux, même quand le décor ne se prête pas aux retrouvailles. Je me suis encore surprise à partir avec eux dans la bataille contre les autres, à rêver de leur mettre un bon pruneau dans la face ! [Quand je vous dis que La mer infinie est un roman entraînant !]
Cassie, Sams, Zombie, Ringer, les Autres auront encore marqué ma lecture ! Mais comment faire autrement ? Ce sont des personnages qui éveillent forcément quelque chose en nous. Leur évolution entre le premier et le deuxième tome est flagrante. Rick Yancey laisse ici plus de place à leur psychologie, nous permettant de mieux les découvrir. J'étais déjà frappée par leur courage, leur force, leur résistance. Je le suis encore plus face la vie et l'humanité dont ils font preuve. Ils ne lâchent rien, et les Autres ont du souci à se faire ! Ringer et Razor sont les deux personnages qui occupent le plus la narration, et qu'il m'a fait plaisir de connaître davantage.
Le troisième tome est proche, et ça se sent, beaucoup. Quelques mystères se lèvent, quelques réponses nous sont subtilement données. Pour autant, l'issue ne nous est pas réellement dévoilée... Les derniers dés sont lancées, ne reste plus qu'à savoir qui saisira sa chance, à espérer que des routes se croisent à nouveau. L'humanité survivra-t-elle dans ce désastre ?

Et s'il ne fallait qu'une citation pour vous convaincre :
"Ma promesse comme une sentence, la porte d'une cellule qui se referme, une pierre autour de mon cou qui m'entraîne au fond d'une mère infinie."

~~~~~~

La mer infinie de Rick Yancey est un deuxième tome doudou, largement à la hauteur. Entre poésie et destruction, l'auteur nous emporte à nouveau dans ses mots et son récit, dans un pays ravagé, déshumanisé. Mais le roman est porté par des personnages qui n'ont pas perdu leur voix, et qui comptent bien ne pas se laisser faire ! À la prochaine, les gars ! 
Quant à vous, je ne peux que vous inviter à vite y plonger ! 




+ Ma chronique du premier tome, La 5e Vague

samedi 7 février 2015

=> New Moon - Stephenie Meyer & Young Kim [Tentation, vol.1]

J'accompagnai mon frère à la bibliothèque bien sagement, sans aucune intention d'emprunt - à part le tome 3 du Passeur - et revenant bredouille à l'accueil, mon regard s'est posé sur le coin mangas... Où j'ai fini par apercevoir New Moon, le premier volume du roman graphique ! Alors, en fan de Twilight, forcément, je n'ai pas réfléchi. Je lui ai sauté dessus, l'ai fait passer sur la carte de mon frère et suis rentrée avec ! Sans penser qu'en fait, ça aurait pu être sympa de chercher aussi l'adaptation graphique du premier tome, nan ? Bref. Et tant pis, parce que Tentation reste [tant en film qu'en livre] l'un de mes préférés de la saga Twilight ♥ Alors le retrouver là, comme ça, presque à m'attendre... Et je l'ai dévoré !

Éditeur : Pika 
Collection : Black Moon Graphics
Illustrations : Young Kim
Traducteur : Luc Rigoureau
Genre : manga, roman graphique
Public : dès 12/13 ans
Nombre de pages : 176
Date de parution : 29/05/2013
Prix : 12,90€

Résumé
"Pour Bella Swan, il existe une seule chose qui soit plus importante que la vie elle-même : Edward Cullen. Malheureusement, aimer un vampire est encore plus dangereux que ce qu'elle avait imaginé. Edward l'a déjà sauvée des griffes d'un pair malfaisant, mais à présent que leur audacieuse liaison menace tout ce qui leur est proche et cher, ils s'aperçoivent que leurs ennuis ne font que commencer."

Avis
Twilight et moi, ça remonte à un petit moment aujourd'hui. Pourtant, j'aime cette saga autant qu'au premier jour et je continuerai à conserver mes tomes précieusement, à les admirer chaque jour et à remercier tout ce qu'ils ont changé dans ma vie. Même si l'overdose vampirique qui a suivi... Nan, je leur pardonne ça aussi ! 

♦ A l'origine, les romans graphiques ne m'intéressaient pas spécialement. Si j'ai craqué dessus l'autre jour, je pense que c'est surtout parce qu'il était là et parce que j'avais envie de replonger dans cet univers que j'avais beaucoup aimé et aime toujours. Il m'est arrivé de lire quelques mangas, mais je ne suis pas particulièrement fan du genre. De même, j'ai beaucoup de mal à présent à relire des livres que j'ai déjà lu. En général, je m'en souviens trop bien, encore plus quand j'ai adoré ledit livre.
Là, je crois que le laps de temps nécessaire est passé. Et l'occasion était si belle que je ne pouvais pas passer à côté. J'ai peur d'être dans une petite phrase mélancolique ces derniers temps et avoir renoué avec mon amour pour Twilight faisait partie du schéma. Retrouver les personnages, retrouver certaines scènes, retrouver l'écriture de Stephenie Meyer. Tant pis si ce n'était pas le tout premier de la saga graphique, à dire vrai, je n'ai même pas cherché. Je m'en suis saisi, c'est tout.
Et comme je le disais plus haut, New Moon est un tome particulier pour moi. Je sais que pour certains, c'est le plus plat, avec le moins d'actions, un peu ennuyeux. Mais quand je l'ai découvert, j'ai apprécié toutes les possibilités qu'il offrait et tout ce qu'il nous permettait de découvrir. J'ai adoré l'amitié Bella/Jacob, et le début du roman m'avait juste bouleversée. Après les films, avoir retrouvé toute cette ambiance dans le manga a été une très bonne expérience.
Même si certains m'ont fait sourire - genre exagération du côté brillant et magnifique des vampires, muscles [très] saillants -, les dessins sont avant tout superbes ! Même si ce n'était pas tout à fait comme je l'avais imaginé, parce que je crois qu'on ne peut pas imaginer aussi bien, le rendu est complètement fidèle. Puis le tout est avant tout fidèle au texte, et ça, ça valait tout !
En dehors des dialogues, on retrouve des petits instants du récit. Young Kim a juste [merveilleusement] dessiné les mots de Stephenie Meyer et avoir quelques phrases clés par endroits, ça rendait encore plus beau ! Même si on connaît déjà, même s'il n'y a pas vraiment de surprise, je suis retombée dedans et j'avais vraiment envie d'aller jusqu'au bout. Au delà de la simple découverte, c'est devenu quelque chose qui me plaisait vraiment. Je pense donc qu'à l'occasion, je retournerai emprunter la suite !


Si les romans graphiques de Twilight ne m'avaient pas particulièrement attirée avant, je suis ravie d'être tombée dessus l'autre jour. C'est un très belle objet, qui ravira à coup sûr les fans. A moins que la saga n'ait rien suscité chez vous... Et à ce moment-là, peut-être que si vous êtes plus mangas, vous pouvez essayer de la découvrir par ce biais ;)

mercredi 4 février 2015

=> L'élite - Joëlle Charbonneau [L'élite, #1] <=

Il y a de cela quelques mois, j'étais à la libraire avec l'idée d'acheter deux trois titres bien précis... Sauf que je ne les ai pas trouvés. Mais hors de question de repartir les mains vides. Alors j'ai continué à fixer les livres devant moi, à lire des résumés, et L'élite de Joëlle Charbonneau s'est soudain imposé ! Léa en avait fait une très belle chronique, j'ai choisi de lui faire confiance. Lu récemment, ç'a été une totale réussite ! [Merci, Léa ]

Éditeur : Milan
Collection : Macadam
Traductrice : Amélie Sarne
Genre : dystopie
Public : dès 15 ans
Nombre de pages : 312
Date de parution : 12/05/2014
Prix : 13,50€

Résumé
"Profil idéal : 
Être déterminé. Compétent. Débrouillard.
Et avoir de parfaites connaissances en sciences naturelles. Utiles pour survivre.
Objectif : 
Le Test récompense à la fois les guerriers et les sages. Les candidats qui ne réussiront pas les épreuves seront éliminés, dans tous les sens du terme. 
Les candidats peuvent-ils renoncer à passer le Test ? 
Non. Une fois le Test commencé, une seule issue : réussir les épreuves.
La sécurité des candidats est-elle assurée pendant le Test ? 
La Communauté Unifiée n'est pas en mesure de divulguer ce genre de détail. 
Est-il déjà arrivé que des candidats meurent durant le Test ? 
La Communauté Unifiée n'est pas en mesure de divulguer ce genre de détail."

Avis
La suite sort aujourd'hui et j'en suis trop contente ! Parce que ça veut dire que je ne vais pas l'attendre mille ans ! Parce que c'est tellement rassurant aussi de savoir qu'elle est là ! Quand j'y repense, je me demande ce que ça aurait été si j'avais trouvé ce jour-là les titres que je voulais et n'aurais donc pas pris L'élite... Je serais complètement passé à côté d'une lecture que j'ai adorée ! Incroyable ! Heureusement, le hasard a voulu que je ne le loupe pas.

Les tests sont le seul moyen de faire quelque chose de sa vie, de devenir quelqu'un et d'agir pour la communauté. Ils offrent - à condition qu'on les réussisse - l'accès à l'université, à une place importante plus tard, et leur déroulement est un secret bien gardé. Ils sont une centaine à être sélectionnées cette année, dont Malencia Vale ; Cia pour les intimes. 

Pfiou, je ne sais même pas comment vous en parler ni par où commencer... Quand vous prenez L'élite, vous vous dites que ça ressemble à un peu à toutes les dystopies que vous avez déjà lues. Castes, élite, survie, guerre, pénurie,.. Puis vous lisez un chapitre, et deux, puis cinq, et vous vous rendez compte que vous avez du mal à décoller du roman. Que s'il partage quelque chose avec toutes les dystopies que vous avez déjà lues, c'est surtout le genre et rien d'autre
D'autant que L'élite n'est pas seulement une dystopie. Son côté sombre et mortel, ses énigmes et ses chasses à l'ennemi lui donne aussi un petit côté thriller très réussi ! On est dans l'idée de savoir quel sera le prochain à nous faire du mal, toujours sur nos gardes et avec un minimum de recul. Et vous connaissez mon récent faible pour les thriller YA... Forcément, ça m'a fait craquer encore plus. De manière très subtile se souffle la menace des autres, faisant résonner la loi du plus fort, du plus intelligent. Et si on écoute bien, on peut même entendre les pages avertir le lecture : il faudra tuer ou être tué...
Joëlle Charbonneau m'a bernée du début à la fin. En commençant le roman, j'ai failli croire qu'il n'y aurait pas vraiment d'histoire tant L'élite est bien mené. L'intrigue commence sous les murmures des doutes, de l'ambition et de la peur. L'échec est comme une épée de Damoclès au-dessus de la tête de Cia. Arrivant ce qui arrive, sur le coup, je me suis sentie un peu désarçonnée, tout en étant triste pour elle. Puis très vite, ce qu'elle ressentait, je le ressentais aussi. Incompréhension, joie, stress, obsession,... 
L'auteure possède une plume si fluide que l'on partage rapidement le point de vue du personnage principal et ses émotions. C'est vif et pénétrant ! Et on sent ce côté froid, un peu conspirateur des Tests. On comprend que ce ne sont pas juste des épreuves d'admission comme les autres et qu'il n'y a pas que les mauvaises notes qui pourraient faire échouer nos personnages. Réussir ou mourir. Quant à l'univers, je me pose encore quelques questions, toutes n'ayant pas trouvé réponse. Cependant, il est globalement assez complet pour qu'on suive toute l'intrigue sans qu'un manque de détail nous freine. Les Tests sont par ailleurs une manière très habile de nous faire un point d'histoire sur ce monde futuriste. 
Pour les personnages... C'est allé relativement vite avec Cia, qu'on suit dès l'ouverture de L'élite. J'ai trouvé ce protagoniste très attachante, tant par sa volonté de réussir que par sa perspicacité. Au fur et à mesure du roman, la voir grandir et réfléchir autrement, apporter un regard différent, a été très intéressant. Cia est un personnage qui ne prend rien pour acquis et qui montre petit à petit ses capacités. Les autres... J'ai bien accroché avec Tomas et Will, Mais ça a été dur de faire confiance à quelqu'un d'autre, de s'attacher à d'autres personnages.
Pas parce qu'ils n'ont rien d'intéressant ou qu'ils restent trop secondaires, loin de là. Mais davantage parce que Joëlle Charbonneau a réussi pour moi à insérer le doute partout. J'avais le sentiment de ne pouvoir me fier qu'à Cia, dont j'étais capable de suivre tous les mouvements et toutes les réflexions. Quant aux autres, j'avais l'impression qu'ils étaient une menace permanente, même quand tout voulait m'influencer à penser le contraire. Quoi qu'il y a bien Michal et la famille de Cia que je mettrais à part. L'un semble savoir plus de choses que ce qu'il prétend, et les autres parce que ce sont la famille et que leur côté protecteur m'a beaucoup touchée.
L'histoire m'a elle emportée avec facilité. C'était captivant, l'action et les rebondissements étaient clairement au rendez-vous, j'ai tourné les pages sans les voir, m'imaginant sans problème la vie aux Cinq Lacs et le quotidien de Cia, avant comme pendant les tests. Et j'ai vraiment apprécié le thème sous-jacent de la réussite scolaire. Cela a apporté une touche d'originalité supplémentaire à cette dystopie tout en la plaçant en plein dans l'actualité, à l'heure où les études sont parfois délaissées au dépit de leur nécessité. 

Et s'il ne fallait qu'une citation pour vous convaincre :
"Je jette un dernier regard au réflecteur en souhaitant de toutes mes forces qu'aujourd'hui ne soit pas le dernier jour de ma scolarité. Mais ça ne dépend pas de moi. J'ai beaucoup travaillé, j'ai fait de mon mieux, je ne peux qu'espérer être choisie. Une boule d'angoisse dans la gorge, je parviens à articuler : 
- Allons-y."
~~~~~~
L'élite de Joëlle Charbonneau est indéniablement un premier tome très prometteur ! Malgré le doute planant, on se prend vite d'affection pour Cia et on ne peut s'empêcher de vouloir s'attacher à d'autres personnages. Les bases d'une bonne dystopie sont là, avec un contexte novateur et facilement probable. Quant à la plume addictive de l'auteure, elle n'est que la cerise sur le gâteau ! Aussi, je ne peux que vous conseiller, si ce n'est déjà fait, de vous jeter sur ce titre
Mais prendrez-vous le risque de rentrer dans L'élite ? ...

dimanche 1 février 2015

♦ Wake Up! ♦ #8

• Wake up ?
Un petit RDV qui me trottait dans la tête depuis un moment. A l'origine, je voulais l'intituler "What's up?", sauf qu'en faisant des recherches je me suis rendu compte que ce RDV existait déjà chez Sous ma couverture, que je découvre à l'occasion :D Comme l'idée que j'avais s'éloigne un peu de ce que propose Bookish Girl, j'ai changé de titre. Et c'est parti mon kiki ! 
• Quand ? 
Tous les premiers de chaque mois.
• Quoi ? 
Les sorties qui me tentent, les RDV littéraires à ne pas manquer, une PAL prévisionnelle. Du blabla ?
/!\ ATTENTION : article pouvant comporter des spoilers /!\
~~~~~~

Février ! enfin ! Parce qu'on passe un nouveau cap vers le retour de l'homme [c'est bon, on attaque le dernier mois !] et parce qu'encore une fois il y a pas mal de sorties très attirantes à venir... Puis 2015 a démarré fort côté livresque pour ma part, alors j'espère grandement maintenant le cap !

Les sorties du mois [à titre exhaustif] :

Sous surveillance de Joelle Charbonneau [L'élite, #2]
Éditeur : Milan
Collection : Macadam
Nombre de pages : 
Prix : 
Résumé
*Spoilers - Surlignez pour lire*
"Cia a survécu au Test. Elle est officiellement reçue à l'université qui forme l'élite du pays. Mais elle découvre l'enregistrement qu'elle avait fait à la fin du test, dans lequel elle racontait son expérience. Elle a du mal à croire ce qu'elle entend, surtout les doutes à propos de l'intégrité de Tomas, son petit ami. A l'université, elle intègre l'unité des sciences politiques mais elle est surveillée de près par la direction de l'université. Désormais, Cia va devoir faire face à des menaces bien plus subtiles. Bien plus vicieuses. Et surtout à la plus grande d'entre elles : le doute."

=> Quelle date ? Le 04/02.
=> Pourquoi  ? L'élite est ma découverte de fin janvier. Un must-have à avoir ce mois-ci ! 

A tous les garçons que j'ai aimés de Jenny Han [Les amours de Lara Jean, #1]
Éditeur : Panini Books
Collection : Scarlett
Nombre de pages : 480
Prix : 16€
Résumé :
"Lara Jean Song conserve ses lettres d'amour dans une boîte à chapeau que sa mère lui a donnée. Ce ne sont pas des lettres qu'elle a reçues, ce sont celles qu'elle a écrites. Une pour chaque garçon qu'elle a aimé. Lorsqu'elle écrit, elle ose ouvrir son coeur et dire toutes les choses que jamais elle n'exprimerait dans la vraie vie, car ses lettres ne sont que pour elle. Jusqu'au jour où Lara découvre que ses lettres secrètes ont toutes été postées... Elle doit soudain faire face à son passé amoureux, la situation devient vite hors de contrôle, mais qui sait ? Quelque chose de positif pourrait ressortir de ces lettres après tout."

=> Quelle date ? Le 11/02.
=> Pourquoi ? Ce livre, c'est un tout pour moi. Et j'aime Jenny Han d'amour

Rébellion d'Andréa Cremer [Le secret de l'inventeur, #1]
Éditeur : Lumen
Nombre de pages : 
Prix : 15€
Résumé :
"Dans ce XIXe siècle alternatif, Charlotte, seize ans, vit loin de ses parents, descendants des révolutionnaires américains, qui continuent la lutte contre les sous-marins et les machines volantes de Britannia. Entourée d'autres enfants de la rébellion, elle habite dans un réseau de grottes souterraines non loin de la Cité Flottante de New York, où les artisans de la Ruche et les ouvriers de la Grande Fonderie côtoient l'aristocratie des vainqueurs. Un matin, elle croise dans la forêt un garçon amnésique, poursuivi par les machines de l'Empire, et lui sauve la vie.
Mais quand elle le ramène dans les Catacombes, auprès de ses compagnons de lutte, l'équilibre de son existence est bouleversé : parmi ses camarades, tous ne sont pas ce qu'ils prétendent être, et l'existence de ce mystérieux garçon fait peser sur la rébellion une terrible menace... Des décharges de métal de l'Empire, infestées de rats cuirassées, aux salons opulents de la noblesse, en passant par les méandres labyrinthiques de la Guilde des inventeurs, Charlotte est contrainte de quitter son refuge pour partir explorer le vaste monde !"

=> Quelle date ? Le 12/02.
=> Pourquoi ? Nan mais regardez-moi cette magnifique couverture !

Les coeurs brisés d'Amélia Kahaney
Éditeur : Robert Laffont
Collection ; Collection R
Nombre de pages : 
Prix : 17,90€
Résumé
"Fille d'un magnat de l'immobilier, Anthem Fleet est une ballerine accomplie. Elle est promise à un avenir radieux avec son petit ami Will, également fils de l'aristocratie de Bedlam, ville où le luxe ostentatoire contraste avec la misère des quartiers pauvres gangrenés par la puissante mafia du Syndicat. C'est à la croisée de ces deux mondes que la vie d'Anthem bascule, lorsqu'elle rencontre au cours d'une rave illicite le romantique et sulfureux Gavin. Anthem vit leur liaison comme un rêve éveillé, jusqu'à ce que Gavin soit kidnappé par le Syndicat... et qu'Anthem perde la vie. 
La jeune fille se réveille alors dans un laboratoire clandestin avec un nouveau coeur bionique qui lui confère des capacités extraordinaires."

=> Quelle date ? Le 12/02.
=> Pourquoi ? Je craque dessus depuis cet été !

• La nuit des fugitifs de Manon Fargetton [Le suivant sur la liste, #2]
Éditeur : Rageot
Collection : Rageot Thriller
Nombre de pages : 
Prix : 9,90€
Résumé
*Spoilers - Surlignez pour lire*
"Trois ans après avoir échappé au Professeur Klein, Morgane et Izia sont réunies par Nathan, leur ami décédé et réincarné en intelligence artificielle. Elles veulent récupérer la vidéo de Klein, qui y révèle l'identité des commanditaires de son projet."

=> Quelle date ? Le 18/02.
=> Pourquoi ? Encore une suite que je ne veux pas louper !

• Le pacte de Sliter de Joseph Delaney [L'épouvanteur, #11]
Éditeur : Bayard Jeunesse
Nombre de pages : 
Prix : 
Résumé
"Sliter n'est pas humain... Loin du Comté protégé par l'épouvanteur, Sliter tourmente les humains, se faufilant dans leurs maisons dans le but d'engloutir leur sang frais quand ils dorment... Quand un fermier local meurt, il est seulement naturel que Sliter devrait vouloir festoyer sur ses charmantes filles. Mais le fermier a conclu un marché : en échange de la sécurité de ses plus jeunes filles, Sliter peut avoir et faire ce qui lui souhaite avec la fille aînée, Nessa..."

=> Quelle date ? Le 19/02.
=> Pourquoi ? Je suis en retard sur la série, mais il me faudra quand même absolument ce titre Je suis fan de L'épouvanteur et de Joseph Delaney !

• Bertrand et Lola d'Angélique Barbérat 
Éditeur : Michel Lafon
Nombre de pages : 
Prix : 17,95€
Résumé :
"Pourquoi Lola a-t-elle sonné à cette porte ? Pourquoi Bertrand a-t-il ouvert à cette inconnue ? Comment peut-on tomber fou amoureux de quelqu'un en dix secondes ? 
Ce jour chaud du mois de juin va tout changer. Durant quelques heures de bonheur et d'insouciance, Bertrand et Lola oublient tout : elle, qu'elle va se marier dans une semaine ; lui, qu'il est reporter-photographe et ne supporte aucune attache. 
Malgré cette passion inattendue, tous deux prennent la plus sage et la pire des décisions : continuer leurs chemins respectifs et retourner à leur vie d'avant. Lola se marie et reprend son métier d'hôtesse de l'air, Bertrand s'envole pour un pays lointain... Mais chacun demeure prisonnier de cet amour fou. Même s'ils ont voulu vivre l'un sans l'autre, le hasard semble prendre un malin plaisir à les faire se croiser. Et puis... et puis Bertrand est capturé, pris en otage par un groupe armé lors d'un de ses reportages en Afrique. 
Auront-ils la moindre chance de se retrouver un jour ?"

=> Quelle date ? Le 26/02.
=> Pourquoi ? Si vous aimez les romans fort en émotions, ces histoires de hasards et de destins... Et parce qu'Angélique Barbérat écrit merveilleusement bien.

Ma PAL prévisionnelle : 

   
 
Je me suis bien tenue à ma PAL en janvier, même s'il y a eu un petit extra et une lecture que je n'avais pas prévue. Du coup, j'ai seulement eu le temps de commencer La mer infinie, alors on le remet pour février. Mais j'ai quand même lu 8 romans, sur 7 prévus ! 
Nos faces cachées et Bertrand et Lola sont deux titres que je devrais recevoir, Anna and the french kiss ma première lecture VO pour le 14/02 [oui, je me prévois une lecture spéciale St Valentin - à défaut du chéri, j'aurai une magnifique romance contemporaine avec moi ], Puis l'emprunt fait à la biblio aujourd'hui, New Moon, et un SP retrouvé chez moi lors de mon rapide retour à la maison, La maîtresse des éléments.

L'IMM de janvier : 

En ce moment, je me trouve plutôt raisonnable côté achat. Mon premier achat VO - grâce à Anne-So et sa chronique sur Lola and the boy next door - et un petit craquage pendant mon retour. Puis un emprunt à la biblio et des SP. Ma PAL prend donc juste un +4, deux des livres étant déjà lus [L'élue et Le ralliement des ténèbres]. 

~~~~~~
Je ne promets pas de rester aussi sage qu'en janvier ce mois-ci. J'ai envie de craquer pour beaucoup trop depuis plusieurs semaines et je sens qu'il ne vaudrait mieux pas que je me retrouve dans une librairie bien fournie dans les prochains jours... Et sinon, tant pis ! Craquer un peu me remontera le moral ;) Le seul souci sera ensuite de tout ramener à la maison au retour de l'homme. Ha.
Et vous, quelle(s) sortie(s) attendez-vous le plus en février ? Dites-moi tout !

Je vous souhaite un excellent mois, les chatons