-->

Mes dernières chroniques :

https://liredelivres.blogspot.fr/2017/05/corbeaux-juliette-lemaitre-manipulation.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/05/operation-pantalon-cat-clarke.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/04/passenger-tome-1-alexandra-bracken.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/04/graces-tome-1-laure-eve.htmlhttps://liredelivres.blogspot.fr/2017/03/demain-nest-pas-un-autre-jour-robyn-schneider.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/03/la-tour-aux-mille-etages-katharine-mcgee.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/02/phobie-douce-john-corey-whaley.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/02/coeurs-brises-tetes-coupees-robyn-schneider.html

lundi 29 février 2016

► TOP 2015 (5 à 1) ◄

Coucou les loulous !

On se retrouve enfin [déjà] pour la dernière partie du top livresque 2015 ! Autant vous dire que c'est la partie qui m'a donné le plus de mal... Tout le monde voulait la première place, sauf qu'il ne pouvait y en avoir qu'une ; et j'avais du mal à me dire que le cinquième avait été une lecture un peu moindre que le troisième [par exemple] alors que je les avais aimés tous les deux très fort Oui, j'aurais pu mettre cinq livres sur la première place de ce top. Mais dans les faits, ce n'est pas vraiment accepté alors j'ai respecté les règles.



05/ Au bout du rêve de Sarah Dessen
Éd. Pocket Jeunesse, 352 pages, 17,50€.

Quand Cass quitte mystérieusement la maison familiale, Catlin ne sait comment réagir. Rien ne change : ses parents continuent d'être à l'affût de la moindre nouvelle, Cass est encore plus présente qu'avant son départ malgré les efforts de Catlin pour briller aux yeux de ses parents. Heureusement, elle trouve le réconfort dans les yeux verts de Matthew Biscoe. Pourra-t-il l'aider à se sentir plus vivante ?

J'ai aimé : Catlin. Catlin est un personnage qui m'a fait ressentir beaucoup d'émotions, et auquel je me suis également beaucoup identifiée. Elle m'a totalement embarquée dans son histoire. En dehors de ce qui lui arrive, le lecteur a vraiment envie de faire sa rencontre et de l'aider, la soutenir le plus possible.
J'ai surkiffé : que l'auteur travaille sur un roman plus sombre. Sarah Dessen m'a habituée à ses histoires qui mêlent premier amour et affres de l'adolescence. Mais quand notre premier amour n'est pas le bon, comment réagir ? Quand la dernière chose sur laquelle on comptait se révèle être de celle qui nous détruise davantage... C'était une autre réflexion sur la construction de soi, la force du mal-être et le besoin de trouver sa place. 


04/ Nos faces cachées d'Amy Harmon
Éd. Robert Laffont/Collection R, 437 pages, 17,90€.

Ambrose Young, n°1 de l'équipe de lutte du lycée et n°1 dans le coeur de Fern. Mais comment Fern pourrait-elle l'attirer avec son physique banal, elle qui n'est ni belle ni jolie ? Son cousin, Bailey, a aussi une grande admiration pour le jeune homme, Hercule comme il le surnomme. Puis vient la fin du lycée... Ambrose et ses amis de l'équipe de lutte se sont engagés dans l'armée, s'apprêtent à partir en Irak. Qui peut dire s'ils reviendront ? Ou comment ils reviendront ?

J'ai aimé : aimer ce récit où qu'il m'entraîne. Avant de commencer Nos faces cachées, je craignais qu'il ne réveille de vieilles peurs enfouies profondément, des possibilités que je me cache. Pourtant, qu'il me fasse douter ou pleurer, je n'ai pas eu envie de rejeter ce roman une seule seconde.  
J'ai surkiffé : les personnages, Bailey, l'humanité qui transpire du roman. C'est un tout qui compose ce dernier point. Ambrose, Fern et Bailey ont une telle profondeur, tellement d'humanité en eux qui c'en est frappant à la lecture. Ce sont des personnages sincères, authentiques, qui m'ont tous émerveillée, émue, écorchée,...


03/ Bertrand et Lola d'Angélique Barbérat
Éd. Michel Lafon, 496 pages, 18,95€.

Lola est sur le point de se marier avec Franck quand elle rencontre Bertrand. Bertrand, photographe, qui fréquente au gré de ses envies sa voisine, Daphné. Alors que leurs regards s'accrochent, chacun d'eux ressent, sait que cette rencontre bouleversera leur vie et leurs convictions. Pourtant, à cet instant, ils ne sont pas prêts. Pas prêts à changer la vie de l'autre/à croire en ce qu'il se passe entre eux/à défaire tout ce qu'ils ont construit jusque là. Après 24h ensemble, ils repartent de leur côté, reprennent le cour de leur existence. Mais l'amour ne renonce pas aussi facilement...

J'ai aimé : retrouver Angélique Barbérat. Sa plume m'avait déjà frappée dans son premier roman, L'instant précis où les destins s'entremêlent. On est touché par chaque émotion, emporté par chaque phrase. convaincu par chaque personnage. L'écriture est incroyable, poétique, forte. Captivante. Intense. Réelle. Je ne pourrai rien dire de plus, sinon que je l'aime d'amour
J'ai surkiffé : Bertrand et Lola. Deux personnages sincères, profonds, qui nous font vibrer à chacune de leur rencontre, à chacune de leurs émotions. Dotés d'un réalisme profond, ils m'ont entraînée dans leur histoire, avec force, et me laisse un souvenir merveilleux. 


02/ Pardonne-moi, Leonard Peacock de Matthew Quick
Éd. Robert Laffont/Collection R, 324 pages, 16,90€.

C'est aujourd'hui que Leonard mettra fin à sa vie. Avant de partir au lycée, il prépare les cadeaux qu'il offrira à ses amis, une façon de leur faire ses adieux, et met le P38 de son grand-père dans son sac à dos. A la fin de la journée, il ira chez son ancien meilleur ami, le tuera et se suicidera. Fin de l'histoire. Sauf si Leonard parvient à s'arrêter ou à être arrêté à temps. Après tout, n'est-ce pas le but de cette dernière journée, obtenir la preuve qu'il peut être sauvé ?

J'ai aimé : Leonard, dans tous ses états. L'auteur nous livre un personnage entier, bourré de sentiments, face auquel le lecteur ne peut rester insensible. Qu'on ait vécu ou non la même adolescence, qu'on ait ressenti ou non quelque chose, les questions et les actes de Leonard interpellent. Et méritent qu'on s'arrête un instant, ou plus, sur lui. 
J'ai surkiffé : le sujet On parle si souvent du mal-être adolescent, si peu de la dépression adolescente. Et si peu d'une manière aussi belle ! L'écriture de Matthew Quick a cette intensité, ce réalisme, qui rendent Leonard et son histoire aussi poignants que captivants. Il a écrit un récit qui n'hésite pas à frapper fort, là où ça fait mal. Il m'a touchée, bouleversée, parce c'est le genre de roman que j'aurais aimé lire à ma propre adolescence, pour me sentir comprise. 


01/ Tous nos jours parfaits de Jennifer Niven
Éd. Gallimard Jeunesse, 379 pages,  17,50€.

Violet n'en peut plus d'avoir survécu à l'accident qui a emporté sa soeur, d'être la survivante, d'être encore là. Elle fait la connaissance de Theodore sur le toit du clocher de leur école. « Theodore fêlé », comme l'appelle tout le lycée. Il est là pour la même raison qu'elle : en finir.

J'ai aimé : un premier roman puissant. C'est l'une des premières réflexions qui m'a traversée après ma lecture. Tous nos jours parfaits est un premier roman. Un premier roman parfait. Un premier roman intense. Un premier roman riche en émotions. Un premier roman dévastateur. Un premier roman réparateur. Je ne m'attendais pas à autant de force, à cette vague d'émotions qui a déferlé pendant ma lecture et m'a laissée hors de souffle, pantelante. Incroyablement vivante. 
J'ai surkiffé : Finch et Violet, tellement. Jennifer Niven nous rend très proche d'eux, si proche qu'ils en prennent presque pied dans notre réalité. Ce sont des personnages sensibles, à fleur de peau, qui renvoient à l'adolescent que l'on ait, qu'on a été, en quête de lui-même et de qui il veut devenir. 

Alors, auriez-vous deviné le numéro 1 ? J'avoue que pour ma part, c'est le seul dont je n'ai pas douté, avec le numéro 2. Je reste marquée par les personnages, leur histoire, leurs auteurs, les plumes. Deux livres pour moi exceptionnels, que j'espère vous amener à découvrir
Et vous, quel a été votre numéro 1 ?

samedi 27 février 2016

=> Nos âmes rebelles - Samantha Bailly [Nos âmes jumelles, #2] <=


Éditeur : Rageot 
[Lien éditeur] - [Page facebook]
[Lien auteur] - [Page facebook]
Genre : ado, contemporain
Public : dès 14/15 ans
Nombre de pages : 288
Date de parution : 17/02/2016
Prix : 12,90€

Résumé
« Sonia est la plume, Lou le crayon.
Ensemble, elles tiennent un blog BD où elles réinventent leur vie avec humour et impertinence : le bac, les parents, les rencontres, les garçons...
Mais savent-elles vraiment si elles sont rebelles ?
Et faut-il renoncer à Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom ? »

Avis
En juin dernier, je découvrais la plume de Samantha Bailly avec un petit contemporain pour adolescents. Je tombais sous le charme de deux adolescentes, d'un récit authentique et d'une fraîcheur/mignotittude plus qu'agréable. Ce roman, c'était Nos âmes jumelles et ces deux jeunes filles, Lou et Sonia. Avant la fin du récit, je ne m'attendais pas à suivre davantage leurs aventures. Et pourtant, février 2016 aura été le mois de nos retrouvailles grâce à Nos âmes rebelles. Une date que j'ai attendu comme on attend de revoir de vieilles amies : impatiente et la tête emplie de questions. 

Pas de résumé. Pas de spoils.

Autant que faire se peut, je vais essayer de ne pas vous révéler les grandes/petites lignes du premier tome - mais ça ne va pas être facile... Forcément, on se doute que s'il y a un tome 2 (et même un tome 3 prévu), c'est que l'amitié de Lou et Sonia dans Nos âmes jumelles s'est bel et bien développée, passant du virtuel au réel au cours du roman.
Après avoir suivi les deux jeunes femmes dans leur année de première, on les retrouve à présent en terminale. Nos âmes rebelles, c'est l'année du bac, l'année du choix, l'année des orientations. C'est aussi l'année de l'affirmation et des séparations (amicales, familiales). Lettres, philosophie, dessin, langues, commerce, les possibilités sont immenses, et autant de chemins qui seront abordés - très certainement - avec d'autres groupes, voire loin de sa famille.
À nouveau, j'ai trouvé que Samantha Bailly se confrontait à l'âge adolescent avec beaucoup de réalisme, qu'il s'agisse des situations rencontrées par ses personnages, du ton employé au fil du roman ou même des références qui parcourent le récit. J'ai eu le sentiment de retrouver mon propre lycée, ma propre terminale et les mêmes angoisses, les mêmes doutes, les mêmes questions. Ces profs qui nous répètent l'importance du diplôme, ces parents qui souhaitent orienter au mieux leurs enfants, ces derniers mois de lycée qui prennent une autre allure. Certains sujets lancés dans Nos âmes jumelles ont été plus approfondis, plus développés : premier amour, orientation sexuelle, prise de conscience
J'ai pris plaisir à retrouver Lou et Sonia là où je les avais laissées, juste avant leur rentrée. Lou, toujours introvertie et réservée, mais bien décidée à s'affronter et affronter le monde ; Sonia, toujours extravertie, sur de nouvelles idées, déterminée à vivre son rêve. Le dessin et l'écriture occupent toujours une grande partie de leur temps libre, notamment avec la création de leur blog BD, des passions dont les deux jeunes filles comptent bien vivre plus tard. Leur amitié grandit au fil des pages, le lecteur prend conscience qu'elles se connaissent de mieux en mieux, se livrent l'une à l'autre de plus en plus - malgré la distance
L'auteur construit aussi davantage l'histoire de Mathieu, le meilleur ami de Sonia. Comme Lou, comme Sonia, il a son lot de rencontres, de surprises, de difficultés, de vérités à affronter. Samantha Bailly introduit également de nouveaux personnages : on en découvre un peu plus autour de Lou, sur le plan familial et scolaire. Un côté relationnel plus étoffé, plus complexe, que j'ai particulièrement apprécié. Il permet aux personnages d'évoluer, de se confronter à de nouvelles expériences, de vivre aussi des moments que j'ai trouvés parfois drôles, parfois touchants
Mention spéciale à ces moments où Samantha Bailly nous laisse apercevoir l'écriture de Sonia. Cette touche permet d'ajouter au réalisme. Quant à ces passages manuscrits en début de chapitre, j'en reste intriguée et ravie. On s'imagine un peu la suite grâce à eux, et on réalise avec les personnages le chemin parcouru. Lou et Sonia me manquent déjà...

Et s'il ne fallait qu'une citation pour vous convaincre :
« Elle rassemble toute son énergie pour maintenir son masque de sociabilité et ne pas dévoiler la tempête qui fait rage en elle. 
C'est lui, le prochain qui la fera brûler.
Elle le sait, elle le sent.
[...]
Un dernier coup d'oeil en arrière. Gabriel irradie tandis que tous les autres ne sont plus que des ombres.
C'était ce qu'elle désirait depuis des mois, et voilà qu'elle le craint. »

~~~~~~
Nos âmes rebelles de Samantha Bailly rapproche doucement la future trilogie du coup de coeur. Cette suite m'a beaucoup plu ! On s'attache, on sourit, on s'émeut. C'est une belle histoire que nous livre Samantha Bailly. Ce tome, à l'image de son prédécesseur, est tout en sensibilité, en simplicité et en efficacité. On suit le récit sans se lasser une seconde. Et alors que la fin approche, on en redemande déjà
Si vous n'avez pas encore fait la rencontre de Lou et Sonia, je vous y invite fortement ! Plus qu'une histoire d'amitié, c'est un récit qui pousse aussi à croire en ses rêves, qui parlent aux adolescents (que nous sommes, que nous avons été)...

L'avis des copines : 

+ Merci aux éditions Rageot pour cette lecture
+ Nos âmes jumelles #1, Nos âmes jumelles

Challenge jeunesse/young adult : 13/65

mercredi 24 février 2016

► TOP 2015 (10 à 6) ◄

Hello le monde,

Vous avez été nombreux à suivre la première partie de mon top livresque 2015 et je vous en remercie tout plein. Vos retours m'ont fait chaud au coeur et me remplissent d'enthousiasme ♥ 
Je ne serai pas aussi bavarde que mercredi dernier, je passe donc directement aux réjouissances. Voici la suite du top !


10/ Qui est Mara Dyer ? de Michelle Hodkin [Mara Dyer, #1]
Éd. Panini Book/Scarlett, 466 pages, 16€.

Mara avait une vie tranquille avant. Avant de se réveiller à l'hôpital et d'apprendre le décès de ses amis au cours d'une soirée. Une soirée qu'elle a passé avec eux, mais dont elle ne se souvient pas. Depuis son réveil, elle pressent la mort des gens... Mara est bien décidée à comprendre ce qui s'est passé, qui elle est devenue. Noah pourrait bien l'y aider...

J'ai aimé : l'écriture de Michelle Hodkin. Elle possède une plume vibrante, vivante. Au cours de ma lecture, j'ai vécu chaque moment, chaque émotion, j'étais en plein coeur du récit. Sans compter qu'elle a agi en très peu de temps : quelques pages et je ne pouvais déjà plus lâcher le roman, au point de le finir en une journée, ce dont j'ai horreur la plupart du temps. 
J'ai surkiffé : l'idée et les personnages. C'est original, un brin creepy et totalement captivant. Même si avec le premier tome, je ne vais pas loin sur l'entièreté de l'intrigue... Et Noah et Mara sont parmi les meilleurs personnages de fiction que j'ai croisés [J'ai d'ailleurs eu un gros crush pour Noah au moment de ma lecture - je l'ai toujours en fait !]
Je peux me permettre un petit point « Je déteste » ? Que seul le tome 1 soit sorti en VF... Et soit à présent indisponible. Voilà. 


09/ The book of Ivy d'Amy Engel [The book of Ivy, #1]
Éd. Lumen, 341 pages, 15€.
Depuis deux ans, Ivy a pris la relève de sa soeur. C'est à elle qu'incombe la tâche d'épouser Bishop Lattimer et de le tuer pour que sa famille puisse reprendre le pouvoir. Mais au contact du jeune homme, ses certitudes s'effritent. Complots, mensonges, manipulations et pouvoir, Ivy ne peut plus se fier qu'à elle-même et ses sentiments.

J'ai aimé : la plume de l'auteur. L'intrigue n'avait rien de nouveau en matière de dystopie, mais le récit était fluide, captivant. Amy Engel nous entraîne totalement dans son histoire et on ne s'y ennuie pas une seconde. 
J'ai surkiffé : BISHOP [2015, ou l'année des crush en tout genres] !! Mais comment ne pas craquer, il est parfait ! Parfait avec Ivy, doux, attentionné, il a fait battre mon coeur en me surprenant totalement. On ne peut pas passer à côté de lui sans s'arrêter. Et Ivy, aussi. Quelle force, quel caractère. J'aime ces personnages qui se battent, qui en veulent, quelles que soient les conséquences...


08/ Sous surveillance de Joëlle Charbonneau [L'élite, #2]
Éd. Milan/Macadam, 285 pages, 13,90€.

Cia a été choisie pour les Tests, si elle les réussit elle pourrait aller à l'université, faire partie de l'Élite, prendre des décisions, aider son peuple à se relever. Mais la véritable nature des Tests est un secret bien gardé... Cia ignore à quoi s'attendre. Mais il se pourrait que donner le meilleur d'elle-même ne soit pas la seule exigence.

J'ai aimé : Cia, encore et toujours. Elle est l'élément perturbateur de cette dystopie, celle qui ne se soumet pas et refuse de voir les choses comme tout le monde juste parce qu'on lui a dit qu'il fallait les voir comme ça. J'adore la voir aller au coeur des choses, autant que je m'inquiète pour elle des conséquences. 
J'ai surkiffé : l'intrigue, qui tourne autour de la réussite scolaire. Même si c'est un peu la loi du plus fort, j'aime l'idée centrale que Joëlle Charbonneau met dans sa trilogie. Sans compter que ce deuxième tome est aussi tendu que le premier. Une très belle suite !



07/ In the after de Demitria Lunetta [In the after, #1]
Éd. Lumen, 409 pages, 15€.

Amy a survécu à l'invasion des floraes grâce au grillage électrifié de sa maison. Pendant trois ans. Trois années au cours desquelles elle a vécu seule avec Baby, une jeune fille recueillie dans un supermarché. Trois années pendant lesquelles elles ont dû faire le moins de bruit possible, vivre principalement la nuit et à penser l'humanité réduite à zéro. En découvrant qu'il existe finalement d'autres survivants, Amy pensent qu'elles sont sauvées.

J'ai aimé : l'univers du roman. In the after, c'est un post-apo troublant et captivant, qui m'a fascinée au point de redouter le bruit que je pourrais faire juste en le lisant. Je suis allée de révélation en révélation avec la surprise la plus totale. J'ai adoré frissonner et m'inquiéter pour les personnages. J'en redemande ! 
J'ai surkiffé : Baby et  Amy, qui sont totalement indissociables pour moi. Baby est un personnage hyper attachant, peut-être par son jeune âge. Quant à Amy : badass, déterminée, que demande le peuple ?! Il ne m'en a pas fallu plus personnellement. J'ai aimé les suivre dans leur lutte contre les floraes, dans leur lutte pour la survie. Leurs liens sont si forts, et Baby apporte tellement à Amy. Coup de coeur pour elles  


06/ Le silence de Mélodie de Sharon M. Draper
Éd. Michel Lafon, 320 pages, 14,95€ .

Mélodie ne peut pas dire un mot, ne peut rien faire toute seule. Handicapée, la jeune fille est en fauteuil depuis son plus jeune âge. Pourtant, son esprit fourmille de mots et de pensées, de couleurs et de détermination. Mélodie est une chenille devenue papillon, dont la chrysalide refuse de s'ouvrir. Et cette année, finis les cours à la maison : elle rentre à l'école. Quel sera le regard de ses camarades et de ses enseignants ? Verront-ils la même Mélodie que nous, drôle et intelligente ?

J'ai aimé : Mélodie. C'est une jeune fille vive et drôle, à l'intérieur. Tellement attachante aussi, et pas à cause de son handicap. À aucun moment elle ne donne au lecteur l'envie de la prendre en pitié, au contraire. Je n'ai pas voulu que Mélodie change pendant ma lecture - grâce à un quelconque miracle -, j'espérais que le regard que pose les autres sur elles changerait.
J'ai surkiffé : la puissance de cette lecture. Le silence de Mélodie m'a emmenée de l'autre côté, pour me faire voir les choses différemment. On ne suit pas seulement Mélodie dans son combat quotidien pour se faire comprendre et démontrer qu'elle est comme les autres. Le lecteur aperçoit aussi le regard des autres : celui de sa famille, des médecins, du corps enseignant, de ses camarades. Même si tous ne sont pas gentils...


Suite et fin lundi prochain !

mercredi 17 février 2016

► TOP 2015 (15 à 11) ◄

Coucou les p'tits loups, 

Aujourd'hui, il est temps de vous présenter la première partie de mon top lectures 2015, une année assez riche pour le blog, en rencontres comme en découvertes littéraires ! Depuis un an et demi environ, j'ai appris à m'ouvrir un peu plus à ce grand monde de la blogo, à sortir de mon petit coin de blog pour en voir plus, sortir de cette zone de confort et rencontrer d'autres lecteurs. J'ai toujours pensé que ma timidité n'était pas aussi forte sur Internet que dans la vie réelle, c'est dire combien je me suis leurrée pendant presque deux ans. Et maintenant, je ne regrette pas d'avoir fait le « grand saut », d'avoir pris confiance en certains projets comme en certaines personnes. D'avoir finalement aussi ouvert un peu cet espace, et d'avoir trouvé celui de tous pleins d'autres. Puis d'avoir été si bien accueillie par tous pleins d'entre vous. Vous, visiteurs, éditeurs, auteurs & blogueurs, avez rendu cette année 2015 encore plus belle qu'elle ne pouvait l'être ! Je suis heureuse d'échanger avec vous chaque jour, chaque semaine, d'avoir fait votre rencontre (virtuellement ou IRL) et j'espère encore cette année approfondir des liens, découvrir encore de nouveaux horizons, partager plus et toujours plus  
Quant à la lecture... J'ai eu quinze gros coups de coeur en 2015. Des romans qui m'ont faite rire, sourire, frissonner, pleurer, enrager, douter. Vivre et ressentir, surtout. Des histoires, des personnages, qui ont laissé une trace chez moi et que je n'oublierai pas. Allez, j'arrête de vous faire patienter. Mais avant de commencer, je vous remercie tous pour votre passage ici, régulier ou non, pour votre présence, pour votre immense soutien. MERCI




15/ Anatomie d'une fille à l'ouest d'Andrea Portes
Éd. Michel Lafon, 282 pages, 16,95€.

Anika est la deuxième fille la plus populaire de son lycée. Un statut qui lui convient très bien et qui lui permet de ne pas trop être le centre de l'attention. Jusqu'à ce que Jared et Logan s'intéressent à elle. En même temps. L'un est aussi populaire qu'elle, l'autre est un looser. Qui choisira-t-elle, le coeur ou la popularité ?

J'ai aimé : les personnages, principalement Anika et Logan. La première parce qu'elle se révèle beaucoup moins superficielle qu'attendue, le second parce qu'il m'a fait fondre dès que je l'ai vu. Ils sont surprenant, forts et attachants.
J'ai surkiffé : la plume de l'auteur. Un langage familier entrecoupé de vrais moments de réflexion, un suspense inattendu et des thématiques maîtrisées ont fait de cette lecture un très joli coup de coeur.



14/ La mer infinie de Rick Yancey [La 5ème Vague, #2]
Éd. Robert Laffont/Collection R, 416 pages, 17,90€.

Ils ont envahi la Terre, lentement, et ont pour seul objectif d'éteindre l'humanité. Personne ne sait qui ils sont, parce qu'ils nous ressemblent, ont pris possession d'humains. Mais Cassie essaie de leur échapper. Elle survit seule, à la recherche de son frère. Jusqu'à ce que sa route croise celle d'Evan Walker.

J'ai aimé : Cassie et Evan, depuis le premier tome. Cassie est un personnage so badass, qui est loin de se laisser faire ou de s'apitoyer. Quant à Evan... Il y a tellement d'humanité dans ce jeune garçon qu'il en paraît réel. Tour à tour touchants et révoltés, leur combat pour l'humanité réchauffe les coeurs et soulève les passions.
J'ai surkiffé : un deuxième tome plus profond. Là où le premier était dense et plein de descriptions, Rick Yancey s'attarde davantage sur la psychologie de ses personnages avec La mer infinie. Toujours une bonne dose d'action, mais des protagonistes qui en ressortent encore plus fouillés et complexes. Un ajout réussi qui ressert les liens entre lecteur et personnages.



13/ Nous les menteurs d'Emily Lockhart
Éd. Gallimard Jeunesse, 288 pages, 14,50€.

Cadence vit dans une grande et riche famille, les Sinclair. Chaque été, elle retrouve ses grand-parents, ses tantes et ses cousins/cousines sur leur île privée. Surtout, elle retrouve les Menteurs, Johnny, Mirren et Gat, qui est le meilleur ami de Johnny. Ensemble, ils font les quatre cents coups, passent l'été à rire, s'amuser, rêver,... Mais il se passe quelque chose lors de l'été 15, celui de ses quinze ans. Quelque chose dont elle est incapable de se souvenir. Deux ans plus tard, Cadence revient enfin sur l'île, bien déterminée à retrouver la mémoire. 

J'ai aimé : la couverture, identique à la VO. Tout ce qu'elle laisse présager, c'est un roman d'été, une fresque familiale, quelque chose de touchant mais pas de fracassant. Sauf qu'au fur et à mesure de l'histoire, j'ai découvert des personnages touchants et des révélations fracassantes.
J'ai surkiffé : les personnages et l'écriture de l'auteur. Qu'il s'agisse des adultes ou des adolescents, tous ont amené leur touche à l'intrigue : les soeurs par leur ambition, leur besoin de pouvoir ; le grand-père par son côté manipulateur, conscient de ce qu'il fait ; les Menteurs à cause de leur solidarité et de leurs idéaux. Emily Lockhart a une écriture superbe, qui nous fait ressentir chaque moment et chaque émotion.



12/ Fangirl de Rainbow Rowell 
Éd. Castelmore, 507 pages, 16,90€. 

Cath et Wren ont toujours tout fait ensemble. Complices à la vie comme à l'écran (d'ordinateur), où elles partagent leur passio pour Simon Snow à travers l'écriture de fan fictions. Sauf que pour leur première année de fac, Wren décide de faire chambre à part et délaisse peu à peu sa soeur. Cath saura-t-elle se défaire elle aussi de l'imaginaire et prendre pied dans la vie réelle ?

J'ai aimé : l'univers de la fan fiction. Simon Snow, c'est un peu notre Harry Potter version imaginaire. Cependant, Rainbow Rowell n'en fait seulement le vague héros d'une vague série à succès. Elle met en abîme les aventures de ce jeune sorcier et aussi l'écriture de Cath, ce qui a été pour moi un vrai plus, qui m'a véritablement permis de ressentir la passion de Cath.
J'ai surkiffé : Cath et Lévi. Ce sont deux personnages accrocheurs et attachants, qui m'ont littéralement mis des coeurs dans les yeux. Et comment ne pas s'identifier à Cath ! Entre sa passion pour Simon Snow et son côté chaleureux, j'ai tout de suite eu envie de la voir atterrir devant moi en chair et en os.



11/ Anna and the french kiss de Stephanie Perkins 
Éd. Penguin Teens/Speak, 372 pages, 9,99$.

Anna avait tout ce qu'il lui fallait à Atlanta : une superbe vie, un chouette petit copain et une meilleure amie géniale. Mais son père décide de l'envoyer étudier en France, à Paris, pour une année. Histoire que sa fille découvre autre chose et améliore son français. Ce voyage est pourtant loin d'emballer Anna, qui ne parle pas un mot de français, ne connaîtra personne dans sa nouvelle école et ignore tout de Paris. 

J'ai aimé : en faire ma première lecture VO. Anna and the french kiss est un roman très accessible, avec une superbe couverture (pour la version originale, personnellement). J'ai autant adoré l'histoire que j'ai apprécié me prouver que j'étais capable de lire et comprendre une oeuvre en anglais.
J'ai surkiffé : la plume et les personnages. C'était drôle et émouvant. C'était frais et tendre. C'était simple et parfait. Stephanie Perkins m'a fait rire et ressentir une foule d'émotions. Quant à Anna et Étienne, j'ai eu un gros coup de coeur pour ce duo, leur romance complexe et pas mièvre pour deux sous.



Je ne me voyais pas présenter les quinze coups de coeur que j'ai eu en un seul article (pour plus de suspense entre autres). Même si cet article arrive tardivement, j'espère que son fond et sa forme vous auront plu !
À mercredi prochain pour la suite ! 

mercredi 10 février 2016

=> Dreamology - Lucy Keating <=

Éditeur : Michel Lafon 
Traductrice : Isabelle Troin
Genre : YA, fantastique,
Public : dès 15 ans
Nombre de pages : 352
Date de parution : 11/02/2016
Prix : 15,95€

Résumé
« Depuis son enfance, Alice mène une double vie. La vie réelle, où elle habite seule avec père... et sa vie en rêves ! Toutes ses nuits sont peuplées d'aventures extraordinaires, de voyages, de rencontres, et surtout d'un garçon de son âge : Max. Au fil des années, ils sont tombés fous amoureux et Alice ne pense qu'à se coucher le soir pour le retrouver.
Mais le jour de sa rentrée au lycée, Alice voit Max. En chair et en os.
Le garçon de ses nuits existerait-il vraiment ? »

Avis
Dreamology m'a intriguée dès que j'en ai entendu parlé, la première fois sur internet et la seconde lors du SLPJ de Montreuil. Une fille qui rêve d'un garçon - dont elle tombe amoureuse - et finit par le rencontrer dans le monde réel... ça m'a rappelé pas mal de choses. Et pas mal de livres aussi, c'est dire ma curiosité. Cela n'a pas été facile de lui résister depuis deux mois, mais j'ai tenu bon ! Fini récemment, il s'avère que Dreamology n'a rien à avoir avec les romans auxquels j'ai pensé en en entendant parler. Frais et pétillant, c'est une romance toute mignonne qui vous attend !

Alice rêve de Max depuis qu'elle est toute petite. C'est le garçon de ses rêves, celui qu'elle retrouve chaque nuit et dont, au fil des années, elle a fini par tomber amoureuse. Dès qu'elle s'endort, c'est une autre vie qui l'attend : une sortie en Thaïlande, une balade à dos d'éléphant, une visite particulière du MoMA, une discussion sur des nuages. Un monde où elle oublie le départ de sa mère, son absence quotidienne, son manque d'intérêt pour elle. Max est-il seulement le fruit de son imagination ? 

Sans surprise, Max existe bel et bien, ce qu'on finit par vite savoir. Alice le rencontre après son déménagement, alors qu'elle part habiter la maison de sa grand-mère avec son père. Étonnement il se montre distant et semble ne pas la connaître. Pire que tout, notre héroïne ne reconnaît pas en lui le garçon qu'elle voit chaque nuit, qu'elle fréquente depuis son plus jeune âge, qu'elle connaît sous toutes les coutures. Ajouter à cela le fait qu'il soit déjà avec quelqu'un... 
Si bien que les premiers chapitres m'ont paru un peu puérils/superficiels. On se doute tout de suite que les réactions de Max sont feintes. Si les efforts d'Alice pour en savoir plus sur lui (et lui tirer les vers du nez) sont assez intéressants, j'ai moins apprécié l'attitude de Max, qui a un côté un peu gamin (dans ses réponses, son expression). Max donne une première impression très déstabilisante, parce qu'il n'est pas le Max d'Alice, mais aussi à cause de son côté froid, envers Alice comme envers Oliver. Oliver, c'est le personnage qui va apporter une touche d'humour en plus, aussi fougueux qu'Alice peut être maladroite.
Mais passés ces détails, une fois que l'on entre dans le vif du sujet, Lucy Keating nous fait perdre pied avec la réalité à notre tour et nous plonge dans son imaginaire. On déconnecte, on lâche prise, et on suit Alice, Max et Oliver avec enthousiasme. Les deux premiers essaient de comprendre pourquoi ils rêvent l'un de l'autre, le troisième copine avec Alice (ce qui a le don de mettre Max légèrement hors de lui). À la fois fantastique et contemporain, l'auteur évoque la thématique du rêve, de l'inconscient, autant que des sujets plus profonds comme le premier amour, l'amitié, l'absence d'un parent. Le rêve, loin d'être abordé avec légèreté, étoffe l'intrigue d'un fond scientifique détaillé - sans en être lourd.
Dreamology s'est révélé être très loin des romans que j'ai eus en tête lorsqu'il m'a été mentionné. C'est finalement un récit drôle, rafraîchissant, qui n'en fait pas des masses mais ne perd rien en efficacité. Pas prise de tête pour deux sous, pas de grosses révélations, pas de gros secrets, ça fait du bien de temps en temps. Beaucoup d'amitié, de sentiments, d'amour, avec un petit côté loufoque/décalé, c'est bon aussi ! Et un côté sérieux, une réflexion sur la frontière entre le rêve et la réalité, qui montrent les recherches faites par Lucy Keating pour cette partie de l'intrigue, tout en nuançant la légèreté du roman.
La fin nous prend quelque peu par surprise, dans le bon comme dans le mauvais sens. On commence par le mauvais... J'ai été perturbée par l'impression que tout se passait trop vite : il n'y a pas de réelle explication quant à ce que cherchaient Alice et Max. Ils suivent une piste, et voilà. Ce n'est pas hyper gênant, mais sur le coup, je me suis demandée si je n'avais pas sauté quelques pages. Pour le bon côté, c'est de ne pas avoir vu le temps filer ! La plume de Lucy Keating est agréable, j'ai aimé me plonger dans les rêves (fous) d'Alice et Max, j'ai apprécié l'humour d'Oliver. Bref, je n'aurais pas dit non à des chapitres supplémentaires, juste par gourmandise.

Et s'il ne fallait qu'une citation pour vous convaincre : 
« - C'est Roméo et Juliette, explique Oliver en voyant que je les observe. Il secoue ses cheveux comme un golden retriever qui vient de sortir de l'eau. Ils sont célèbres. Ça fait dix ans qu'ils sont ensemble.
Je commente : 
- Ils forment un joli couple.
- « Elles », en fait. Ce sont deux femelles, glousse Oliver. Les responsables du parc ne s'en sont pas rendu compte quand ils les ont appariées. Elles pondent des oeufs chaque année, mais aucun d'entre eux n'éclot. Ce qui n'empêche pas qu'elles ont l'air de beaucoup s'aimer.
Tout en continuant à observer les signes, j'acquiesce : 
- Il existe des tas de façons d'aimer quelqu'un. »

~~~~~~
Dreamology de Lucy Keating a été une très bonne lecture ! Frais, original, j'ai passé un bon moment en compagnie de l'auteur, son univers et ses personnages. Le rapport aux rêves y est très intéressant, tant dans ce qu'il a de fantastique que de réel. Les explications ne sont pas pompeuses et ne viennent pas étouffer le récit. Quant à Alice et Max, si au premier regard ils m'ont paru un chouïa gamins/mesquins, c'est une attitude qui leur passe rapidement. On finit par découvrir en eux deux adolescents sérieux, déterminés, qui souhaitent comprendre.
Il sort demain et si vous cherchez quelque chose de léger, d'emportant, avec ce qu'il faut d'amour, d'amitié et d'humour, go !

Je remercie les éditions Michel Lafon pour cette lecture

Challenge jeunesse/young adult : 12/65

mercredi 3 février 2016

=> Je t'ai rêvé - Francesca Zappia <=


Éditeur : Robert Laffont 
Collection : Collection R
Traductrice : Fabienne Vidallet
Genre : YA, contemporain,
Public : dès 15 ans
Nombre de pages : 450
Date de parution : 12/11/2015
Prix : 18,50€

Résumé
« La folie est son quotidien. Rien ne la préparait à être « normale ». 
- On joue au jeu des vingt questions ? 
- OK, mais c'est moi qui les pose cette fois.
- Ca marche.
- Si je devine en moins de cinq questions, je serais vraiment déçue.
Il esquisse un sourire et répond : 
- Ne m'insulte pas.
- Est-ce que tu es vivant ? 
- Oui.
- Tu habites ici ? 
- Oui.
- Je te connais ? 
- Oui.
- Est-ce que je t'ai rêvé ? »

Avis
J'ai commencé Je t'ai rêvé sans savoir où il m’emmènerait ni même dans quel état je serai en sortant du récit. Il s'est dit tellement de choses sur ce roman entre le moment où il est sorti et celui où je l'ai reçu. Si bien que j'avais aussi hâte de me faire mon propre avis que peur de m'y ennuyer ferme, de lui trouver les défauts qui ont été donnés ici et là. L'effet a été tout l'inverse ! Et en quelques jours, cette lecture s'est révélée être un coup de foudre immense À cause des personnages, à cause de l'histoire, grâce à Francesca Zappia, j'ai passé un excellent moment, riche de tellement de choses

Alex est schizophrène, mais cela ne veut pas dire qu'elle ne peut pas avoir une vie normale. Pour cette adolescente, hors de question de laisser les hallucinations rythmées sa vie. Armée de son appareil photo, elle compte bien lutter contre sa maladie pour vivre comme tout le monde. Lorsqu'elle fait la connaissance de Miles, elle ne s'attendait pas à vivre enfin ce qu'elle souhaitait connaître : sorties, fêtes, amitiés. Tout cela lui arrive-t-il vraiment ? Et Miles est-il réel, lui qui lui rappelle tant un souvenir d'enfance qui n'a jamais existé que dans son esprit ? 

Mon attachement pour Je t'ai rêvé a finalement été immédiat, un peu comme une évidence. John Green est une de mes références en matière de YA, alors le voir recommander un jeune auteur, pour moi c'était déjà une assurance. J'en ai vite oublié le négatif que j'avais pu lire et je me suis laissée emporter par la narration, l'humour d'Alex et son entrée au lycée de East Shoal. Je n'ai pas résisté au ton employé par l'auteur, à la chevelure flamboyante de son personnage, à l'atmosphère rassurante qui se dégageait des premiers chapitres. Et comme Alex, je n'ai pas tardé à m'interroger sur ce qui était vrai dans ce qu'il lui arrivait...
Le personnage d'Alex - Alexandra de son prénom entier - est lui tout aussi attachant ! Son humour, à la fois décalé et sarcastique, ses manies, son originalité, son histoire, c'est un tout qui a d'abord attiré mon attention pour ensuite ne plus la relâcher. Et quand on a rencontré Miles... comment peut-il être aussi attachant ? C'est le protagoniste qu'on n'a pas forcément envie d'aimer : lunatique, froid, distant, mais qui nous fait quand même craquer. L'une utilise l'humour pour se défendre, l'autre joue l'impassible. Ils ont vite formé un duo chien et chat que j'ai adoré ! Ces deux-là ont un côté tellement humains qu'ils pourraient en être réels.
C'est là que le potentiel de la plume de Francesca Zappia m'a littéralement frappée. En dehors de ces deux personnages à qui elle a su donner une telle dimension, les personnages secondaires ne sont pas en reste, chacun l'illustration réussie d'une réalité adolescente : le geek/intello solitaire, le rêve de maman, le couple je t'aime/moi non plus,... Mais par dessus tout, ce sont les sentiments et leur intensité qui m'ont touchée. On rit avec Alex, on pleure, on s'émerveille comme si c'était nous, comme si elle nous le partageait. Le tout avec maîtrise, une écriture qui reste fluide et ne tombe pas dans le pathos de la maladie mentale. J'ai trouvé cet aspect traité avec autant de justesse que de délicatesse. 
Du côté de l'intrigue, l'histoire m'a prise et surprise plus d'une fois. La narration étant à la première personne, les hallucinations d'Alex sont les nôtres autant que les siennes ; rien ne nous permet de démêler le vrai du faux. Ce dont j'étais certaine, c'était de suivre Alex jusqu'au bout et d'apprécier tous les moments que j'ai passés avec elle grâce à Je t'ai rêvé ! Si certaines révélations pourront être perçus par certains, elles me sont toutes tombées dessus au dernier moment, ce que je pensais faux s'avérant vrai et inversement.
Quant au final, j'avoue que je ne me l'explique toujours pas, en partie. Les derniers chapitres ont une intensité très forte. Là où tout le roman était parfois plus léger, plus calme, une sorte d'action se met en place et le rythme prend une autre allure. Une évolution agréable, comme un sprint en fin de course, attendu et libérateur. Je suis restée admirative face à Alex et Miles, atypiques, touchants, drôles, courageux. Ils auront su faire palpiter mon coeur jusqu'au bout.

Et s'il ne fallait qu'une citation pour vous convaincre :
« Je ne pouvais pas me payer le luxe de prendre la réalité pour acquise. Je ne peux pas dire que je détestais tous ceux qui le faisaient, puisque c'était le cas du monde entier. Je ne détestais personne. c'est juste que je vivais dans mon monde.
Mais ça ne m'a jamais empêchée de souhaiter vivre dans celui des autres. »

~~~~~~
Je t'ai rêvé de Francesca Zappia s'est révélé être un coup de coeur ! Sur le coup, lorsque je l'ai fini, c'était beau, c'était foudroyant, mais pas plus. Puis c'est venu quelques minutes après : un accéléré de tout ce que j'avais lu, des scènes qui s'étaient gravées dans mon esprit, de certains mots échangés et mon coeur est reparti à toute allure ; c'est là que je l'ai su, que l'évidence s'est imposée. Francesca Zappia a écrit un très beau roman sur la maladie mentale, qu'elle traite avec justesse, sans en faire une tare ou un obstacle au quotidien. Miles et Alex sont deux personnages que j'ai vraiment appréciés, auxquels l'auteur a su donner beaucoup de profondeur, au point qu'ils m'ont paru si humains, si réels. Les derniers chapitres m'ont été difficiles à lire pour ce qu'ils annonçaient : la fin de l'histoire (déjà)

Je remercie lecteurs.com et la collection R pour cette découverte

Les copines ont aimé aussi :
Léa touch book / Little A


Challenge jeunesse/young adult : 11/65

lundi 1 février 2016

♦ Wake Up! #19 ♦

• Wake up ?
Un petit RDV qui me trottait dans la tête depuis un moment. A l'origine, je voulais l'intituler "What's up?", sauf qu'en faisant des recherches je me suis rendu compte que ce RDV existait déjà chez Sous ma couverture, que je découvre à l'occasion :D Comme l'idée que j'avais s'éloigne un peu de ce que propose Bookish Girl, j'ai changé de titre. Et c'est parti mon kiki ! 
• Quand ? 
Tous les premiers de chaque mois.
• Quoi ? 
Les sorties qui me tentent, les RDV littéraires à ne pas manquer, une PAL prévisionnelle. Du blabla ?
/!\ ATTENTION : article pouvant comporter des spoilers /!\
~~~~~~

Février, nous voilà ! Janvier est passé rapidement à mon goût, malgré les longues heures de révision avec chéri pour son boulot et le retour à la maison. Cela n'a pas été facile de reprendre le rythme - ce qui s'est ressenti dans mes lectures -, mais ça revient petit à petit. J'espère coller un peu plus à ma PALM ce mois-ci. Quoi que de nouvelles perspectives pourraient bien changer la donne... En attendant, ce qui ne changera pas, ce sont bien les parutions du mois !

Les sorties du mois [à titre exhaustif] : 

Dernière épreuve de Joëlle Charbonneau [L'élite, #3]
Éditeur : Milan
Collection : Macadam
Nombre de pages : 288
Prix : 13,90€
Résumé
[SPOILERS - Surlignez le texte si vous souhaitez découvrir le résumé]
« Cia a découvert les secrets du Test.
Aujourd'hui, elle veut y mettre fin.
Mais elle ne peut pas le faire seule.
À qui peut-elle réellement faire confiance ? »

=> Quelle date ? Le 03/02.
=> Pourquoi ? Suite et fin de la trilogie L'élite, j'ai tellement hâte ! C'est une saga coup de coeur par ici

La vérité sur Alice de Jennifer Mathieu
Éditeur : Pocket Jeunesse
Nombre de pages : 224
Prix : 16,90€
Résumé :
« Au lycée de Healy, la vérité est une question de point de vue.
Alice Franklin est une traînée. Tout le monde le sait. C'est forcément vrai puisque c'est écrit partout sur les murs du lycée.
On dit qu'elle a couché avec deux garçons d'affilée...
Tout le monde a sa vérité sur Alice : son ancienne meilleure amie, son admirateur secret...
Quelle sera la vôtre ? »

=> Quelle date ? Le 04/02.
=> Pourquoi ? Il me faisait de l'oeil en VO et l'histoire a l'air juste terrible.

Sunshine de Paige McKenzie
Éditeur : Hachette
Collection : Black Moon
Nombre de pages : 304
Prix : 15€
Résumé
« L'univers tranquille de Sunshine, seize ans, bascule à cause du déménagement que lui impose sa mère adoptive Kate. Pour des raisons professionnelles, Kate conduit sa fille à l'autre bout des États-Unis, dans une maison qu'elle choisit sur Internet. Sunshine constate que rien n'est à son goût : la maison est décrépie, l'intérieur est moche et sombre. Pour couronner le tout, une odeur de moisi flotte dans l'air, l'humidité imprègne les moquettes, la température ambiante donne la chair de poule en permanence. La première nuit, Sunshine entend des pas et des pleurs à l'étage. Bizarrement, sa mère n'entend rien. Sunshine constate aussi que ses affaires ne restent jamais à leur place, sur les étagères de sa chambre. Aucun doute, la maison est hantée. Bientôt, Sunshine découvre qu'il s'agit de l'esprit d'une fillette de dix ans, auquel elle va peu à peu s'habituer. Mais, un autre esprit rôde, bien plus maléfique... »

=> Quelle date ? Le 10/02.
=> Pourquoi ? Pourquoi pas un peu de suspense pour ce mois de février...

Lola ou l'apprentissage du bonheur d'Angélique Barbérat [Bertrand et Lola, #2]
Éditeur : Michel Lafon
Nombre de pages : 480
Prix : 19,95€
Résumé
[SPOILERS - Surlignez le texte si vous souhaitez découvrir le résumé]
« Malgré le fait que Bertrand et Lola vivent enfin ensemble, le passé s'incruste dans leur quotidien et perturbe leur bonheur. Bertrand, encore tourmenté d'avoir été retenu en otage quelques mois en Afrique, n'arrive pas à en parler à Lola. Lola ne voit pas qu'il dérive. Mais le passé occulté finit par ressurgir : un enfant naît, un test de paternité arrive, une colère éclate, un homme meurt... »

=> Quelle date ? Le 11/02.
=> Pourquoi ? Angélique Barbérat, je suis folle de cet auteur

Fans de la vie impossible de Kate Scelsa
Éditeur : Gallimard Jeunesse
Collection : Scripto
Nombre de pages : 368
Prix : 15€
Résumé :
« Mira, Sebby et Jeremy, en proie aux affres de l'adolescence (dépression, solitude, tentative de suicide, drogue) se découvrent et se lient d'amitié. Leur relation prend rapidement une tournure amoureuse et le trio devient inséparable. Ils peuvent se sentir eux-mêmes grâce à cette façon de vivre au-delà des conventions et des jugements. »

=> Quelle date ? Le 25/02.
=> Pourquoi ? Le résumé m'intrigue énormément.
PAL prévisionnelle : 
   
Autant dire que celle de janvier a été une catastrophe, avec seulement deux lectures... Mais j'espère bien pouvoir me rattraper. Je commence le mois avec Dreamology qui me fait de l'oeil depuis Montreuil. Ensuite, Minuit et Will & Will, que j'espérais vraiment lire le mois dernier. Enfin, j'aimerais beaucoup lire Coeur de brindille pour le club de lecture des SB qui fait son grand retour ! Oh, et je voudrais aussi lire une jolie romance pour la St-Valentin, Maybe someday peut-être...

IMM de janvier : 
Les tentations ont été nombreuses, mais le moral pas toujours présent. Puis après les réceptions de novembre/décembre, j'ai voulu lever le pied. C'est donc un +1 pour ma PAL (merci encore Léa ) o/

~~~~~~
En avant pour ce nouveau mois, que je vous souhaite excellent et riche en belles découvertes !