-->

Mes dernières chroniques :

https://liredelivres.blogspot.fr/2017/03/demain-nest-pas-un-autre-jour-robyn-schneider.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/03/la-tour-aux-mille-etages-katharine-mcgee.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/02/phobie-douce-john-corey-whaley.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/02/pieges-christy-saubesty.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/02/marquer-les-ombres-veronica-roth.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/02/coeurs-brises-tetes-coupees-robyn-schneider.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/02/quelques-minutes-apres-minuit-patrick-ness.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/02/la-vie-enfuie-de-martha-k-angelique-barberat.html 

lundi 29 juin 2015

#Routine du lecteur/blogueur

• L'idée : en tant que lecteurs/en tant que blogueurs/en tant que lecteurs et blogueurs, on se retrouve parfois confronter à des petits problèmes, des petites angoisses, des questions, auxquels on aimerait bien une solution.
• Pourquoi ? Parce que j'aimerais être libraire/bibliothécaire/secrétaire d'édition, sans avoir cette chance pour le moment. Parce que j'aime conseiller, blablater, le tout dans l'esprit livresque. Parce qu'il est toujours bon d'avoir quelques conseils. Parce qu'on se pose peut-être les mêmes questions, et que nous pourrions y répondre ainsi ensemble. 
• Comment ? Chaque mois, j'exposerai un problème/une question et tenterai de lui apporter des solutions, misons sur trois. Le tout accompagné de quelques idées livresques en fin d'article. 

Let's go ! 
~~~~~~

Faire sa valise pour les vacances [été]

Vous vous en doutez bien, on ne va pas parler vernis, maquillage et tenues estivales. Même si, on ne le dira pas assez, n'oubliez surtout pas votre crème solaire et votre tube de biafine ! Revenons-en à nos livres donc. L'année scolaire touche à sa fin, les grandes vacances se profilent. Plage, montagne, ou peut-être avez-vous simplement prévu de rester chez vous. Quoi qu'il en soit, l'été, on ne veut pas forcément des livres comme les autres, et on ne sait jamais quels titres de notre PAL emporter avec soi/sortir de sa biblio. A nous écouter, on pourrait d'ailleurs prendre toute la biblio. Mais, avouons-le, ce n'est pas des plus pratiques... 

1er conseil : blinder sa liseuse. Pratique, légère, elle se glisse entre vos shorts et vos serviettes sans problème. Personne ne verra ainsi la tonne de livres que vous emmenez et de votre côté vous aurez une large possibilité de choix. Notons en plus l'avantage économique du livre numérique. Puis qui dit gain de place dit aussi plus de place pour le retour, pour quelques emplettes estivales. Bien entendu, n'oubliez pas son chargeur.

2ème conseil : l'option poche. De toute façon, tout le monde le sait, ils n'y couperont pas : vous emmènerez des livres cette année encore. Peut-être même trop, mais vous avez raison, mieux vaut être prévoyant. Et c'est là que le poche et ses trois p entrent en scène : petit prix, petite taille et petit poids ! Après, quelques poches font exception, mais rien ne vaut leur souplesse et leur maniabilité. Des atouts qui en font l'accessoire idéal pour accompagner un pique-nique, une virée à la plage, une soirée détente,...

3ème conseil : lire pour soi. Il se peut que vous ayez des livres prioritaires, des engagements à tenir avec un éditeur et donc des livres à découvrir avant d'autres. Mais l'été, c'est aussi l'occasion de se déconnecter et de profiter. En dehors de vos engagements, choisissez donc les livres qui vous tentent le plus : celui que vous vous étiez promis de lire à sa sortie et que vous n'avez finalement pas ouvert, celui qui prend la poussière depuis des mois mais tout à coup vous appelle à grands cris, celui qui est là par hasard parce qu'on vous l'a offert ou prêté. Laissez-vous séduire ! Et, pourquoi pas, tentez l'inconnu en sélectionnant des genres qui vous sortent de vos habitudes.


Quelques idées livresques 

• Je veux du léger/doux/mignon : 
   


• Je veux du frisson : 
   

• Je veux de l'amitié/du rêve/de l'espoir : 
   

• Je veux du voyage :  
   

• Je veux être ailleurs :  
   

• Je veux de la romance : 
   

• Je veux des récits pas comme les autres : 
   

• Je veux sortir des romans ados/YA : 
   


Il est temps pour moi de vous souhaitez un bel été !

samedi 27 juin 2015

=> Indulgences - Jean-Pierre Bours <=

J'ai récemment eu la chance d'être sélectionnée pour une Masse critique sur le site de Babelio. Toute contente et ravie à l'idée d'une nouvelle découverte, j'ai patienté jusqu'à la réception du roman. Une semaine plus tard, ma lecture terminée, il est temps de vous raconter l'expérience que j'ai eue avec Indulgences de Jean-Pierre Bours. Un récit historique qui m'aura transportée dans une autre époque, avec force et précision.

Éditeur : HC éditions
Genre : historique
Public : /
Nombre de pages : 416
Date de parution : 30/10/2014
Prix : 22€

Résumé :
« Dans une Allemagne entre Moyen Âge et Renaissance, dans un monde que se disputent la peste et la lèpre, la famine et la guerre, une mère et sa fille doivent braver leur destin pour tenter de se retrouver.

1500, au coeur de la forêt savonne, une femme abandonne son enfant avant d'être arrêtée pour sorcellerie.
Quinze ans plus tard, alors que les premiers feux de la Renaissance et de la Réforme commencent à briller sur Wittenberg, la jeune Gretchen ne sait pas encore que la quête de son identité l'amènera à croiser ceux  qui sont en train d'écrire l'histoire, qu'il s'agisse de Luther, de Cranach ou du très mystérieux docteur Faust... »

Avis :
Mes premières excursions dans le genre historique ne se sont pas toujours très bien passées. Mais je suis du genre curieuse et déterminée, alors j'ai voulu retenter l'expérience en cochant Indulgences lors de la Masse critique. La chance a été avec moi et j'en ressors ravie. L'historique ne sera sûrement pas un de mes genres de prédilection, cependant, Indulgences a effacé toutes mes hésitations le temps de ma lecture. Et m'a même laissé avec l'envie de retenter un jour l'expérience. 

Allemagne, 1500. A l'époque de la chasse aux sorcières, aux prémices de la Renaissance, Eva est contrainte d'abandonner son bébé dans une église, avant d'être prise par les autorités. Accusée d'être une sorcière, s'en suit un procès des plus barbares. Quinze ans plus tard, Margarete, surnommée Gretchen, apprend que ses parents l'ont adoptée. Partant à la quête de ses origines, elle sera surprise par la peste, marquée par l'Histoire elle-même. Mais quelque chose - ou quelqu'un - d'aussi ancien que l'Histoire elle-même veille sur ces deux femmes... 

Voilà qui me change de mes lectures habituelles et qui se révèle être une histoire totalement prenante, sur les traces de deux femmes aux caractères forts. Jean-Pierre Bours, avec Indulgences, entraîne ses lecteurs dans une fresque historique et humaine inattendue. Il nous fait revivre le début du XVIème siècle comme si nous y étions, s'inspirant de mythes autant que de faits réels autour desquels il créé une intrigue principale intemporelle.
D'un chapitre à l'autre, nous découvrons Eva et Maragarete. Eva, une jeune femme dont l'intelligence et la beauté la conduiront devant la justice. Margarete, aussi belle que son esprit est vif, qui croisera la route d'hommes qui ont marqué l'Histoire. Margarete est la fille d'Eva, abandonnée pour mieux être protégée. Mais le destin leur permettra-t-il d'être réunies à nouveau ? Sur leur chemin, bien différents, elles trouveront toutes deux le même homme, souvent dans l'ombre d'autres, et chacune garderont longtemps en mémoire ses yeux. Vairons.
L'une comme l'autre se heurteront à la haine, pure et aveuglante, à la maladie, mortelle et ravageuse. Heureusement, malgré les conflits qui animent ce début de siècle, Indulgences ne perd rien. L'atmosphère du roman n'est pas plombée par toutes les mésaventures qui parcourent la vie de nos héroïnes. Loin d'être indigeste, l'histoire se savoure et s'apprécie, notamment au regard de chaque détail historique qui la compose. On ressent d'emblée le travail de recherche de l'auteur, et personnellement, je n'en ai apprécié que plus encore les précisions faites dans le récit.
Outre ces deux femmes, Jean-Pierre Bours nous dessinent aussi ce siècle par les portraits de plusieurs hommes : d'église tout d'abord, qui nous emmèneront dans une réflexion sur les excès que certains ont pratiqués au nom de leur croyance ; de guerre ensuite, en nous faisant suivre le personnage de Ludwig, abject au possible ; d'arts et de sciences enfin, des peintres, des imprimeurs, des médecins, qui apporteront leur contribution à plusieurs égards.
Il y a également ce portrait qui me marque, celui d'Ulrika, la soeur de Gretchen. Entre ascension et descente, rêve de liberté et désir de l'être, son rapport à la vie diffère beaucoup de celui de Margarete et on entrevoit avec elle un autre mode de vie, dans d'autres conditions. Si bien qu'on a le sentiment d'avoir un aperçu très large de cette époque, sans que rien ne nous soit caché, sans suivre une classe sociale en particulier mais toutes à la fois.
Et l'histoire se déroule. Et les pages se tournent. On se laisse porter par les personnages que l'on rencontre, par le récit de leur vie. Mus par nos questions au sujet de Margarete et Eva, mais aussi des autres personnages que l'on suit, sans pour autant avoir l'impression qu'il y a foule dans la narration. C'est fluide, très agréable. Sans compter les surprises qui nous attendent, les réponses de l'auteur qu'on ne parvient pas à prédire et qui nous prennent totalement à revers, tantôt avec délice. tantôt avec horreur.

~~~~~~
Indulgences de Jean-Pierre Bours aura été pour moi une bonne lecture ! C'est une expérience que je suis ravie d'avoir vécu, et un genre que j'ai aimé à découvrir davantage. Ce récit est tellement travaillé, si précis, que je ne doute absolument pas qu'il ravira les fans du genre historique. De même, il peut aussi être un très bon début pour ceux/celles qui se lanceraient et voudraient en apprendre plus sur l'époque. Alors que je n'étais pas certaine d'accrocher, je me suis rapidement prise à suivre les personnages avec intérêt et à me plaire dans cet univers. Et de me poser encore à ce jour des questions sur des non-dits que l'auteur soulève jusqu'à la dernière page

+ Je remercie sincèrement Babelio pour leur confiance renouvelée et HC éditions pour cette belle lecture

mercredi 24 juin 2015

=> The book of Ivy - Amy Engel <=

Parce que les copines en disaient beaucoup de bien, parce qu'il a raflé beaucoup de coup de coeur. Parce qu'il était attirant et que je le voulais beaucoup beaucoup... En mars dernier, lors du SDL, j'ai craqué pour The book of Ivy d'Amy Engel. Loin d'être le premier Lumen dans ma PAL, il n'en a pas moins été le premier que j'ai lu de cet éditeur. A peine commencé, j'ai su que ce serait un coup de coeur pour moi aussi ♥ 

Éditeur : Lumen 
Traduit par : Anaïs Goacolou
Genre : dystopie, YA,
Public : dès 15 ans
Nombre de pages : 341
Date de parution : 05/03/2015
Prix : 15€

Résumé :
« Voilà cinquante ans qu'une guerre nucléaire a décimé la population mondiale. Un groupe de survivants d'une dizaine de milliers de personne a fini par se former, et ce qui reste des États-Unis d'Amérique s'est choisi un président. Mais des deux familles qui se sont affrontées pour obtenir le pouvoir, la mienne a perdu. Aujourd'hui, les fils et les filles des adversaires d'autrefois sont contraints de s'épouser, chaque année, lors d'une cérémonie censée assurer l'unité du peuple.
J'ai seize ans cette année, et mon tour est venu.
Je m'appelle Ivy Westfall, et je n'ai qu'une seule et unique mission dans la vie : tuer le garçon qu'on me destine, Bishop, le fils du président. Depuis ma plus tendre enfance, je me prépare pour ce moment. Peu importent mes sentiments, mes désirs, mes doutes. Les espoirs de toute une communauté reposent sur moi. Le temps de la rébellion approche...
Bishop doit mourir. Et je serai celle qui le tuera... »

Avis
OMG ! Qu'est-ce que c'était bon !! La plume, les personnages, les intrigues,... un concentré de talent ! J'ai adoré The book of Ivy du début à la fin. C'est une dystopie fraîche, originale et captivante, menée d'une main de maître par Amy Engel. Les 341 pages de ce roman s'avalent d'un trait, sans qu'on ne les voie passer. Je me demande encore - comme souvent - pourquoi il n'est pas sorti de ma PAL plus tôt... Et je regrette un peu de ne pas avoir su faire durer cette lecture  

Callie aurait dû épouser Bishop il y a deux ans, et faire ce qui devait être fait. Mais rien ne s'est passé comme prévu et c'est aujourd'hui Ivy, sa soeur, qui doit épouser le fils du président Lattimer. Un événement qui ne réjouit personne, encore moins l'intéressée. Mais il faut le faire, et sa mission doit être accomplie : après le mariage, Ivy devra tuer Bishop. Pour que sa famille reprenne le pouvoir. Parce que le président Lattimer n'est pas celui qu'il faut à Westfall. Sauf qu'une fois de plus, rien ne se déroule comme prévu...

Est-ce que je m'attendais à un tel coup de coeur en commençant The book of Ivy ? Absolument pas. Il avait l'air génial, sur le papier, sur les blogs. Et si ça ne marchait pas avec moi ? J'ai donc essayé de tout occulter lorsque j'ai ouvert pour la première fois le roman. Après ? Je ne l'ai ouvert qu'une seconde fois avant de le finir ! Faible que j'ai été, je n'ai pu qu'aller de chapitre en chapitre, tant la fin de chacun appelle à ce qu'on ne lâche pas le livre.
ADDICTIF ! Voilà un adjectif qui colle à merveille à The book of Ivy. Pour autant, je ne saurais dire avec exactitude ce qui me l'a rendu aussi fascinant. Assurément, la plume d'Amy Engel y est pour beaucoup, mais ce n'est qu'un élément parmi tant d'autres qui m'ont fait fondre pour cette charmante dystopie. Je m'embrouille, je cherche encore mes idées, mais c'est la faute de ce roman, qui me fait perdre mes mots. Et de Bishop, qui a ravi mon coeur !
Est-ce qu'on a idée d'avoir une plume du feu de dieu et en plus de créer des personnages à ce point attachants et remarquables ? J'ai craqué pour Ivy dès que j'ai lu le résumé et qu'on la rencontre dans le premier chapitre. Il y a quelque chose dans ce personnage, quelque chose de déterminé et de brisé. Ses réflexions m'ont souvent coupé le souffle, ses aspirations plus encore. Ivy m'a surprise plus qu'à mon tour et - si elle m'a d'abord prise de cours - elle m'a ensuite convaincue jusqu'au bout. Quant à Bishop Il rivalise avec Noah Show en terme de book boyfriend, c'est clair ! J'ai appris à l'aimer doucement, au fur et à mesure qu'il se dévoile. Tellement doux et tellement attentionné, il m'a autant désarmée et désarçonnée qu'il l'a fait avec Ivy.
L'univers de cette dystopie, à l'image du livre, est également exaltant et convaincant ! Complet, précis, rien n'y manque et je n'ai pas vu poindre ces interrogations que j'ai parfois sur les pourquoi et les comment d'un tel monde. Amy Engel répond à tout ! Puis qu'il est bon de retrouver des récits qui sortent un peu des sentiers battus du genre, en proposant quelque chose d'un peu différent. Point de haute technologie, point de castes, et un petit retour à l'Histoire même, par la présence des mariages forcés/arrangés, notamment en matière politique. Un sujet qui a eu - comme pour Ivy - de quoi me faire grincer des dents.
Concernant l'intrigue, s'il y a des choses que l'on voit venir, certaines restent de grosses révélations, qui m'ont littéralement scotchée. Même une fois que l'on se doute de certains détails, apprendre le pourquoi demeure un vrai plaisir. The book of Ivy ne lasse pas une seconde ! Autant qu'il ne se relâche pas. La tension monte crescendo dans le roman, à mesure que les complots éclatent, que les manipulations s'enchaînent. Si bien que dans les dernières pages nous attendent un cliffhanger qui nous ferait presque pleurer, tant le besoin d'en avoir plus est fort. Je ne peux qu'ajouter ceci : vivement la suite !! 

Et s'il ne fallait qu'une citation pour vous convaincre :
« Je sais que je dois lui confier quelque chose, mais il me faut rester prudent. Au-delà des inquiétudes concernant tous les secrets que je garde, il y a toujours ce sentiment persistant que je ne suis même pas sûre de mon identité, hormis celle définie par ma famille. Pendant quatorze ans de ma vie, j'ai été la fille de secours, celle qui devait rester aux côtés de notre père et travailler dans l'ombre avec lui pendant que Callie occupait le devant de la scène. Et tout à coup, il y a deux ans, les projecteurs se sont braqués sur moi. »

~~~~~~
The book of Ivy d'Amy Engel est un gros coup de coeur pour moi aussi ! J'ai été saisie par la plume fluide et captivante de l'auteur, par les deux personnages centraux de l'intrigue et par la tension, parfois palpable, du récit. Une histoire de complots, de manipulations, surtout une quête de pouvoir qui ne laissera personne indemne. J'aime Ivy, j'aime Bishop, deux protagonistes inattendus qui m'auront créé beaucoup de surprises. Maintenant, j'ai hâte de pouvoir les retrouver

Si vous ne l'avez pas lu, c'est une dystopie que je vous recommande d'urgence

Les copines le recommandent aussi : 

dimanche 21 juin 2015

/ Challenge de l'été 2015 /

Cette année, c'est reparti pour le challenge de l'été, organisé par Saefiel ! Je m'y prépare depuis des semaines, même si physiquement/virtuellement, absolument rien n'est prêt avant ce soir... J'aimerais parfois des jours plus longs. M'enfin ! 
Voici donc ma deuxième participation au challenge. L'été dernier, j'étais restée sur un petit échec, ayant lu beaucoup moins de livres que prévu. Du coup, pour cette nouvelle période estivale, je remonte la barre et je vise la médaille du livrivore vacancier ! Pour les semaines à venir, je ne me prévois pas moins de 25 livres, ou plus :3 Et pour pimenter le tout et m'aider à choisir cette PAL estivale, je me suis donné quelques défis...
  • Le règlement de ce challenge : 
- Le challenge commence officiellement le 21 juin et se termine le 21 septembre [jour de l'automne]
Chacun fait une liste des livres qu'il veut lire cet été sans limite de nombre
On peut s'ajouter des défis personnels comme lire un titre en VO ou finir les séries en cours
Vous pouvez modifier votre liste à loisir durant la période du challenge, l'agrandir, la rétrécir. Tout est permis ! 
- Si possible, venez partager votre avancement ici, cela permettra un échange sur nos lectures et de partager nos sentiments. 
- Le fait d'avoir un blog et/ou de poster des chroniques n'est pas obligatoire. Quiconque est intéressé peut participer. 
  • Les inscriptions : 
- Elles se font jusqu'au 21 juin
- N'oubliez pas de venir donner votre liste de livres prévus et éventuellement vos challenges personnels. 
  • Les médailles : 
- 5 livres lus et plus [à la demande de certaines lectrices] : médaille du coquillage,
- 10 livres lus et plus : médaille du Lecteur de plage,
- 20 livres lus et plus : médaille du Surfeur des livres,
- 25 livres lus et plus : médaille du Livrivore vacancier,
- 30 livres lus et plus : médaille du Plongeur livresque fou !

*** *** *** 
Voici le programme des réjouissances ! 

○ Défi 1 : éviter les coups de soleil.
J'ai reçu beaucoup de livres ces derniers jours et je refuse de trop laisser traîner mes SP : 
Indulgences de Jean-Pierre Bours [Lu - terminé le 24/06]
Free fall de Leah Reader [Lu - terminé en juillet]
Mécanique infernale de Sharon Cameron [Lu - terminé le 28/06]
Entre nous et le ciel de Claire Gratias [Lu - terminé en juillet]
Un été sans toi de Karen Swan [Lu - terminé le 02/08]
Rêve de hyène de Hervé Jubert
L'année solitaire d'Alice Oseman [nouveau] [Lu en juillet]

○ Défi 2 : partir à l'aventure.
Il y a ces auteurs dont on parle beaucoup, et dont un roman finit par atterrir dans notre PAL, ici grâce à mon adorable voisine. On se dit alors que c'est l'occasion de le découvrir : 
Vous revoir de Marc Levy

○ Défi 3 : ne plus dire non.
Farniente et zéro prise de tête, cet été, j'arrête de repousser et je me laisse séduire : 
Nos faces cachées d'Amy Harmon [Lu en juillet]
New Victoria, tome 1 de Lia Habel
Avant toi de Jojo Moyes
Coeurs brisés, têtes coupées de Robyn Schneider
Au bout du rêve de Sarah Dessen
La cité des ténèbres de Cassandra Clare
[en vue d'une relecture de la saga]
Projet Adam de Katherine Applegate & Michael Grant
Radley de Matt Haig

○ Défi 4 : prendre le temps de s'arrêter.
C'était déjà un défi de l'année dernière, ça en reste un cette année puisque j'avais merveilleusement échoué, il est temps de dire au revoir à des personnages chers à mon coeur et de finir quelques sagas : 
Kaleb - Saison III de Myra Eljundir
Le brasier des souvenirs de Carina Rozenfeld [Lu en août]
Flame d'Amy Kathleen Ryan
Le remède mortel de James Dashner
Abandon, tome 3 de Meg Cabot
Enclave, tome 3 d'Ann Aguirre

○ Défi 5 : entretenir la flamme.
Autrement dit, continuer quelques séries en cours : 
Lola and the boy next door de Stephanie Perkins
Les déconnectés de Neil Shusterman
21ème jour de Kass Morgan
Révélée de PC & Kristin Cast
Cress de Marissa Meyer

Bonus : pêcher le gros poisson.
Pour profiter de quelques rayons de soleil supplémentaires - et seulement dans le cas où je serai venue à bout des 26 livres prévus pour le challenge [c'est l'été, on peut rêver] :
Vampire Academy de Richelle Mead, tome 1 à 6 [bien entendu]
Une irrésistible envie de... de Meg Cabot, intégrale [sinon, c'est moins drôle]

MàJ du 31/07 :
De nouveaux SP sont venus s'ajouter en cours de route :
Invisibilité de David Levithan et Andrea Cremer [Lu]
Il était une fois dans le métro de Karen Merran [Lu]
Plus loin, plus près de Hannah Harrington [Lu]
Pas sans lui de Katie McGarry [Lu]
Des mensonges dans nos têtes de Robin Talley [Lu]
Aristote et Dante découvrent les secrets de l'univers de Benjamin Alire Saenz [Lu]
Fangirl de Rainbow Rowell [Lu en septembre]

MàJ du 06/08 : 
Je viens d'apprendre que Vous revoir est une suite... N'ayant pas le premier avec moi, je suis dans l'impasse. Je considère qu'avoir vu le film ne compte pas. Et suis en train de chercher le roman qui pourrait le remplacer.

MàJ du 19/09 :
De nouvelles réceptions :
Ne regarde pas de Michelle Gagnon [Expérience Noa Torson, #2] [Lu en septembre]
Ce que toujours veut dire de Lexa Hillyer [Lu en septembre]
La disparue de Linton Hill de Jean-Michel Payet [Lu en septembre]

Compteur : 19 / 26
~~~~~~
Si nous avons des titres en commun, qu'une LC vous intéresse, n'hésitez surtout pas ;)
Je vous souhaite à tous un très bel été et d'excellentes lectures !

samedi 20 juin 2015

=> Code 93 - Olivier Norek <=

Des thrillers pour adultes, j'en ai toujours empruntés/achetés pour ma maman. Je lisais les résumés sur le chemin du retour, tournais parfois quelques pages, mais sans plus. Le déclic est venu le mois dernier, une enveloppe blanche dans ma BAL, sans grandes indications. Elle renfermait mon premier thriller pour adultes et une belle surprise [tu es un hibouchou, toi ]... Récemment, j'ai découvert Code 93 d'Olivier Norek, une entrée dans le genre sombre et glaçante ! 

Éditeur : Pocket
Éditeur GF : Michel Lafon
Lu en poche
Genre : thriller
Public : dès 17 ans [coeur accroché]
Nombre de pages : 360
Date de parution : 09/10/2014
Prix : 7,30€

Résumé
« Un cadavre, émasculé, qui rouvre les yeux sur la table d'autopsie. Un portable qui se met à sonner dans le corps d'un jeune toxico, mort de brûlures inexplicables. Malgré quinze ans de terrain en Seine-Saint-Denis, Victor Coste, capitaine de police, se prépare au pire.
Et que penser de ces lettres anonymes qui dessinent une première piste : celle d'un mystérieux dossier, le « Code 93 » ?
Une piste qui, des cercles huppés parisiens aux quartiers déshérités, fera franchir à Coste les limites du périphérique, et de la raison... »

Avis
Si l'on m'avait dit au début de ma lecture « T'inquiète, tu vas kiffer ! », j'aurais eu une moue septique, répondu par un vague sûrement - enthousiaste mais pas totalement convaincue. Dès les premières pages, je me suis trouvée face à des scènes auxquelles je ne suis pas habituée, des images sombres, de celles qui me font tourner la tête pendant un film, puis qui marquent mes cauchemars des nuits durant. Une entrée brute de décoffrage qui met d'emblée dans l'ambiance. Pourtant, j'ai directement accroché et garde un ressenti des plus positifs sur Code 93 et l'écriture d'Olivier Norek !

Tout commence par un cadavre, émasculé, qui revient à la vie. Vient ensuite ce corps carbonisé, un portable dans la poitrine. Puis ces étranges messages laissés à l'attention de Coste. Les médias ne mettent pas longtemps à arriver sur les lieux, à relayer les infos et à poser des questions. Des questions auxquelles personne n'est en mesure de répondre pour l'instant. Sa direction sur le dos, Coste et son équipe doivent faire la lumière sur ces morts étranges et découvrir le meurtrier avant qu'il n'en fasse plus...  

Afin de me préparer à la lecture de Code 93, j'avais d'abord lu deux jolis romans d'été et d'amitié, des petits rayons de soleil pétillants en vue de l'affaire qui m'attendait avec le capitaine Coste. Bonne ou mauvaise idée, j'ai ouvert le roman et me suis plongée dans le prologue. La reconnaissance d'un corps, horriblement amoché, par une famille potentielle. D'entrée de jeu, l'auteur nous offre une scène aussi froide qu'intrigante, tant par les premiers personnages présentés que par leur singularité. Les dés lancés, ma curiosité piquée au vif, j'ai rapidement joué au jeu de l'enquête auprès de Coste et de son équipe
Et quelle première enquête pour moi... Un cadavre qui revient à la vie, une autocombustion, une exsanguination, des mises en scènes aux goûts douteux, j'ai douté que mon estomac tienne le coup. Mes yeux aussi. Mais il n'en a rien été ! J'avais beau être gagnée par un certain dégoût au cours de quelques scènes, mon addiction croissante pour ce roman était la plus forte. L'inconnue du prologue avait - de toute manière - beaucoup trop attiré mon attention pour que je laisse mes interrogations sans réponse.
Surtout, je crois aussi que j'ai rapidement ressenti de l'affection pour Coste, pour son équipe, les liens qui les unissent, et de l'admiration, pour ce qu'ils font au quotidien, pour leur courage et leur détermination. J'ai apprécié leur personnalité, ce qu'ils amènent ensemble au roman : cynisme, grande gueule, enthousiasme, douceur. En dehors du fait de suivre une équipe de policiers, on suit aussi une bande de potes, une famille, aux codes différents mais à la loyauté et à l'amour tout aussi forts.
A côté de ça, on a une intrigue dense et complète, un décor trop réel, une écriture à couper le souffle et une tension qui ne se relâche pas. Lorsque j'ai appris qu'Olivier Norek est lui-même policier au coeur de la Seine-Saint-Denis, j'ai tout de suite compris pourquoi Code 93 sonnait si juste, si tangible. Sa plume est très visuelle, qu'il s'agisse des descriptions ou de suivre simplement les pensées de chacun, on a le sentiment d'être dedans. C'est prenant, parce qu'on apprécie le récit, mais c'est aussi son réalisme qui m'a accrochée et totalement captivée.
J'ai donc passé un excellent moment de lecture, me lançant sur des pistes parfois improbables, m'imaginant à tort en plein roman fantastique [ce qui n'aura pas été pour me déplaire d'ailleurs, j'aurais eu trop peur de me perdre si cela avait été le cas !]. Et même si j'ai fini par découvrir le monstre qui se cachait derrière ces crimes, mon plaisir n'a en rien été diminué. Parce que jusqu'au bout, Olivier Norek sait conserver certains mystères et distiller petit à petit la vérité...

~~~~~~
Code 93 d'Olivier Norek aura été mon premier thriller, et je pense bien qu'il ne sera pas le dernier ! Même si c'était sombre, parfois écoeurant, c'est une entrée en matière surprenante et addictive, qui me donne envie de retenter l'expérience. Entre cette plume au réalisme fou et cette intrigue rondement menée, plus que de suivre l'enquête, j'ai eu l'impression d'être dans une enquête. Et je dois l'avouer, j'ai été séduite par l'équipe de Coste, tellement complémentaire et finalement attachante.
A votre tour de mener l'enquête ! 

mardi 16 juin 2015

=> Sous surveillance - Joëlle Charbonneau [L'élite, #2] <=

Récemment, j'ai porté mon dévolu sur Sous surveillance de Joëlle Charbonneau. La suite de L'Élite, rien que ça ! Elle me faisait les yeux doux depuis des mois, alors j'ai craqué. La peur au ventre. L'Élite a été un tel coup de coeur, vous comprenez... Est-il possible que l'auteur ait fait mieux ? Allais-je être déçue par la tournure des choses ? prendre moins de plaisir l'émoi de la découverte passé ? Réponse, les amis !

Éditeur : Milan
Collection : Macadam
Traductrice : Amélie Sarn
Genre : dystopie, YA
Public : dès 14/15 ans
Nombre de pages : 285
Date de parution : 04/02/2015
Prix : 13,90€

Résumé :
[Spoilers - Surlignez le texte pour lire]
« Avant.
Avant, Cia menait une vie simple auprès des siens.
Et puis, il y a eu le Test.
Cia l'a réussi.
Elle est entrée à l'université, prête à appartenir à l'Élite.
Mais elle sait. Elle sait que beaucoup sont morts, que le gouvernement condamnent les plus faibles. 
Maintenant, Cia doit faire un choix. 
Le bon. »

Avis :
Je m'étais tellement prise d'affection pour Cia et Tomas dans L'Élite. J'avais tant aimé l'univers et la plume de l'auteur. Clairement, cette lecture entrait dans mon top des meilleures dystopies. Je craignais donc que le deuxième tome me paraisse un peu fade, qu'il n'ait pas le même niveau - comme il arrive que ce soit [malheureusement] le cas. Mais Joëlle Charbonneau m'a rassurée dès les premières pages. Et j'ai souvent dû me faire violence pour reposer le roman le temps de reprendre une vie normal, de souffler un peu pour affronter la suite...

Pas de résumé perso. Pas de spoils.

Comme la première fois, j'ai été totalement bluffée par l'écriture de Joëlle Charbonneau ! Si les premières pages ont éclipsé rapidement les doutes que j'avais quant au niveau de ce tome 2, elles m'ont aussi directement replongée dans le vif du sujet. Comme si je n'avais pas refermé L'Élite il y a de ça quatre mois... Les choses reprennent facilement, je me suis immergée de suite dans cet univers, cet endroit qui m'avait autant plu qu'effrayée
Pour mon plus grand plaisir, j'ai retrouvé Cia, encore plus déterminée que jamais, Tomas et Will, toujours aussi secrets et mystérieux. Le Test a changé ce trio. Ils n'ont pas seulement grandi et mûri, ils ont aussi compris des choses. Ou tout du moins, Cia a compris des choses. Qu'est-ce que je l'aime ! Elle pourrait avoir un côté fouine et première de la classe, en être rabat joie et chiante au possible. Pourtant, il n'en est rien. Sa capacité à tout mener de front m'impressionne, sa curiosité sans limite m'étonne. Après tout ce qu'elle a vécu, avec tout ce qu'elle sait, on a presque envie de lui souffler d'arrêter maintenant, avant qu'il ne soit trop tard... 
Parce qu'encore une fois, doutes et menaces sont présents ! Ils ont pris de nouveaux visages, se cachent dans des recoins plus sombres. Mais la question se pose encore : à qui faire confiance ? Le Test n'était qu'une préparation, Cia et nous-mêmes le comprenons vite... Et échouer n'a jamais autant été une question de vie ou de mort. L'ambiance est sombre, les tragédies jamais loin. Heureusement, Joëlle Charbonneau arrive à nous faire esquisser des sourires. Sueurs froides et frissons contre le comique de certains dialogues, l'espoir qu'ils transpirent. Un peu de douceur dans ce monde de bruts.
Quant aux petits détails qui m'avaient fait chipoter lors du premier tome, il n'en a rien été ici. Toutes mes questions ont fini par trouver leurs réponses, de nouveaux points historiques sont faits et l'on comprend encore davantage la construction de ce monde, ce besoin d'une élite. Ceci n'a cependant pas empêché que d'autres questions viennent se poser, mais elles ont fini également par être entendue et disparaître. Et s'il nous manquait des détails du premier tome, Joëlle Charbonneau nous fait un petit topo à sa manière, toujours aussi habile.
L'auteur a réussi à écrire une suite où rien ne s'essouffle ! A l'image de L'Élite, Sous surveillance ne nous laisse aucun répit et l'action ne connaît pas de temps morts. De même que notre attention, de nouveau mise à rude épreuve dans ce monde où l'on ne peut se fier à ce qu'on voit. Cia en fera d'ailleurs une belle démonstration... Je ne vous en dirais pas plus ! A part que j'attends impatiemment le troisième tome, quoi que je redoute quand même le final de cette trilogie. Si j'aime les fins pour ce qu'elles sont, je ne suis pas fan de ce qu'elles signifient, ni même des adieux... Enfin, j'ai encore le temps pour m'y préparer, hein.

Et s'il ne fallait qu'une citation pour vous convaincre :
« - J'avais demandé éducation et j'avoue que je n'étais pas ravi en apprenant mon assignation. Je n'ai pas mis longtemps à me rendre compte que les quelques étudiants qui demandent sciences politiques se voient rarement accorder leur souhait.
- Pourquoi ?
Ian s'arrête.
- Parce que la plupart du temps, les meilleurs dirigeants ne sont pas ceux qui veulent le pouvoir mais ceux qui veulent servir la Communauté. »

~~~~~~
Sous surveillance de Joëlle Charbonneau est un deuxième aussi troublant et addictif que son prédécesseur ! Actions, rebondissements, révélations, le récit, comme notre héroïne, ne connaît aucun repos. Pas plus que nous, lecteurs, tant il est difficile de reposer ce tome. Mon attachement pour Cia s'est confirmé au fur et à mesure de ma lecture. Et pire qu'un attachement à ce personnage, c'est surtout un nouveau coup de coeur pour cette suite, haute en couleurs ! Quant à la plume, j'ai de nouveau été saisie par l'écriture de Joëlle Charbonneau. Une dystopie fluide, actuelle, et sans temps morts, portée par des personnages convaincants : je craque !
Le Test n'était qu'une première étape... Que seriez-vous prêt à risquer pour aider votre pays ? 

+ Mon avis sur le premier tome, L'élite

vendredi 12 juin 2015

♦ Wake up! ♦ #12


Avec le déménagement, je n'ai pas du tout vu le mois de mai passer, et que dire des derniers jours, sans internet, qui m'ont complètement empêchée de suivre mon programme et de publier cet article à temps... Je me rattrape donc aujourd'hui, avec un peu de retard, certes, mais j'espère que vous serez quand même au rendez-vous ! C'est parti :D

Les sorties [à titre exhaustif] : 

La cité du feu sacré de Cassandra Clare [The mortal instruments, #6]
Éditeur : Pocket Jeunesse
Nombre de pages : 800
Prix : 19,90€
Résumé
[Spoilers - Surlignez pour lire le texte]
« Les ténèbres s'abattent sur le Monde Obscur. Le chaos et la destruction se propagent à une vitesse terrifiante. Clary, Jace, Simon et leurs compagnons rassemblent leurs forces pour faire face au démon le plus puissant qu'ils aient jamais affronté : Sébastien, le frère de Clary. Rien ne semble pouvoir l'arrêter. L'unique espoir de l'anéantir se trouve au coeur du Royaume des Démons. Mais pour les Chasseurs d'Ombres, ce voyage exige de lourds sacrifices. La quête d'annonce plus difficile que jamais... »

=> Quelle date ? Le 04/06.
=> Pourquoi ? Si vous ne connaissez pas encore The mortal instruments, lancez-vous ! Sinon, pleurons ensemble


Let the sky fall de Shannon Messenger
Éditeur : Lumen
Nombre de pages : 480
Prix : 15€
Résumé
« Personne ne s'explique que Vane Weston ait pu survivre, enfant, à l'ouragan qui a tué ses parents. A son réveil, étendu parmi les débris laissés par le passage de la tempête, il n'avait pas le moindre souvenir de son passé - à l'exception du beau visage d'une fillette ballottée par les vents. Malgré les années qui passent, l'inconnue rend de temps en temps visite en rêve au jeune homme, qui s'accroche à l'espoir qu'elle ne soit pas un fantôme.
Il ne croit pas si bien dire. Mais si la jeune fille, Audra, est bien un être de chair et de sang, elle n'a en revanche rien d'humain ! C'est une sylphe, une créature liée au vent, qu'elle sait manipuler pour voler dans les airs, transmettre des messages ou livrer bataille. Sa mission ? Le protéger.
Malheureusement, l'histoire se répète - une maladresse et Audra révèle à leur pire ennemi l'existence du garçon... Celle qui vient peut-être de causer la mort de Vane est aussi son seul espoir de survie : le jeune homme n'a que quelques jours pour comprendre qui il est vraiment ou c'est la mort qui l'attend. »

=> Quelle date ? Le 04/06.
=> Pourquoi ? Shannon Messenger revient chez Lumen. Et avec une couverture totalement canon !

Invisibilité de David Levithan et Andrea Cremer
Éditeur : Michel Lafon
Nombre de pages : 480
Prix : 15,95€
Résumé
« Stephen est invisible depuis toujours.
Une malédiction impossible.
Jusqu'au jour où Elizabeth le voit.
Elle seule peut briser le sort.
Au risque de les séparer à jamais. »

=> Quelle date ? Le 11/06.
=> Pourquoi ? Le livre est magnifique ! Et c'est David Levithan

Fin de partie de CJ Daugherty [Night School, #5]
Éditeur : Robert Laffont
Collection : Collection R
Nombre de pages : 414
Prix : 
Résumé
[Spoilers - Surlignez pour lire le texte]
« A Cimmeria, la paranoïa a enfin cessé : la taupe a été débusquée, mais à quel prix ! Les pertes sont lourdes et les Nocturnes, un genou à terre, sont obligés de battre en retraite pour panser leurs plaies.
Nathaniel a remporté la bataille, pourtant sa victoire a un goût amer et il ne semble pas décidé à porter le coup final, malgré la monnaie d'échange qu'il possède et les enjeux colossaux de cette guerre farouche.
C'est désormais à Allie de garder la tête froide dans cette fin de partie où, plus que jamais, amour et pouvoir avancent main dans la main. »

=> Quelle date ? Le 11/06.
=> Pourquoi ? Encore une fin de saga, que je ne laisserais sûrement pas pendant 1000 ans dans ma PAL *cryagain*

Phobos de Victor Dixen
Éditeur : Robert Laffont
Collection : Collection R
Nombre de pages : 448
Prix : 17,90€
Résumé
« Ils sont six filles et six garçons, dans les deux compartiments séparés d'un même vaisseau spatial. 
Ils ont six minutes chaque semaine pour se séduire et se choisir, sous l'oeil des caméras embarquées.
Ils sont les prétendants du programme Genesis, l'émission de speed-dating la plus folle de l'Histoire, destinée à créer la première colonie humaine sur Mars.
Léonor, orpheline de dix-huit ans, est l'une des six élues.
Elle a signé pour la gloire.
Elle a signé pour l'amour.
Elle a signé pour un aller sans retour.
Même si le rêve vire au cauchemar, il est trop tard pour regretter. »

=> Quelle date ? Le 11/06.
=> Pourquoi ? Si vous ne connaissez pas encore Victor Dixen, comme moi, ce titre sera peut-être l'occasion de le découvrir !

Red Rising de Pierce Brown
Éditeur : Hachette
Nombre de pages : 480
Prix : 18€
Résumé
« Darrow n'est pas un héros. Tout ce qu'il souhaite, c'est vivre heureux avec l'amour sa vie. Mais les Ors, les dirigeants de la Société, en ont décidé autrement. Ils lui ont tout enlevé : sa raison de vivre, ses certitudes, jusqu'à son reflet dans le miroir.
Darrow n'a plus d'autre choix que de devenir comme ceux qui l'écrasent. Pour mieux les détruire. Il va être accepté au légendaire Institut, y être formé avec l'élite des Ors, dans un terrain d'entraînement grandeur nature. 
Sauf que même ce paradis est un champ de bataille. Un champ de bataille où règnent deux règles : tuer ou être tué, dominer ou être dominé. »

=> Quelle date ? Le 17/06.
=> Pourquoi ? Les premiers avis sont des plus élogieux !

Aristote et Dante découvrent les secrets de l'univers de Benjamin Alire Saenz
Éditeur : Pocket Jeunesse
Nombre de pages : 368
Prix : 17,90€
Résumé
« Ari, quinze ans, est un adolescent en colère, silencieux, dont le frère est en prison. Dante, lui, est un garçon expansif, drôle, sûr de lui. Ils n'ont a priori rien en commun. Pourtant ils nouent une profonde amitié, une de ces relations qui changent la vie à jamais... C'est donc l'un avec l'autre, et l'un pour l'autre, que les deux garçons vont partir en quête de leur identité et découvrir les secrets de l'univers. »

=> Quelle date ? Le 18/06.
=> Pourquoi ? C'est un coup de coeur général. Et un résumé qui m'intrigue beaucoup.

#Scandale de Sarah Ockler
Éditeur : Nathan
Nombre de pages : 400
Prix : 16,90€
Résumé
« L'enfer c'est les autres... et Facebook.
Le soir du bal d'automne, Lucy se retrouve au bras de cole, le petit-copain de sa meilleure amie, cette dernière étant malade. Emportée par l'euphorie et son amour secret pour le jeune homme, Lucy finit par commettre l'irréparable : l'embrasser. Mais bientôt, une photo de son baiser avec Cole est postée sur son propre compte Facebook, ainsi qu'une série de photos présentant ses amis dans des situations compromettantes. En quelques heures, le lycée entier la déteste et pour elle, l'enfer commence... »

=> Quelle date ? Le 28/06.
=> Pourquoi ? Ce résumé m'attire de ouf !

PAL prévisionnelle : 
   
  

J'ai démarré le mois en finissant ma lecture d'avant déménagement, soit The book of Ivy d'Amy Engel - CE ROMAN EST UNE BOMBE ! Ensuite, j'ai repris mes SP, avec Même les stars aiment les sardines à l'huile et Nos âmes jumelles, qui m'auront également régalée. Actuellement, je dévore Code 93, une découverte sombre et captivante grâce à Léa Pour la suite, j'attaquerai Sous surveillance, parce qu'en rangeant ma biblio, j'ai eu une irrépressible envie de le lire, Nos faces cachées, que je veux ouvrir depuis des mois, Au bout du rêve, parce que je ne vois pas l'été sans un Sarah Dessen. Pour le reste, j'attends l'arrivée de quelques titres via Babelio donc à voir !

L'IMM de mai : 
  
 
Un mois raisonnable, le déménagement ayant occupé tout mon temps ! Et j'ai déjà dévoré la moitié de cet IMM, alors ma PAL se porte bien.

~~~~~~
Welcome juin ! 
Excellent mois et bonnes lectures à tous