-->

Mes dernières chroniques :

https://liredelivres.blogspot.fr/2017/03/demain-nest-pas-un-autre-jour-robyn-schneider.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/03/la-tour-aux-mille-etages-katharine-mcgee.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/02/phobie-douce-john-corey-whaley.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/02/pieges-christy-saubesty.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/02/marquer-les-ombres-veronica-roth.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/02/coeurs-brises-tetes-coupees-robyn-schneider.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/02/quelques-minutes-apres-minuit-patrick-ness.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/02/la-vie-enfuie-de-martha-k-angelique-barberat.html 

vendredi 24 février 2012

=> La probabilité statistique de l'amour au premier regard - Jennifer E. Smith <=

Parce que la Saint-Valentin est un jour comme les autres, mais où on a quand même un peu envie d’amour, je me suis laissée prendre au jeu. A l’occasion, j’ai donc commencé un roman de Jennifer E. Smith, auteure anglaise, parue chez Hachette Jeunesse en janvier. La probabilité statistique de l’Amour au premier regard, une histoire d’amour, mais pas seulement… Laissez-moi vous séduire !


Editeur : Bloom (Hachette Livre)
[Lien éditeur]
Genre : romance
Public : dès 13 ans
Nombre de pages : 288
Date de parution : 18/01/2012
Prix : 12,90 €


Résumé
"Elle a raté son avion ? Elle prendra le suivant.
Pendant ce temps à Londres, son père se remarie ? Elle n’avait aucune envie d’assister à cet événement. 
Un jeune homme charmant s’assied à côté d’elle ? Le vol dure six heures, tant mieux si on peut allier l’utile à l’agréable.
 
Et vous, croyez vous au destin, surtout quand il défie toute logique ?"

Avis : 
Si je voulais lire ce livre, à l’origine, c’était plus pour passer un bon moment, à lire et à vivre de l’amour. Et j’ai été agréablement surprise par tout ce qui se cachait en fait derrière ce titre et la quatrième de couverture.
 
Quatre minutes…
 
Hadley, une jeune américaine, part pour Londres, où elle doit assister – sans grand entrain – au remariage de son père avec Charlotte. Quelques oublis, quelques mots et elle finit par louper son avion. A quatre minutes près, ce dernier décolle sans elle. Contrainte à prendre le prochain vol et à patienter dans l’aéroport, elle fait la rencontre d’Oliver, un jeune anglais. Tous deux ont la même destination. Et plus : ils sont assis côte à côté pendant le trajet jusque Londres.
Au fil des kilomètres, chaque personnage se révèle à l’autre, entre souvenirs et rires, humour et sérieux. On en apprend ainsi plus sur Hadley et sur les raisons qui font qu’elle se rend à ce mariage à reculons, sur ce qui a fait que sa relation avec son père s’est perdue dans la distance qui les sépare, entre autre chose. Avec Oliver, la jeune fille va apprendre à démêler les nœuds qui se sont créés dans les liens qui l’unissaient à son père, elle va parler, comprendre, grandir.
J’ai trouvé que c’était ce détail, la plus grande force de ce roman. On attend à ce qu’il nous serve de l’amour, un truc un peu cul-cul, fleur bleue peut-être. En fait, c’est complètement différent. Il y a d’un côté la romance, l’amour au premier regard, et d’un autre les relations entre ados et parents, moins mise en avant, mais présente tout de même.
Bien entendu, comme Hadley, on tombe sous le charme anglais et Oliver nous fait vite craquer *.* Des petits gestes, des paroles, et on se prend vite d’affection pour ce personnage, qu’on finira par trouver trop discret, dont on voudrait tellement savoir plus. Sauf que l’avion arrive à Londres et que malgré la nuit qui vient de s’écouler, chacun doit prendre un chemin différent… Hadley devra affronter son père et son mariage et Oliver, on aimerait bien le savoir ! ;)
 
Au milieu de cette histoire, l’écriture de l’auteure fait des miracles. Certaines phrases ont vraiment réussi à me toucher et à donner plus de profondeur au roman. De même, Jennifer E. Smith s’adresse de temps en temps au lecteur, une attention que je trouve toujours intéressante, quant elle est bien maniée. Ce qui fut le cas ici.
 
On imagine rarement tout ce qui peut se passer en quatre minutes. Ce n’est rien. D’un coup, dans ce roman, c’est devenu tout. La probabilité statistique de l'Amour au premier regard est vraiment une merveille, qui j'espère vous attirera et vous surprendra !

jeudi 16 février 2012

=> Sombre éclat - Simon Tolkien <=

Petit fils de J.R.R. Tolkien, Simon Tolkien revient dans le monde littéraire en signant son deuxième roman : Sombre éclat.
C’est vrai qu’il est rare de me voir avec de la littérature adulte entre les mains, mais n’ayant pas accroché aux Seigneurs des anneaux de son grand-père, je me suis dit que je pouvais tenter l’approche de romans pour adultes, et à l’occasion d’un nouveau genre, en m’essayant à la plume de Simon Tolkien. Force m’est de dire que je ne suis pas déçue du détour !
Laissez-moi donc vous embarquez dans ce que j’ai vécu ! Petit retour à l’après guerre, dans les années 1960…
 
Éditeur : Michel Lafon
Genre : policier/thriller
Public : adulte
Nombre de pages : 420
Date de parution : 20/01/2012
Prix : 20,95 €

Résumé : 
Londres, 1958.
Le jeune David Swain est condamné à la prison à perpétuité pour le meurtre de l’amant de sa petite amie, Katya. Sa culpabilité ne fait aucun doute… sauf pour l’inspecteur Trave, qui ne peut cependant rien prouver.
Oxford, 1960.
Le prisonnier s’évade. La même nuit, on retrouve le corps de Katya, sauvagement assassinée. Une chasse à l’homme est lancée contre Swain. Pourtant, les soupçons de Trave se dirigent dans une tout autre direction : l’oncle de Katya, Titus Osman, un riche diamantaire, et son mystérieux beau-frère, Franz Claes, qui semble prêt à tout pour cacher ses anciennes amitiés nazies.
Mais les motivations du policier sont suspectes : la jalousie de voir sa femme lui préférer Titus l’aveuglerait-il ? Ou a-t-il compris, au contraire, que ces meurtres passionnels n’étaient que les dommages collatéraux d’une machination d’une tout autre ampleur ?

Avis
Mon premier polar et pas des moindres ! J’ai trouvé le genre intéressant et l’écriture de Tolkien petit-fils vraiment attrayante. L’idée l’était d’ailleurs tout autant. Simon Tolkien manie avec habilité les faits historiques de la 2nde Guerre mondiale avec l’histoire des années 1960, imbriquant ces différents espaces temps les uns dans les autres sans marquer vraiment le passage de l’un à l’autre. L’intrigue ne connaît aucun temps mort et le rythme est soutenu tout au long du roman. Autant dire que Sombre éclat est le genre de livre qui vous empêche de dormir le soir, quand il faut éteindre la lumière et que le réveil sonne dans quelques heures seulement…
Et si l’intrigue est bien ficelée, ses acteurs le sont encore plus. Bien pensés, les personnages créés par Simon Tolkien tiennent la route, chacun renforcé par son passé. Leur propre histoire donne à tous une part de vérité et de réalité, et ils me sont apparus comme de chair, vivants.
Bien qu’on puisse deviner certains détails du roman, cela ne vient nullement gâcher le plaisir de notre lecture. Puis,  il y a un quelque chose qui nous rend incapable de le lâcher. Cette question qui se répète en nous sans cesse : à quel point cela va-t-il nous mener ? Jusqu’où les personnages seront-ils capables d’aller ? Les pages se tournent pour nous répondre.
 
 
J'adresse un grand merci aux éditions Michel Lafon pour cette découverte formidable qui j'espère vous séduira comme elle m'a séduite !
 

Bientôt les vacances ! Encore plus de lectures et surtout davantage de chroniques à venir ;)
Dites-moi ce que vous avez prévu de lire ^^
 
A toutes et tous, Bonne lecture !