-->

Mes dernières chroniques :

https://liredelivres.blogspot.fr/2017/05/corbeaux-juliette-lemaitre-manipulation.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/05/operation-pantalon-cat-clarke.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/04/passenger-tome-1-alexandra-bracken.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/04/graces-tome-1-laure-eve.htmlhttps://liredelivres.blogspot.fr/2017/03/demain-nest-pas-un-autre-jour-robyn-schneider.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/03/la-tour-aux-mille-etages-katharine-mcgee.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/02/phobie-douce-john-corey-whaley.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/02/coeurs-brises-tetes-coupees-robyn-schneider.html

lundi 22 décembre 2014

=> Violante ou Le bal des scélérats - Edouard Bernadac <=

Quand des paquets inattendus renferment de surprenantes découvertes... J'ai reçu courant octobre Violante ou Le bal des scélérats d'Edouard Bernadac, sans m'y attendre. L'un de mes premiers romans historiques, il me semble. Un genre donc que je ne connaissais pas, et qui ne m'attirait pas spécialement. Mais j'ai quand même été très intriguée par cette histoire et, même si j'ai plusieurs fois reporté ma lecture, je suis contente qu'il ait croisé ma route.
Éditeur : Prisma éditions 
Genre : romance, historique
Public : dès 18 ans
Nombre de pages : 259
Date de parution : 16/10/2014
Prix : 19,95€

Résumé
"Toulouse, 1608. Violante, jeune et belle veuve d'origine catalane, est trop libre pour son époque. Son charme fait des ravages parmi les hommes qui l'entourent. Dans une société qui ne lui offre pas d'autre statut que ceux de femme mariée ou de prostituée, la séduisante rebelle tente de survivre coûte que coûte. 
Alors que la peste bubonique rôde dans la région, son destin bascule dans la tragédie."

Avis
Violante a été l'occasion d'une découverte. Même si je n'étais pas franchement enthousiasmée par le genre historique, c'était l'occasion de m'y confronter et de m'en faire un premier avis. C'est ainsi que j'ai commencé ma lecture, intriguée également par la quatrième de couverture. On ne cherche pas à nous mentir, l'histoire de Violante n'est pas rose, et le contexte dans lequel elle évolue ne l'est pas plus. Sans être une lecture exceptionnelle, j'ai finalement passé un bon moment avec ce titre !

Le temps presse pour Violante, elle est enceinte et seule, à une époque où cela est malvenue pour les femmes. Où leurs seules possibilités sont d'être une épouse ou de devenir une prostituée. Quatre hommes sont à l'origine de ce problème, quatre hommes que Violante a séduits, quatre hommes qui refusent ou ne peuvent chambouler leur vie en prenant la responsabilité de ce qui arrive à Violante. La seule solution est de la marier, et rapidement...

Dans cette lecture, j'ai été gênée par le style un peu cru, par Violante elle-même, par ces quatre hommes, par la pensée de l'époque. Je n'ai pas réussi à être en phase avec ce qui était exprimé, les idées qui étaient mises en avant. Mais ça, c'est juste moi et ma tendance à rougir, le fait que j'aime la fidélité et que j'idéalise un peu trop les relations amoureuses. Cependant, je n'en ai pas moins aimé l'histoire de Violante pour ce qu'elle représentait. Ce roman, c'est avant tout l'histoire d'une femme déterminée à vivre, contre tous et comme elle l'entend. 
J'ai admiré le combat de Violante et son courage, sa force aussi. J'étais impressionnée par cette femme pleine de caractère, prise entre ses aspirations et les valeurs de l'époque. Violante est en décalage avec son temps, incapable de ne choisir qu'un homme et trop libre pour se soumettre au pouvoir d'un seul. C'est un personnage intéressant et complexe, que je me suis prise à encourager tout au long du récit, pressant le sort pour qu'elle se sorte indemne de tout ça. 
Quant aux cinq hommes qui gravitent autour d'elle... J'ai cordialement détesté Morain, son mari. Il m'insufflait des frissons de dégoût à chaque apparition. Pour les quatre autres, je n'ai pas été fan de leur lâcheté. mais j'ai apprécié ce qu'ils étaient près à faire pour Violante. Même si aucun d'eux ne peut ou ne veut prendre la responsabilité de l'enfant qu'attend Violante, ils restent tout de même présents pour elle et feront leur possible pour réparer le tort qu'ils lui ont fait. Mais je crois que ma préférence allait quand même vers Dancolas. Je suis certaine que s'il l'avait pu, il aurait tout fait pour Violante. 
Pour l'histoire, j'ai avalé les cent premières pages sans les voir. J'ai découvert le Toulouse d'antan, ses alentours, ravagés par la peste bubonique, la misère, l'alcool. J'ai fait connaissance avec Violante et ses amis. Edouard Bernadac nous plonge dans son roman dès les premières pages. On sent tout de suite que l'ambiance sera un peu pesante, que la vie de Violante n'est plus qu'une course effrénée. Il y a une sorte d'effervescence dans les chapitres, dans les personnages que l'on croise. 
Mais passée la découverte, je me suis demandée ce que me réserverait la suite... sans voir qu'elle serait l'issue de tout ça. Plus les pages défilaient plus j'aurais aimé qu'un personnage prenne le devant, que Violante ne me paraisse pas si seule dans cette marée humaine. Je savais que son histoire serait tragique, et même si elle a eu ses moments gais, la fin m'a prise au dépourvu.
Alors qu'on stagne un peu au milieu du roman, l'auteur nous dévoilant toute la noirceur de Morain, j'ai pris conscience que tout serait bientôt fini. Violante n'est pas femme à se laisser faire, et elle ne sera pas seule dans son entreprise. Une fois le plan posé, le rythme reprend de plus belle. Les chapitres s'alternent, les personnages vont et viennent. L'étau se resserre sur Morain, puis sur Violante. Un étau qu'on a l'impression de ressentir tant la plume d'Edouard Bernadac a quelque chose de très visuel et de très franc. Cet aspect cru que je n'ai pas toujours apprécié a également eu le mérite de me faire voir les choses, sans juste les lire. 
Les derniers chapitres sont une accélération de tout ce à quoi l'auteur nous a préparés. Jusqu'au dernier moment, j'ai réussi à penser que rien ne serait fait à Violante, qu'elle pouvait encore s'échapper et avoir la liberté dont elle rêve. J'ai finalement été surprise par ces quatre hommes que je prenais pour des lâche, par la ténacité dont ils ont fait preuve. Puis je me suis révulsée une dernière fois, tandis que l'auteur lançait son dernier coup,, un énième que je n'avais pas vu venir. Et j'ai refermé Violante, contente de ma découverte

~~~~~~

Violante d'Edouard Bernadac est un roman historique que j'ai apprécié découvrir. Une bonne lecture que j'ai refermée avec un petit pincement au coeur. Même si Violante est un personnage auquel je ne pensais pas accrocher, elle se révèle en fait une femme déterminée et forte, qui souhaitait juste profiter de sa vie dans une période sombre de l'histoire, et qui ne lui avait rien de favorable. J'ai été marquée par son courage, par la liberté qui se dégageait d'elle. Voilà surtout ce que je retiendrai de ce roman, sa vie

Merci aux éditions Prisma pour cette lecture !

4 commentaires:

  1. Je pense que cette lecture pourrait vraiment me plaire :)
    P.S. : j'adore ta déco Noël ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu aimes les romans historiques et qui parlent d'un personnage qui a réellement existé, c'est fort possible !
      [Merci :3 - Mais je reste encore plus fan de la tienne, avec ses flocons qui tombent de partout !]

      Supprimer
  2. Merci pour ta chronique, il pourrait me tenter!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, je suivrais ça ! Fais-moi savoir si jamais tu craques :)

      Supprimer

Merci pour votre petit mot ♥