-->

Mes dernières chroniques :

https://liredelivres.blogspot.fr/2017/05/corbeaux-juliette-lemaitre-manipulation.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/05/operation-pantalon-cat-clarke.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/04/passenger-tome-1-alexandra-bracken.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/04/graces-tome-1-laure-eve.htmlhttps://liredelivres.blogspot.fr/2017/03/demain-nest-pas-un-autre-jour-robyn-schneider.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/03/la-tour-aux-mille-etages-katharine-mcgee.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/02/phobie-douce-john-corey-whaley.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/02/coeurs-brises-tetes-coupees-robyn-schneider.html

jeudi 15 novembre 2012

=> Kaleb - Myra Eljundir <=

Et mes lectures scolaires pleurent, pleurent... Qu'importe, Kaleb était beaucoup plus intéressant [le personnage comme le livre :p]


Éditeur : Robert Laffont
Collection : Collection R
[Lien éditeur] - [Page facebook]
[Extrait]
Genre : fantastique
Public : 16 ans [et âmes sensibles, faites gaffe ^^]
Nombre de pages : 456
Date de publication : 14/06/2012
Prix : 18 €

Résumé
"A 19 ans, Kaleb Helgusson se découvre empathe : il se connecte à vos émotions pour vous manipuler. Il vous connaît mieux que vous même. Et cela le rend irrésistible. Terriblement dangereux. Parce qu'on ne peut s'empêcher de l'aimer. A la folie. A la mort. 
Sachez que ce qu'il vous fera, il n'en sera pas désolé. Ce don qu'il tient d'une lignée islandaise millénaire le grise. Même traqué comme une bête, il en veut toujours plus. Jusqu'au jour où sa propre puissance le dépasse et où tout bascule... Mais que peut-on contre le volcan qui vient de se réveiller ?

Avis
A la fin de ma lecture, je me suis demandée au moins mille fois comment j'allais présenter cette chronique. Non pas que Kaleb m'ait déplu [loin sans faut d'ailleurs ;)] mais tout du long il m'a laissé un sentiment que je ne saurai pas définir. Quelque chose qui me perturbe, sans que je n'arrive à mettre un mot dessus. Est-ce parce que je suis du genre âme sensible ? un dégoût vis-à-vis de certains passages ? C'est peut-être ça... Mais, qu'est-ce que c'était bon !! [Kaleb surtout était bon... 'fin, je dis, je dis rien :p]

Depuis son plus jeune âge, Kaleb ne sait rien de sa mère, si ce n'est qu'elle est morte, et vit avec son père, qui le trimballe de ville en ville. Jusqu'à ses 19 ans, tout se passe tranquillement pour lui : Kaleb est beau, fascinant, il n'a aucun mal à s'adapter et à plaire. Le jeune homme en profite donc sans le cacher. Petit à petit, il va comprendre que s'il arrive facilement à plaire, cela n'est pas une question de chance ou de physique [quoi que ^^] : Kaleb est un empathe. Il capte vos émotions et est capable de les manipuler. A partir de cette révélation, il ne pourra faire que deux choix : celui du bien ou du mal. D'autant qu'il doit se dépêcher, l'équipe de Sentinel est à ses trousses...

 Imaginez un peu : un beau gosse, capable de vous faire vivre des choses intenses, un jeune garçon un peu fragile, pourchassé, au regard hypnotique, un corps *__* Le genre de mec à problème que toute fille fuirait. En théorie. Dans la pratique, dans la lecture, on est juste captivé par ce personnage mystérieux, profondément seul, qu'on a envie d'aider et de soutenir [des intentions purement platoniques :ange: ]. On ne se détache pas de lui, comme du livre. Est-ce du fait de ses pouvoirs d'empathe ? Non, ce roman de Myra Eljundir est sublimement addictif, même dans les scènes qu'on préférerait ne pas connaître. Malgré le côté un peu dérangeant du personnage, ses sautes de caractère, son allure, le danger qu'il représente, on est très vite attiré par lui. A l'allure d'anti-héros, on découvre vite pourtant que Kaleb a une âme, une profondeur, ce qui le rend très attachant. L'auteure a su le mettre en valeur et le montrer sous la bonne lumière. On en tombe accro avant de s'en rendre compte. Pour ce qu'il est, pour ce qu'il pourrait être et pour ce qu'il ne sera pas. A côté de lui, gravite d'autres personnages : son père, Robin, Lucille, Abigael, et surtout l'équipe de Sentinel. Tous ces personnages permettent de voir différentes facettes de Kaleb, qui nous apparaît tantôt attendrissant, tantôt manipulateur. Mais Kaleb devient aussi la proie de Bergsson, le colonel qui dirige Sentinel.
Et là, le roman se transforme en une lecture intense et palpitante. On pénètre dans les arcanes d'un secret bien gardé, chèrement caché, d'une traque sans merci que livre Sentinel aux jeunes comme Kaleb, dotés d'un don : les Enfants du Volcan. Le lecteur est pris dans une sorte de course poursuite où s'oppose la volonté farouche de l'un contre le besoin de liberté de l'autre. Manigances, tortures, trahisons, Sentinel est quelque chose qu'on préfère ignorer, mais qui nous sera dévoilé dans toute son abominable grandeur. L'auteure jongle avec nos émotions pour nous faire entrer dans une spirale, dont on ne ressort pas indemne. Sentinel nous marque, au fer rouge, et tout comme Kaleb, nous préférons nous tenir loin de leurs cellules, comme de ses soldats. Au milieu de cette intrigue, le besoin de connaissance de Kaleb reste aussi impressionnant. Une quête de soi, une quête de l'autre, prend forme, rythmée par la chasse et l'appétit, non seulement de l'empathe, mais aussi du chasseur. Tout se mélange dans un tourbillon effrayant, qui vous prendra aux trippes et dont vous serez incapable de vous défaire.
Parce que Myra Eljundir possède cette plume froide et fluide, riche et implacable qui vous ferait ressentir même le souffle du vent. Elle mène l'action avec brio, n'offrant de pause que quand elle le juge nécessaire, alors même que nous sommes pourtant prêts à en redemander encore. Sans compter ces scènes qu'on préférerait ignorer en sautant les pages mais où pourtant l'écriture nous plaque au livre et empêche nos yeux de se dérober. Alors on gémit, on souffle, on rigole, on s'épuise, on pleure, mais on en regrette rien et on reste incapable de décoller du roman. L'auteure sait nous parler et nous fasciner, même dans l'horreur. Je me suis plusieurs fois étonnée de ne pas avoir fermé le bouquin sur certaines scènes qui me font encore frissonner rien qu'en y songeant. Mais, si je n'ai pas pu bouger, c'est parce que malgré ce que je ressentais, l'envie de connaître et de tout lire était plus forte. C'est un des gros points forts de ce roman. Il n'y a pas d'essoufflement, tout est poussé crescendo, jusqu'à l'extrême. Et les surprises se multiplient, achevant notre volonté au moment où nous devrions refermer le livre pour se coucher ou juste quitter Kaleb pour quelques minutes.

Dans ce roman puissant qu'est Kaleb, une page en entraîne une autre, de même qu'un chapitre en appelle un autre. L'auteure nous ravit de sa plume et de son personnage. Nos yeux sont grands ouverts, prêts à tout accepter et tout voir. Préparez-vous, Kaleb est là ! Et une nouvelle réussite pour la Collection R !


Et vous, qu'en avez-vous pensé ? 
Le lirez-vous ? L'avez-vous lu ?

5 commentaires:

  1. Olala, je l'avais déjà repéré, mais là ! MAIS LA ! Et ma liste de noël s'allonge, s'allonge...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un peu dérangeant, mais vraiment génial !!
      Noël, puis pourquoi pas aussi un petit pour le nouvel an ;)

      J'ai vu ce matin que tu avais mis ton billet sur Les ailes brisés ! Il va falloir que j'aille voir ça ;)

      Supprimer
  2. J'ai trouvé qu'il y quelques longueurs, mais c'était pas mal! J'espère que la suite est encore mieux :)

    RépondreSupprimer
  3. Un premier tome que j'ai beaucoup aimé ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que la suite te plaira plus encore ! :D

      Supprimer

Merci pour votre petit mot ♥