-->

Mes dernières chroniques :

https://liredelivres.blogspot.fr/2017/05/corbeaux-juliette-lemaitre-manipulation.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/05/operation-pantalon-cat-clarke.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/04/passenger-tome-1-alexandra-bracken.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/04/graces-tome-1-laure-eve.htmlhttps://liredelivres.blogspot.fr/2017/03/demain-nest-pas-un-autre-jour-robyn-schneider.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/03/la-tour-aux-mille-etages-katharine-mcgee.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/02/phobie-douce-john-corey-whaley.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/02/coeurs-brises-tetes-coupees-robyn-schneider.html

mardi 14 juin 2011

oOo Beastly/Sortilège oOo

Beastly, ça vous dit quelque chose ? Et si j'essaie... La belle et la bête ? Sortilège ? Alex Flinn ? 6 juillet ?
Ah, je savais bien que j'allais réveiller quelque chose en vous ! Allez, c'est partie pour mon petit topo.
 
 
Beastly, ou Sortilège, c'est l'adaptation du moment, le tout prochain Alex Pettyfer, LE film dont il faut parler.
Pour situer un peu : Beastly est un film inspiré du roman d'Alex Flinn, Sortièlge. Paru dans la collection Black Moon, avec une nouvelle couverture qui sort demain, cette histoire est celle de Kyle Kingson. Jeune, riche et surtout beau à tomber. Il a grandi dans l'idée que seule l'apparence comptait, au côté d'une mère disparue et d'un père complètement absent. Son unique principe : l'apparence avant tout. En clair, mieux vaut être beau, et si tu es moche, tant pis pour toi. Mais c'était sans compter l'intervention de Kendra... Pour punir Kyle, et lui faire comprendre qu'il n'y a pas que l'extérieur qui est essentiel, cette dernière va le transformer en 'monstre', d'après les mots de Kyle. A compter de cette tranformation, le jeune homme aura un an pour trouver la fille qui lui dira 'Je t'aime', malgré son nouveau physique, qui lui dira 'Je t'aime' pour ce qu'il est à l'intérieur. Le compte à rebours démarre pour Kyle...
Révélé comme une version moderne du conte de La belle et la bête, Sortilge est un livre qui démontre avec efficacité et force qu'il n'y a pas que le reflet que nous montre le miroir qui compte.

Et après vous avoir parlé du livre, je peux vous parler du film ! Oui, il ne sort que le 6 juillet... mais j'ai pu aller le voir en avant première ! Et voici donc ma critique : (c'est la première fois que je commente un film, soyez indulgents)

18h30, 29 rue Gallilé, c'est là que tout commence. Quelques escaliers à descendre, et nous y voilà : la salle de projection, l'avant première du film Beastly (Sortilège). Adapté du roman d'Alex Flinn, il réunit un casting de rêve. Le personnage principal, Kyle Kingson, est figuré par Alex Pettyfer. A ses côtés, on retrouve Vanessa Hudgens (Lindy) et Mary-Kate Olsen (Kendra), qui pour le coup fait un retour sur la scène saisissant ! 
Pour ma part, j'ai pensé que c'était un casting excellent ! Les acteurs sont vraiment rentrés dans leurs rôles, ils les ont possédé. Alex Pettyfer incarne avec brio l'adolescent vaniteux et orgueilleux qu'est Kyle. Il en a le charisme, la silhouette, et le charme indiscutable. Autant vous dire que quelques soupirs se sont échappés dans la salle dès les premières minutes de la projection. C'est une vraie beauté pour les yeux. Mais l'acteur n'est pas le seul à donner autant de réussite au film. Vanesse Hudgens a aussi du mérite. Elle interprète avec beaucoup de rigueur Lindy, cette jeune fille qui permettra à Kyle de se défaire des apparences. Simple, drôle, mignonne, Vanessa Hudgens joue également de ses atouts pour plaire, malgré un côté qui pourrait être qualifié de banal (selon les critères de Kyle). Le rôle la met d'ailleurs bien en valeur, permettant de la cataloguer pour autre chose que pour High School Musical. On sent tout de suite qu'il y a du changement et que l'actrice a autre chose à nous offrir, du talent à nous montrer. Le dernier personnage principal, et pas des moindres, de l'histoire est Kendra, alias Mary-Kate Olsen. Cela faisait longtemps qu'il n'y avait pas eu d'apparition à l'écran d'une des soeurs Olsen. Et je dirai que c'est un bon retour. Avec le déguisement, le maquillage, Mary-Kate Olsen possède ce petit quelque chose qui fait que le personnage lui colle à la peau. Elle a la démarche et le jeu qui conviennent tout à fait à son rôle. Mais les acteurs ne sont rien sans leurs costumes, surtout Alex Pettyfer en fait. Il est indéniable que les maquillages et les effets, principalement pour les scarifications sur la peau de Kyle, sont merveilleusement réalisés. Et quand je pense aux entailles sur la peau de Kyle, je ne peux m'empêcher de revoir ces petits morceaux de métal, comme des diamants, incrustés dans chaque blessure, comme pour qu'elles accrochent davantage le regard. Les tatouages sont eux aussi à couper le souffle. Les effets spéciaux les concernant sont bien insérés, tellement qu'on ne voit aucune différence. C'était comme si Alex Pettyfer avait toujours été tatoué et marqué de la sorte. Même s'il faut un temps pour se faire à l'idée qu'il soit chauve. Les décors sont quant à eux sélectionnés avec beaucoup de goûts. Le spectateur peut y voir les deux faces de New-York, tant sa beauté lumineuse - de jour comme de nuit - que les secrets que cachent certains de ses quartiers. Les dialogues sont un autre point que j'ai beaucoup apprécié. Ils alternaient justesse et profondeur, sensibilité et mépris. Et pour ne pas trop en dévoiler, je vais finir par vous parler de la bande son, aussi agréable que la vue offerte par le film. A ce propos, je glisse deux petits lien : un mix de la bande son complète du film (clic) et mon coup de coeur (clic). Malheureusement, beaucoup de titres ne sont pas encore disponibles... Mais j'ai pu trouver ceci : la liste de la bande son
Voilà, vous avez là un cocktail de choc dont chaque ingrédient fait de Sortilège l'un des films à voir en ce prochain mois de juillet. Et si vous voulez mon avis, c'est même un très bon moyen d'entamer ses vacances ! Pour moi, ce sera l'occasion de me faire un petit plaisir et d'aller le revoir.

 
Pour conclure cet article, je voulais remercier Laetitia, dont je suis devenue récemment la co-bloggeuse (allez faire un tour : L'univers de la lune noire), et les éditions Hachette, qui m'ont permis de passer une excellente soirée !
 
Votre avis m'intéresse : que pensez-vous des adaptations de livres ? Avez-vous lu Beastly, comptez-vous le voir dès sa sortie ? Dites-moi tout ^^

mercredi 8 juin 2011

=> Traquée - P.C. & Kristin Cast <=

A la fin de Rebelle, Zoey et ses amis, ainsi qu'Erik, étaient contraints de quitter la Maison de la nuit suite à la réapparition de Kalona et la révélation aux yeux de tous de la trahison envers Nyx commise par Neferet. Toute la troupe décide de trouver refuge dans les souterrains avec les nouveaux vampires, dirigés par Lucie, tandis que la grand-mère de Zoey était placé sous l'abbaye des soeurs Bénédictines... Je suis certaine que vous resituez un peu l'histoire à présent. Parlons donc du tome 5 de La maison de la Nuit ! 


Éditeur : Pocket Jeunesse
[Lien éditeur] - [Page facebook]
Genre : fantastique 
Public : dès 14 ans 
Nombre de pages : 384
Date de parution : 01/06/2011
Prix : 15,15 €

Résumé
"Alors que le plan de Néféret pour monter Zoey contre ses amis a échoué, la jeune fille doit faire face à de nouveaux ennuis… plus graves encore ! La grande prêtresse a un nouvel allié, Kalona, beau comme un Dieu, mais rusé comme le Diable. Personne à la maison de la nuit ne semble s'apercevoir du danger, alors que Kalona tient déjà tous les élèves sous son charme. Zoey et ses amis se réfugient dans les souterrains aménagés par les Novices rouges. Mais blessée par des oiseaux moqueurs, elle est contrainte de retourner à la maison de la nuit… où elle revoit Stark, bien différent depuis sa mort. A-t-il changé de camp lui aussi ? Et pourquoi Kalona, qui a le pouvoir d'entrer dans les rêves, semble croire qu'elle est A-ya, la poupée Cherokee ?"

Avis
J'ai envie d'en dire tellement ! Sauf qu'en dire trop risquerait de gâcher votre plaisir... Arrêtez-moi si je vais trop loin :
Ce tome est parfait ! Bien que la perfection n'existe pas, on pourrait presque lui attribuer cette caractéristique. En effet, c'est un bel ouvrage que nous servent ici P.C. & Kristin Cast. Le lecteur retrouve enfin Zoey, Lucie, Aphrodite, Darius, les jumelles, Damien, mais aussi Erik. Que va-t-il se passer maintenant qu'ils ne sont plus dans l'enceinte de l'école ? C'est la première question qui m'a brulé les lèvres, et pas seulement du point de vue de la relation Erik et Zoey, mais aussi par rapport à Darius et Aphrodite et les novices rouges.
Une fois n'est pas coutume, Aphrodite est de nouveau mise en avant et sort complètement du personnage qu'elle a pu être auparavant. Deviendrait-elle réellement humaine ? Demandez donc aux Jumelles, qui, choses assez rares, vont réussir à s'entendre avec elle. Mais ce ne sera qu'une minuscule trêve. De plus, ce personnage est rendu encore plus attachant par l'idylle qui naît entre elle et le fils d'Erebus qui accompagne la troupe, Darius. Zoey par contre, dans ce tome, restera égale à elle-même, à tous ces petites défauts et toutes ces maladresses qui font d'elle une héroïne malgré tout. Toujours aussi indécise et convoitée, dans Traquée, Zoey devient la femme de 4 hommes... A vous de trouver lesquels ! Lucie gagne quant à elle en assurance et en respect. Son personnage s'éloigne de la campagnarde qu'elle était pour s'approcher au plus près du vampire qu'elle est devenue. Mais je crois que la métamorphose la plus impressionnante revient au personnage de Stark. Il m'a vraiment épatée. Au fil du roman, le lecteur le voit "grandir", évoluer et prendre en profondeur. Il se révèle être touchant, loyal et possède ce petit quelque chose qui fait qu'il tape immédiatement dans l'oeil. Peut-être est-ce du fait qu'il soit torturé, peu sûr de lui, manipulé par Néferet... Je ne sais pas encore, mais Stark m'impressionne de plus en plus, c'est indéniable. Et là où l'un progresse, l'autre régresse... Mais lequel ? A vous de le découvrir.
Pour ce qui est de l'histoire, je n'ai tout simplement rien à en redire. Preuve en est, j'ai lu le roman d'une traite, enfin, en marquant de nombreuses et longues pauses... Et il m'aura fallu moins de 24h pour le finir. Je dirai que ce tome nous tient vraiment en haleine, lançant action après action, nous rendant avide de tourner chaque page, d'en connaître toujours plus. Et pour une fois, il y a une vraie fin. Ce qui rendra l'attente du prochain tome bien plus facile. Encore plus quand on sait que le prochain titre, dont la couverture est révélée sur Traquée, sort en novembre 2011...C'est d'ailleurs une autre grande première puisque cette fois la couverture présente deux personnages, et non plus un seul !
 
 
Alors, pour ceux/celles qui l'ont lu, qu'avez-vous pensé de Traquée ?
J'attends vos avis et vos impressions ! Et d'ici là, Bonne lecture !

dimanche 5 juin 2011

=> Le retour de l'aube - Malorie Blackman <=

Puisque je m'étais arrêtée l'autre jour sur Le choix d'aimer et qu'entre temps j'ai fini la suite (et le dernier tome), je me suis dit que ce serait bien d'en faire la chronique.

Éditeur : Milan
Collection : Macadam
[Lien éditeur]
Genre : romance
Public : dès 14 ans
Nombre de pages : 416
Date de parution : 22/10/2009
Prix : 12,50 €

Résumé
"Tobey est amoureux de Callie. Fou amoureux. Pour son anniversaire, il veut lui offrir un cadeau digne d'elle, un cadeau de valeur. Alors il va accepter le pire :  effectuer une livraison pour le gang de McAuley. En échange d'un peu d'argent. Un peu d'argent qui le conduira directement en enfer..."

Avis :
Après la fin du troisième tome, il restait encore beaucoup de choses à dire, de sous-entendus à éclaircir. C'est ainsi que la trilogie initiale est devenue une quadrilogie. Que Malorie Blackman a su mener à merveille.
Pour ce dernier, beaucoup de choses sont différentes. Finis les multiples narrateurs, les nombreux points de vue possibles. Tout se concentre sur un seul personnage : Tobey ! Oui, le voisin de Callie, celui qui essaye désespérément (et maladroitement) de lui prouver son amour. Pour ma part, j'ai trouvé ça étonnant mais pour le moins bienvenu.
L'histoire relance aussi plus fortement les accrocs entre nihils et primas, entre blancs et noirs, à travers une nouvelle situation : les gangs. Tout prend une autre couleur, un autre sens, seule la trame de fond ne change pas. Pour l'auteur, il s'agit tant de montrer l'horreur des préjugés raciaux que la force de l'amour.
Même si j'ai trouvé que nous étions au fil des pages dans une sorte de flou par rapport aux ambitions de Tobey, je n'ai pas su me détacher de ma lecture avant la toute fin. J'y ai retrouvé des sentiments dépeints avec beauté, des instants qui nous donnent envie de fondre, et d'autres qui nous feraient crier. Cette histoire, c'est tant celle du combat nihils/primas que celle d'un jeune qui se cherche et se perd en cours de route. C'est le récit d'une descente dans les tréfonds de l'homme, c'est le tracé des chemins que l'être peut suivre par amour, c'est l'idée que beaucoup sont prêts à tout tenter juste pour voir leur rêve aboutir.
 
Je ne peux que vous conseillez de succomber à votre tour, de profiter des délices de cette histoire, de ce récit, qui m'aura mener à voir plus, voir plus loin...
 
Et pour les intéressés, il existe aussi une petite vidéo ici : Le retour de l'aube
Pour ma part, je la trouve plutôt bien faite et trouve dommage qu'il n'y en ait pas pour les autres tomes...

vendredi 3 juin 2011

=> Le subtil parfum du soufre - Pierre Bottero <=

Après un passage par Erik L'Homme, on en vient au dernier tome écrit par Pierre Bottero... C'est triste à dire. Et en finissant le livre, cette réalité était encore plus preignante... 


Éditeur : Gallimard Jeunesse/Rageot 
[Lien éditeur
Genre : fantastique 
Public : dès 15 ans 
Nombre de pages : 192 
Date de parution : 10/03/2011 
Prix : 10,05 € 

Résumé
Tandis que Jasper tente de voler à la rescousse de l'Agent Ombe, cette dernière doit "sauver la vie du loup-garou et éviter d'en tomber amoureuse". 

[Autant prévenir d'avance le public jeune : certaines scènes, bien que subtiles, ne sont pas pour tous les âges...]

Avis
 Qu'en dire ? Outre le fait que chaque page marquait l'ombre de la fin, je ne parvenais pas à me modérer. Je tournais et tournais, et tournais encore, je lisais, lisais et lisais encore. Le temps m'a glissé entre les doigts. 

C'est un délice de retrouver Ombe, qui sait toujours se mettre dans des situations délicates...Bon, pour être totalement franche avec vous, au début, elle m'a fait un drôle d'effet et je me suis dit "Wow !", mais une fois l'impression passée, je me suis concentrée sur la véritable histoire de ce roman. Et c'était juste superbe ! C'était bon de revoir une Ombe débordante et confiante en elle. Puis, la voir tomber amoureuse... ça valait toutes les plus belles choses du monde ! Chaque chapitre n'est que surprises et découvertes, passant de l'agréable à l'heureux. Le personnage d'Ombe est dans ce roman mis à rude épreuve, et démontre là tout son pouvoir, tout ce qui fait d'elle un Agent. J'ai envie de dire que certains secrets se dévoilent alors que d'autres naissent. Là encore, le lecteur reste sur des non-dits, sur des oublis et sur des faits non mentionnés, comme ces attaques... A chaque fois, j'ai envie de crier à Ombe de ne pas oublier d'en parler... Autant parler à mon chien, elle n'écoute rien. Du coup, il y a un mystère qui plane, qui oppresse le lecteur. Qui suit les stagiaires de l'Association ? Que leur veut-on ? 

Oh, et il y a une grande révélation dans ce quatrième tome ^^ mais je n'en dis pas plus... Allez, un indice : ça concerne Ombe ! (si, si, je vous assure) 

Comme je vous le disais, le tome 5, qui a pour titre : Là où les mots n'existent pas, sortira le 6 alors n'oubliez pas d'aller chez votre libraire ! Pour ceux qui ne pourrait pas attendre, un extrait vous attend sur le site de l'association ! Pour ma part, je n'ai toujours pas osé le lire... Après avoir entendu certains trucs sur la toile, je préfère me le confirmer en ayant le livre entre les mains et ne pas être obligée d'attendre pour aller plus loin. 

Bonne lecture !

=> Le choix d'aimer - Malorie Blackman <=

Et oui, parce que l'histoire de Séphy n'était pas encore finie... pour mon plus grand plaisir !


Éditeur : Milan
Collection : Macadam
[Lien éditeur]
Genre : romance
Public : dès 15 ans
Nombre de pages : 473
Date de parution : 27/04/2006
Prix : 13,50 €

Résumé
"Callie Rose a grandi. Elle sait tout de son père, enfin, tout ce que Séphy et Meggie ont bien voulu lui en dire. Mort dans un accident de voiture, Callum n'a jamais été un terroriste, n'a jamais tué personne, n'a jamais fait parti de la Milice de Libération. Mais Séphy a fini par se trahir en parlant si peu à sa fille de son père. Des failles sont nées entre elles deux, et la moindre rencontre se termine en dispute. C'est à ce moment précis que Jude apparaît dans la vie de Callie Rose, toujours décidé à assouvir son besoin de vengeance. Pis, Callie Rose est prête à l'y suivre..."

Avis :
J'étais contente d'avoir enfin la suite entre mes mains et de retrouver tous les personnages. Puis, j'avais hâte aussi de voir à quoi Callie allait ressembler, comment elle serait, comment elle agirait. Un nouveau personnage fait aussi son arrivée : il s'agit de Tobey, un voisin et ami de Callie, un voisin qui passe son temps à lui raconter les plus grandes bêtises, sauf quand il lui parle de son père. Là, le monde que Séphy avait construit pour Callie vacille et elle perd sa fille. Un fossé se creuse entre les deux, et Jude fait son apparition.
Après le deuxième tome, il me fait de plus en plus de mal. Une part de moi, bien que le voyant agir comme le pire des hommes, ne peut s'empêcher d'avoir de la peine pour lui, pour ce personnage qui ne parvient pas à se trouver et à faire fi de sa haine, de cette haine qui le consume. Une haine qui pourrait même finir par le tuer.
Callie Rose est superbe. Bien sûr, elle réagit par moments comme une enfant, mais j'ai trouvé qu'elle avait beaucoup de profondeur et qu'elle était vraiment réfléchie. Quant à Séphy, je n'ai pas compris tous ses choix, tout comme le fait qu'elle veuille tout cacher à Callie. Et que dire du retour de Sonny ? J'ai sincèrement cru que ça finirait par marcher avec lui, à marcher aussi pour elle. Mais Callum demeure. Et c'est une chose que j'adore dans cette série. Ce personnage est présent du début à la fin, comme si en fait, il ne l'avait jamais quittée.
Le final s'annonce presque trop vite, on le découvre entre les lignes et on est vite partagé... On cherche une autre échappatoire cependant, une autre solution. Mais on sait en même temps qu'il n'y a que celle-là, alors on se prépare à nouveau. Mais, la fin n'en demeure pas moins bouleversante, saisissante et à couper le souffle. Malorie Blackman parvient à nous mener jusqu'au bout de cette aventure comme en apnée, avec l'envie de savoir, l'envie de tout connaître, mais en même temps celle de préserver le silence, pour encore faire durer le plaisir.

=> L'étoffe fragile du monde - Erik L'Homme <=

Etant donné que le tome 5 de cette série sort prochainement (tous à vos agendas : le 6 juin !), je me suis dit que ce ne serait pas mal de débuter mes chroniques du jour en parlant du tome 3 et du tome 4.
Allez, c'est parti !


Éditeur : Gallimard Jeunesse/Rageot
[Lien éditeur]
Genre : fantastique
Public : dès 15 ans
Nombre de pages : 208
Date de parution : 10/03/2011
Prix : 10,05 €

Résumé
Dans ce troisième tome, la mission de l'agent stagiaire Jasper est simple : "faire ami-ami avec Erglug le troll et sauver la vie de l'Agent Ombe". Attendez, j'ai dit simple ? Ce serait mal connaître Jasper...

Avis
Puis-je dire que du début à la fin j'ai été tantôt attendrie tantôt pliée en deux à force de rire ? Puis-je dire que mon coeur a battu la chamade pendant de nombreuses pages alors qu'à d'autres je me demandais à quel instant il allait se briser ? Puis-je dire enfin... Non, je ne vais quand même pas tout vous raconter ^^

Je l'ai lu sans voir le temps passé, accrochée à l'histoire et aux mots de l'auteur. Bien évidemment, comme je fais toujours tout dans le désordre, j'avais lu le tome 4 avant... même si pour ma part,, je ne trouve pas que ça change grand chose à l'histoire... Mais malgré ça, je peux vous dire que là encore il n'y a aucun effet de redite, aucune impression de déjà-vu. Les pages ont toutes quelque chose à nous dire.
Tout démarre à fond de train : Jasper a obtenu son premier concert, c'est l'émulsion complète, et encore plus devant ce parterre de filles légèrement vêtues. Jusqu'à l'appel d'Ombe... Et là, c'est un tout autre concert qui s'annonce. On retrouve avec joie et plaisir le Jasper intrépide, presque impulsif et prêt à tout pour les beaux yeux d'Ombe. Sur sa route, il croisera Erglug, le troll ami d'Ombe. Dire qu'ils s'entendent tous deux comme larrons en foire ne serait pas un euphémisme. Entre l'amour des jeux de mots de l'un, et la philosophie pour l'autre, j'ai trouvé qu'ils formaient un beau duo, pour le moins original et caustique. D'ailleurs, la présence d'Arglae [je n'en dis pas plus à son sujet, vous saurez bien assez tôt qui elle est...] vient ajouter davantage d'humour à ce tout nouveau duo.

Quiproquos, actions, jeux de mots, magie, révélations, loyauté, ce tome mêle tellement d'idées et de concepts, avec brio, qu'il en devient aussi agréable que bouleversant. Je sais, vous vous demandez peut-être où je peux voir ce côté bouleversant... Mais je ne vous donnerai qu'un seul indice pour répondre à cette question : lisez ! [et vite, le tome 5 est pour bientôt !]
 
 
Et si tout comme moi vous êtes accro, rejoignez l'association sur son site :http://www.acommeassociation-leslivres.fr/
Vous pourrez y retrouver les agents Ombe et Jasper (je leur fais une fleur, je ne précise pas qu'ils sont stagiaires... oups), la mystérieuse Mademoiselle Rose, le très stylé Walter et tout plein de passionnés de cette saga.