-->

Mes dernières chroniques :

https://liredelivres.blogspot.fr/2017/05/corbeaux-juliette-lemaitre-manipulation.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/05/operation-pantalon-cat-clarke.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/04/passenger-tome-1-alexandra-bracken.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/04/graces-tome-1-laure-eve.htmlhttps://liredelivres.blogspot.fr/2017/03/demain-nest-pas-un-autre-jour-robyn-schneider.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/03/la-tour-aux-mille-etages-katharine-mcgee.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/02/phobie-douce-john-corey-whaley.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/02/coeurs-brises-tetes-coupees-robyn-schneider.html

mardi 26 mai 2015

=> Soeurs sorcières - Livre III - Jessica Spotswood <=

Rares sont les fois où je dévore une série d'une traite et ne mets pas des années [si, si] avant d'en lire le dernier tome. En attesteront L'héritage, Kaleb - saison 3, Le brasier des souvenirs, et autres qui colorent ma PAL. Mais il est connu que chaque exception a sa règle... Et après la fin pleine de questions et de frustrations du tome 2, il me tardait de me jeter sur la suite (et fin) de la trilogie Soeurs Sorcières de Jessica Spotswood ! Maintenant que c'est chose faite, j'aimerais revenir en arrière... et patienter, faire durer le moment le plus possible ♥ 

Éditeur : Nathan
Genre : YA, fantastique
Public : dès 15 ans
Nombre de pages : 448
Date de parution : 09/04/2015
Prix : 15,90€

Résumé
[Spoilers - Surlignez pour lire]
« Cate et Maura, les deux soeurs aînées, ne se comprennent plus. Maura semble désormais prête à tout pour que les sorcières accèdent au pouvoir. Même à commettre les plus viles atrocités. Cate en est horrifiée et, par-dessus tout, elle ne lui pardonne pas d'avoir effacé la mémoire de Finn, son grand amour. Même Tess, submergée par des visions funestes, ne semble plus en mesure de les réconcilier. Les deux soeurs doivent faire des choix radicaux, quitte à s'opposer l'une à l'autre... et à risque de la prophétie - selon laquelle une soeur mourra de la main d'une autre - se réaliser ? »

Avis
Ce troisième tome confirme quelque chose que je sentais pointer depuis le début, mais dont un soupçon me manquait pour vraiment le confirmer. Alors que j'ai dévoré ce troisième tome, il n'y a pourtant plus une hésitation possible : cette trilogie est un coup de coeur ! Un coup de coeur qui s'amorce dans les deux premiers tomes pour complètement s'affirmer avec le livre 3. Un démarrage en douceur pour une fin explosive, qui vous coupera le souffle ! 

Pas de spoil. Pas de résumé. 

Presque un an pour avoir cette suite. Pourtant, quand on l'ouvre, c'est comme si on avait fini le tome 2 la veille. Tout nous revient en force : les doutes, les questions, la frustration, l'horreur. La colère, l'incompréhension. Le livre 3 reprend exactement là où son prédécesseur s'était arrêté. Si bien que j'ai tout de suite repris pied dans l'histoire, heureuse et craintive à l'idée de retrouver Cate, Maura et Tess. Un trio qui me surprend, m'émeut, m'amuse, à chaque page.
Que vous dire de ce tome sans rien révéler ? Pour commencer, il est plein d'actions ! Le tome 1 laissait une impression douce et assez frustrante côté magie. Le tome 2 amplifie un peu l'aspect fantastique, l'ambiance s'assombrit. C'était déjà moins léger. Le tome 3, lui, fait tout exploser. Tout simplement. Les sorcières, et plus particulièrement les trois soeurs, prennent ici le rôle principal - enfin, diront certains. Soeurs Sorcières, c'est vraiment une trilogie qui monte crescendo, de tome en tome.
Ici, les personnages se révèlent une dernière fois - forcément. Principaux comme secondaires, il est temps pour eux de nous dévoiler leur dernier secret, et même de se révéler à eux-mêmes. Encore une fois, je me suis retrouvée dans le personnage de Cate, je me suis attendrie devant Tess et j'ai froncé les sourcils face à Maura. Chacune d'elles provoque en moi des réactions différentes, de l'antipathie à la sympathie, l'animosité et la joie. Mais étais-je prête à voir, comme la prophétie l'a annoncé, l'une des trois disparaître ?
Cette question m'a hantée pendant toute ma lecture. Et une autre lui faisait écho, comme une crainte qu'on n'ose avouer : Jessica Spotswood ira-t-elle jusqu'au bout ? Depuis le début, le lecteur sait/sent que le happy end est impossible, sans quoi tout ce qui a été mis en place n'aurait rien de cohérent. Cependant, je me suis prise à espérer, à vouloir que l'auteur trouve une alternative. Qu'il n'y ait pas de réponses à mes « qui ? » et à mes « comment ? ».
Mais les personnages secondaires ne sont pas en reste. Finn - le merveilleux Finn - n'a pas manqué de me ravir encore une fois, de me surprendre par son affirmation et ses changements. On aperçoit aussi davantage le père de Cate, Maura et Tess, ce qui nous permet d'en apprendre plus sur lui, sur leur histoire, leur famille. Certaines sorcières prennent aussi plus de place, comme Rilla, Elena, Alice, ou encore Soeur Inez. Les Frères sont également de la partie... et leurs idées n'ont eu de cesse de me faire souffler et de me révolter. Décidément, entre eux et moi, ça ne sera jamais passé.
L'écriture quant à elle se trouve toujours aussi efficace. Jessica Spotswood sait plonger et captiver son lecteur. Il n'y avait pas que la hâte de savoir comment tout allait finir, le plaisir de retrouver les personnages, l'émerveillement de connaître un tel univers. J'ai aussi beaucoup apprécié la plume de l'auteur, qui a évolué au même titre que les personnages. Elle est toujours aussi magique, même dans ce rythme plus haletant, même dans les moments délicats qui nous attendent. Et c'était beau ! 

~~~~~~
Je finis la trilogie Soeurs Sorcières de Jessica Spotswood sur un beau petit coup de coeur Pour les engagements qu'a tenus l'auteur. Pour toutes ces émotions que j'ai ressenties dans ce dernier tome. Pour cette montée en puissance à chaque opus. Pour ces personnages tantôt révoltants, tantôt incompréhensibles, tantôt émouvants. Pour ce contexte atypique, ensorcelant et captivant. 
Si vous ne connaissez pas encore, c'est le moment d'y remédier ! 

+ Je remercie les éditions Nathan pour cette lecture, leur confiance et cette parution ! +

vendredi 22 mai 2015

=> Ma raison de vivre - Rebecca Donovan <=

Après avoir résisté à son appel pendant le SDL, j'ai finalement craqué pour ce titre à mon retour chez moi... Faiblesse quand tu nous tiens. Un mois après, je me suis enfin jetée dessus ! Ma raison de vivre de Rebecca Donovan était plein de promesses, dans sa couverture douce et accrocheuse. La blogo et le résumé aidant, je l'ai ouvert pleine d'attentes, certaine de vivre un livre bouleversant... 

Éditeur : Pocket Jeunesse 
Traductrice : Catherine Nabokov
Genre : YA, contemporain
Public : dès 15 ans
Nombre de pages : 544 
Date de parution : 05/03/2015
Prix : 18,90€

Résumé
« - Et si je ne veux pas être ami avec toi ?
- Alors nous ne serons pas amis.
- Et si j'ai envie d'être plus qu'un ami ?
- Alors nous ne serons rien du tout.

Emma a tout fait pour empêcher Evan d'entrer dans sa vie. Non pas parce qu'il la laisse indifférente, bien au contraire, mais parce que personne ne doit savoir.
Savoir qui elle est vraiment, quelle est son histoire et, surtout, ce qui l'attend tous les soirs, quand elle rentre chez elle... »

Avis
C'est la première fois que cela me fait ça, mais je crois vraiment avoir lu ce roman à la mauvaise période. Vous savez, quand le contexte n'est pas hyper propice à vous faire aimer votre lecture à fond. Quand vous venez d'avoir un immense coup de coeur et que tout paraît moins intense à côté. C'est ce qui s'est passé avec Ma raison de vivre... J'ai adoré cette lecture, et je trépigne à l'idée de lire la suite prochainement, mais elle ne m'a pas transportée autant que je l'espérais, elle ne m'a pas renversée au point de perdre pied. Alors que cette lecture valait largement le coup de coeur.

Emma vit un enfer, mais elle est bien déterminée à garder cela secret. Elle fait tout pour être le moins possible chez sa tante : studieuse, elle multiplie les activités extrascolaires pour éviter de se retrouver à la maison. Encore deux ans avant de pouvoir quitter le foyer et partir pour l'université, Emma est persuadée qu'elle peut tenir le coup. Seule sa meilleure amie, Sara, sait ce qui lui arrive. Mais lorsque Evan débarque au lycée de et dans sa vie bien rangée, il se pourrait que le secret vienne à éclater...

Si je n'ai pas eu le coup de coeur, je pense aussi que c'est légèrement dû à une première partie du roman, et à Emma. Si j'ai réellement aimé ce personnage en général et surtout admiré son courage, sa force, j'ai passé le début de ma lecture à essayer de la comprendre... Et de comprendre comment elle pouvait subir ça et continuer de se taire. Du coup, pendant une bonne centaine de pages, je suis restée assez extérieure et trop spectatrice face à ce qui se passait.
Je n'ai pas réussi à vraiment entrer dans l'histoire, à être vraiment affectée par ce qui arrivait à Emma, à trouver ce genre de situation plausible. Jusqu'à Evan ! Il permet de voir de nouvelles facettes d'Emma. Une Emma qui s'agace, une Emma qui perd pied, une Emma indécise. Il la rend plus réelle. Pour la première fois depuis longtemps, elle est face à des choix, va devoir faire des concessions, et peut-être même s'ouvrir. Dès lors, Ma raison de vivre prend encore plus de sens et d'intensité.
J'ai vraiment adoré cette pointe de romance, sans qu'elle en soit vraiment une pour autant. Emma peut-elle se permettre de laisser l'amour entrer dans sa vie ? Quelles pourraient en être les conséquences ? Il y a une grande part d'imprévisibilité dans ce roman. On peut voir venir certaines choses, là où d'autres nous prendront totalement à revers et nous laisseront le souffle court, un noeud dans la gorge, le coeur haletant - accompagné parfois d'un frisson glacé d'angoisse.
Une fois que j'ai commencé à mieux cerner et comprendre Emma, les raisons de son silence, j'ai pris plus de plaisir à lire Ma raison de vivre. Même si la notion de plaisir est ici très relative, hein. Le sujet difficile, ces scènes parfois insupportables, cette douleur qui transpire du roman. Mais Rebecca Donovan maîtrise son sujet. Elle a une plume fluide, qui ne s'appesantit pas. Si bien que le sujet, en étant difficile, n'est pas non plus trop. On imagine, on se représente, et même si l'horreur de ce qu'on a sous les yeux nous glace les sangs, ça reste lisible, ça n'en vient pas à nous faire rejeter notre lecture. Et j'en suis venue à peiner pour refermer le roman le temps de travailler/dormir/manger/...
Même si j'ai d'abord un peu coincé avec Emma, on se prend malgré tout très vite d'empathie pour cette jeune fille. Je suis passée de l'incompréhension, à l'admiration, à l'envie de tout faire pour l'aider, à l'image de Sara. Et à chaque page qu'on tourne, je me demandais sans cesse ce qu'il pourrait lui arriver de pire, ou quel coup tordu on lui réservait encore... J'ai appris à l'aimer en apprenant à la connaître, et avec du recul, ça me plaît de ne pas être tombée pour cette héroïne dès le départ. C'est un peu comme dans la vraie vie !
Je reste juste perplexe face aux personnages secondaires. Sara, qui semble avoir un mode de vie léger, Carol, qui ne m'a pas livré assez d'explications, George, qui ne peut pas être aussi aveugle - ou alors ne puis-je pas concevoir qu'on puisse ainsi se leurrer et fermer les yeux ? J'espère que la suite répondra aux nombreuses questions que je me pose. Questions qui ont largement triplé avec le final saisissant de ce roman ! Bref, j'attends la suite de Ma raison de vivre de pied ferme !

Et s'il ne fallait qu'une citation pour vous convaincre :
« - Je culpabilise à mort à cause de la manière dont je t'ai parlé et toi, tu me dis que tu me trouves drôle ? OK, eh bien, disons que tu sais tirer le meilleur de moi, ai-je lâché d'un ton railleur.
Il s'est penché vers moi.
- Je suis là pour ça, a-t-il soufflé à mon oreille.
Je me suis tournée pour ouvrir mon casier, tétanisée. Tandis qu'il passait un bras par-dessus ma tête pour atteindre ses livres, son tee-shirt a effleuré mon dos. J'ai fermé les yeux et respiré profondément en attendant qu'il recule d'un pas. »

~~~~~~
Ma raison de vivre de Rebecca Donovan est pour moi un roman aussi intense qu'addictif ! Si je n'ai pas tout de suite accroché avec Emma, il y a quand même un lien ténu qui s'est vite créé entre nous. Avant que je ne succombe complètement pour elle. L'histoire, elle, est aussi des plus difficiles et déstabilisantes. Pourtant, Rebecca Donovan réussit le tour de force de nous maintenir dans le récit, de nous captiver malgré des scènes insupportables. Finalement, ce pavé de presque six cents pages fond entre nos doigts comme Olaf au soleil... On ne le lâche plus, inquiets, sur nos gardes, cherchant la moindre échappatoire pour Emma. 
Et, lorsque la dernière page se profile, on se dit qu'on aimerait en avoir plus

+ Le tome 2 est prévu pour septembre

samedi 16 mai 2015

=> Anatomie d'une fille à l'ouest - Andrea Portes <=

Ce titre, il tilt en moi depuis que les éditions Michel Lafon nous l'ont présenté au SLPJ de Montreuil. Je l'attendais. Je l'attendais. Et il a fini par arriver. Avec Anatomie d'une fille à l'ouest d'Andrea Portes, je pensais lire un roman décalé, drôle, frais. C'a été tout ça, mais beaucoup plus encore ! Laissez-moi vous raconter le coup de coeur que j'ai eu

Éditeur : Michel Lafon
Traducteur : Jean-Noël Châtain
Genre : contemporain, YA
Public : dès 14/15 ans
Nombre de pages : 282
Date de parution : 15/05/2015
Prix : 16,95€

Résumé
« Pour tout le monde, Anika Dragomir est la troisième adolescente la plus populaire du lycée. Cheveux blonds, lèvres glossées, elle a la panoplie de la fille parfaite. De loin, car si on se rapproche, on découvre qu'elle n'est pas tout à fait irréprochable : elle empoisonne petit à petit son patron, vole dans la caisse, et est en train de tomber amoureuse de Logan, le pire loser du lycée. Elle est prête à tout pour que personne ne le sache, car un pas de travers et Becky Vilhauser, le Dark Vador rose bonbon qui tyrannise le lycée, fera de sa vie un enfer. Et lorsque Jared, le garçon le plus populaire de la ville, décide qu'elle sera sa petite amie, Anika va devoir choisir. Après tout, serait-ce si improbable de tout lâcher pour un raté ? »

Avis
Il faut faire l'expérience de ce bouquin. Je m'attendais à beaucoup de choses avec Anatomie d'une fille à l'ouest, mais pas à être aussi surprise, pas à tomber amoureuse. Je voyais ce roman comme un bon moment en compagnie d'une histoire originale. En fait, il y a plus que ça... Mais j'ai peur d'en dire trop, j'ai peur d'en dire pas assez. Je suis confuse. Et ce roman vient de ravir mon coeur... 

La quatrième de couverture se suffit à elle-même. Donc pas de résumé perso.

Après Pardonne-moi, Leonard Peacock, je ne pensais pas retomber amoureuse d'un livre aussi tôt. Mais ce roman m'a fait retrouver les frissons d'angoisse et de plaisir que j'ai pu avoir. En plus des petits rires et des exclamations qui ont accompagné ma lecture. Comprenez, tout au long d'Anatomie d'une fille à l'ouest, j'ai senti qu'Andrea Portes nous préparait quelque chose, quelque chose de machiavélique, qui mettrait mon coeur/nos coeurs en miettes.
Alors à chaque nouveau chapitre, j'avais peur de tomber de mon nuage. C'est vrai, la vie d'Anika n'est pas toute rose... D'une parce qu'elle porte ce prénom et ce nom étranges, Anika Dragomir, de deux parce que ses origines lui donnent un statut d'immigrée à Lincoln, Nebraska, et de trois parce que son père, non seulement à cheval sur l'importance de la scolarité, lui a donné ses origines roumaines. Mais pourtant, elle parvient à se sortir de tout ça, avec beaucoup d'autodérision et en pimentant sa vie de quelques secrets.
Je sais pas, il y avait aussi un truc dans le ton de ce roman. Andrea Portes utilise un langage assez familier et jeune, le tout mêler quand même à des instants de réflexion magnifiques. Puis la construction du récit en elle-même. Anika nous parle, comme si elle nous racontait sa vie, comme si on était avec elle, mais genre vraiment. Et il y a ces quelques chapitres, alternés avec la narration, qui nous parlent de ce bouleversement que l'auteur nous réserve. Un bouleversement qu'on ne comprendra qu'à la toute fin, forcément. Si bien qu'en me renseignant un peu sur Andrea Portes et en lisant qu'elle avait aussi écrit un thriller, je ne me suis pas étonnée. Elle sait maintenir le suspense, et créer l'inattendu.
Même si on a envie de la secouer un peu, même si on voudrait parfois lui mettre des claques, j'ai adoré Anika ! Au début, je n'étais pourtant pas si sûre que ça matche entre nous. Elle a quinze ans, elle peut paraître insensible, mesquine, calculatrice, mais on voit au fil du roman quelqu'un d'autre se dessiner. Et c'est là que j'ai adhéré. C'est un protagoniste qui prend conscience petit à petit des choses. Alors oui, elle passe pour un peu superficielle, oui, elle drogue son patron parce qu'il est con [genre vraiment, il en tient une sacrée couche], oui, elle vole dans la caisse. Et oui, elle ne sait pas quel mec choisir...
Logan ou Jared ? Jared ou Logan ? Tout de suite, j'ai craqué sur Logan, en dehors de son côté sérieux et belle gueule, ce sont mes années Veronica Mars qui sont ressorties ! Jared n'était pas loin aussi de faire son petit effet... Mais le fait est que je n'ai pas su me positionner face à ce personnage. Les deux sont vus au travers de ce qu'ils sont au et pour le lycée : l'un le loser, l'autre l'hyper populaire. Logan n'a donc aucune réputation, si ce n'est celle de petit premier. Quant à Jared, c'est le Don Juan, et le mec le plus populaire, alors même qu'il n'est plus au lycée. Et lorsque les deux s'intéressent à Anika...
Même s'il semble puérile, on comprend vite le dilemme auquel est confrontée notre héroïne. Briser les codes, ou se conformer à ce que les autres attendent, c'est finalement une situation universelle. Anika n'est pas forcément le personnage populaire dont on a l'habitude. Elle a tout pour plaire, elle a les bonnes, elle a la réputation, okay. Mais elle est aussi sur la sellette. Tout ne tient qu'à un fil et au paraître. Comme pour beaucoup de choses dans Anatomie d'une fille à l'ouest...

Et s'il ne fallait qu'une citation pour vous convaincre :
« Je pédale vite, vite, vite, c'est maintenant. Une de ces scènes de film qu'on ne penserait jamais vivre, et pourtant on la vit, et c'est maintenant.
Je pédale vite, vite, vite, c'est ma seule chance d'arrêter ça. C'est le moment où on a l'impression que tout va horriblement de travers et qu'il n'y a plus d'espoir, mais comme c'est un film il y a quand même de l'espoir et une surprise qui change tout, et tout le monde pousse un soupir de soulagement, et tout le monde rentre chez soi et se sent bien et s'endort peut-être même dans la voiture. »

~~~~~~
Andrea Portes signe avec Anatomie d'une fille à l'ouest un roman fort et brillant ! Caché sous un côté décalé et une bonne dose de dérision, l'histoire renferme un récit juste sur le paraître, les apparences et la popularité. Et qui ne manquera pas de surprendre, tant dans la construction que que la narration. Anika, malgré ses quinze ans, finit par être un personnage qui nous parle et auquel on finit par s'accrocher, genre très fort. Elle nous plaît, elle nous fait rire, et elle nous touche, en devenant elle-même. Puis, mention pour l'auteur, qui a su retourner mes premières impressions et me prendre à revers d'une façon aussi troublante qu'habile.
Qu'importe d'être à l'ouest, si l'on fait ce qui compte...

+ Un immense merci aux éditions Michel Lafon pour cette lecture + 

+ Les droits ont été achetés par Paramount...

lundi 11 mai 2015

=> Trois (ou quatre) amies, tome 2 - Laurence Schaack & Françoise de Guibert <=

C'est avec surprise que j'ai reçu il y a peu un roman que je ne m'attendais pas à recevoir... Une suite, surtout. Sur le coup, j'ai eu assez peur et j'ai commencé ma lecture sans être certaine que ça matche. Pourtant, je ressors de Trois (ou quatre) amies, tome 2 de Laurence Schaack & Françoise de Guibert satisfaite et surprise de cette découverte. Une lecture sympa et frivole à l'approche de l'été, avec quelques bémols quand même.

Éditeur : Nathan 
Genre : jeunesse
Public : dès 12 ans
Nombre de pages : 316
Date de parution : 07/05/2015
Prix : 14,90€

Résumé
« Pour Sol, Sand, Mar et Angela, la parenthèse enchantée de l'été est finie. Chacune rentre chez elle... et retrouve son quotidien familial complètement bouleversé. Angela doit brusquement déménager avec son nouveau beau-père et ses fils, Sol découvre que sa mère est gravement malade, Mar apprend que ses parents se séparent et Sand commence l'année dans un nouvel internat, loin de chez elle et... sans internet. Alors que leur petit monde s'écroule, leur amitié leur donnera-t-elle la force d'aller de l'avant ? »

Avis
C'était jeunesse, c'était original, c'était frais et ça donnait envie d'été ! Sans m'y attendre, j'ai dévoré cette lecture en à peine deux jours, capable de me plonger plusieurs heures dans l'histoire sans ressentir le temps passer. Ce ne sera pas la lecture de l'année, ni même un roman exceptionnel, mais assurément une bonne découverte ! Toutes mes premières attentes ont été largement dépassées et  ce tome 2 de la série Trois (ou quatre) amies a même réussi à me surprendre

C'est la fin de l'été. Les Inséparables se séparent pour retrouver leur nouveaux lycées, des nouveaux camarades. Des nouvelles vies ? Alors qu'Angela va apprendre à trouver sa place parmi ses amies, Sol va devoir comprendre la vérité, Sand se plier pour une fois aux règles et Mar subir les chamailleries de ses parents. Mais il s'est passé des choses cet été, et le poids des secrets est parfois lourd... Ange parviendra-t-elle à s'intégrer entièrement au groupe ?

Après avoir relu et relu le résumé du tome 1, et quelques chroniques, je me suis lancée dans la lecture du tome 2 de Trois (ou quatre) amies... N'ayant pas lu le tome 1, j'avais peur de me sentir à l'écart et ne pas comprendre ce qui avait uni les quatre amies. Ceci s'est finalement avéré être un détail. Je n'ai pas eu de mal à entrer dans l'histoire et je pense avoir facilement trouvé les grandes lignes du premier tome. Coup de pouce supplémentaire, ici la narration change de point de vue ! 
Après avoir suivi Marion, alias Mar - ça, j'avoue qu'au début, ça m'a désarçonnée, de ne pas connaître tout de suite les vrais prénoms de chacune - le lecteur découvre cette fois Angela, alias Ange, la petite dernière du groupe. Celle-ci vient d'intégrer les Inséparables et se demande si elle a vraiment sa place dans la bande. Les vannes, les réflexions, malgré l'été qu'elles viennent de passer, Ange ne parvient pas vraiment à parler sur le tchat où se retrouvent les quatre amies. D'autant qu'elle a vu quelque chose. Quelque chose qui pourrait tout briser...
J'ai beaucoup apprécié la forme de Trois (ou quatre) amies. Le roman est divisé en trois saisons - automne, hiver, printemps - et alterne les sessions de tchat - à quatre, à deux, à trois -, les mails et le carnet que tient Angela. On ne suit donc pas seulement les conversations des quatre amies, mais aussi les réflexions d'Angela, ce qui a été pour moi un véritable plus ! J'ai pu découvrir un personnage mature, et via les passages du carnet, j'avais vraiment le sentiment d'être proche d'elle. Ange est adorable, touchante, et elle amène un peu de réalisme à la bande comme à l'histoire.
Quant aux autres, c'était aussi la totale découverte puisque je n'en connaissais aucune ! Si j'ai bien aimé Sand, son côté punchy/rebelle/rock, j'ai été moins convaincue par Sol et Mar. La première parce que je n'ai pas compris et supporté toutes ses réactions. Elle vit des choses importantes dans ce tome et j'ai été plus qu'étonnée par la façon dont elle prenait les choses. La seconde, à cause de ses inventions et de ses films qu'elle se fait en permanence. Ses films sont délirants au possible et la voir inventer des mots à longueur de temps m'a vite lassée. Il n'empêche qu'elles amènent chacune leur personnalité à l'histoire : l'originalité pour Mar, la frivolité pour Sol et le peps pour Sand. 
Laurence Schaack et Françoise de Guibert ont pris le temps de donner de la profondeur à chacune d'elles et à leur histoire comme à leur passé. Même si le côté jeunesse est clairement affiché par le registre choisi et les thèmes abordés, cette suite de Trois (ou quatre) amies mêle habilement la légèreté des premiers instants et la complexité des chamboulements tels que le divorce, le deuil, la maladie, les premiers amours. 
C'était un cocktail original et intéressant, avec lequel j'ai passé un bon moment ! Une lecture douce, simple, mais qui touche quand même des sujets sensibles avec une approche juste. Ce n'est qu'une facette de l'intrigue, qui mise avant tout sur l'amitié. Et si l'idée de suivre les filles via les réseaux sociaux me faisait un peu douter, j'ai rapidement pris mes marques dans leurs échanges et j'ai trouvé  que les réflexions d'Angela apportaient une dose de maturité au côté jeunesse du roman.

Et s'il ne fallait qu'une citation pour vous convaincre : 
« Et deux répliques pour ta servante toujours paralysée entre l'envie de tout dire et la peur de tout détruire. Je me tais, je me mets sur la touche et elles ne s'en rendent pas compte. C'est quoi mon rôle dans cette histoire ? Tout le monde s'adore depuis l'enfance et moi, je suis la vilaine pièce rapportée qui dit en se bouchant le nez « Ah ben non, il faudrait secouer la couette, parce que, en dessous, c'est cracra ? » Parler ? Se taire ? Selon toi, qu'est-ce que je dois faire ? »

~~~~~~
Le tome 2 de Trois (ou quatre) amies de Laurence Schaack & Françoise Guibert aura été une bonne lecture ! Un roman jeunesse qui aura su me plaire par son originalité et les différents thèmes dont les auteurs nous parlent. Mais je reste désappointée par les personnages de Mar et de Sol, ainsi que le côté jeunesse/léger de certaines situations. Angela a été un personnage agréable et touchant à suivre, et on se prend finalement vite d'amitié avec la bande des Inséparables.
Si vous cherchez une lecture fraîche et estivale, que le côté léger et jeunesse ne vous rebute pas, vous l'avez trouvée ! 

+ Je remercie les éditions Nathan pour cette lecture +  

vendredi 8 mai 2015

=> La symphonie des Abysses, Livre II - Carina Rozenfeld <=

Acheté et dédicacé lors du SLPJ de Montreuil, j'ai ensuite laissé ce petit bijou dans un coin de ma PAL en prévision d'une LC avec Léna Puis profité d'un week end à 1000 - qui coïncidait avec notre date de LC - pour me plonger pleinement dans le livre II de La symphonie des abysses. Carina Rozenfeld y a encore fait des merveilles !

Éditeur : Robert Laffont
Collection : Collection R
Genre : roman, dystopie
Public : dès 15 ans
Nombre de pages : 432
Date de parution : 20/11/2014
Prix : 17,90€

Résumé
[Spoilers - Surlignez le texte pour le découvrir]
"Une nouvelle ville, de nouvelles lois, les mêmes interdits. 
Abrielle et ses compagnons croyaient s'être affranchis du tyrannique Règlement Intérieur. Hélas, ils vont découvrir que les rêves qu'ils portent en eux ne pourront jamais s'exprimer dans l'enceinte du Mur. Mais leur rencontre avec Eyal, jeune homme assoiffé de vérité, va faire renaître l'espoir.
Aucun mur, aussi haut soit-il, ne peut étouffer les coeurs épris de liberté.
Car un passage vers l'extérieur existe bel et bien. Pour y accéder, Abrielle et ses amis vont devoir vaincre les terribles gardiens qui le défendent farouchement...
C'est en n'étant personne que l'on peut devenir quelqu'un."

Avis
J'avais beaucoup beaucoup aimé le premier tome de La symphonie des abysses. Aussi en attendais-je tout autant de cette suite. J'avais hâte de me replonger dans cette dystopie, de retrouver ses personnages et surtout la plume de Carina Rozenfeld, avec laquelle ça ne loupe jamais ! Je voulais des réponses, j'ai été servie. Je voulais me ravir de mots, j'ai été ravie. Je voulais du voyage, j'ai voyagé. Un sans faute et une fin merveilleuse

Pas de spoils. Pas de résumé.

Voilà, La symphonie des abysses, c'est fini... Et décidément, ce second tome n'a rien à envier à son prédécesseur et offre aux lecteurs une conclusion agréable, qui répond à toutes les questions et dévoile les derniers secrets de l'Atoll. Le tout sur fond de mélodie, de poésie, de liberté, d'égalité et de tolérance. Un dyptique merveilleux, captivant, qui pousse à la réflexion et nous invite au voyage. On en ressort grandi et émerveillé, convaincu et entendu, tant les héros qui ont mené l'aventure de La symphonie des abysses nous parlent et nous ressemblent.
Si les premiers villages de l'Anneau que nous avions rencontrés dans le livre I me hérissaient un peu, entre l'un où il n'y a pas d'amour, l'autre où la musique est interdite, je ne m'attendais pas à tomber sur un nouveau village et de nouvelles contraintes/règles de vie... A nouveau, j'ai ressenti ce que cela pouvait être de vivre ainsi, je n'ai eu aucun mal à me représenter les lieux, et j'ai glissé dans le roman.
Le livre II s'ouvre sur la découverte d'un nouveau personnage et d'un nouveau contexte. Eyal est un habitant de Portes et Portes est une ville divisée en deux. Au nord, les peaux claires ; au sud, les peaux foncées. Et la règle en vigueur ici est que personne ne doit se mélanger et chacun doit rester dans sa partie de la ville. Les métissages sont donc interdits, et regardés d'un très mauvais oeil lorsqu'ils se produisent. Eyal en sait quelque chose. 
J'ai rapidement accroché à ce personnage, tout en fougue et plein d'innocence. Eyal est une personne qui se fait discrète mais qui aspire à en apprendre plus sur le monde qui l'entoure. Le jeune homme se pose des questions et se donnera les moyens de trouver la vérité. J'ai aimé ce protagoniste plein de réflexion, fruit d'un amour défendu, qui ne baisse les bras à aucun moment malgré les épreuves qui l'attendent. 
Quant aux Neutres et à Abrielle, j'ai été tout simplement ravie de les retrouver ! Les choses ont beaucoup évolué pour eux [non, je ne vous dirai rien] et on retrouve des personnages plus matures, grandis par ce qu'ils ont affronté. Cependant, ils sont encore en quête de vérités, et d'eux-mêmes. Ca et Sa doivent se faire à leur nouveau corps, leur nouvelle image. S'aimeront-ils toujours, comme la première fois ? Tout est nouveau, tout est à réapprendre. Puis la force d'Abrielle vient tracter ce trio. Pleine de courage et portée par la symphonie, la jeune fille se révèle de plus en plus et c'est magnifique d'assister à son éclosion.
Si les cent premières pages sont - à l'image du premier tome - une amorce à l'intrigue et nous situe dans ce nouveau contexte, par la suite, ce n'est plus qu'actions et rebondissements, dangers et espoirs. La plume de Carina Rozenfeld n'y perd rien et on suit chaque révélation le coeur battant, souvent inquiets pour les protagonistes. Jusqu'à ce que le final s'annonce... Si on a beau voir venir l'explication finale, on ne peut que s'émerveiller devant les dernières scènes, subjugué par la beauté de ce que nos compagnons d'aventure découvrent et le message que nous porte l'auteur à travers La symphonie des abysses.

Et s'il ne fallait qu'une citation pour vous convaincre :
"- Tu es ma symphonie à moi, ne t'arrête jamais de chanter pour mon âme, s'il te plaît."

~~~~~~
Le livre II de La symphonie des abysses de Carina Rozenfeld a été une découverte et une lecture puissante ! La plume de l'auteur nous entraîne entre voyage et réflexion, pour nous faire ressortir de cette aventure grandis et émerveillés. Parce que La symphonie des abysses, c'est un très beau dyptique, sur la forme comme sur le fond ! Au travers de personnages comme Abrielle, Ca, Sa et Eyal, Carina Rozenfeld véhicule des idées et des valeurs, nous parle de tolérance et de liberté. Quant à l'écriture... La couverture n'est qu'un écrin qui renferme un bijou magnifique ! 
Décollez vite pour l'Anneau, lisez et libérez-vous ♥ 


mardi 5 mai 2015

=> Larmes de sirène - Hervé Jubert [M.O.N.S.T.R.E, #2] <=

Le premier tome de la saga M.O.N.S.T.R.E m'avait beaucoup intéressée et j'avais hâte de pouvoir m'y replonger. Encore une fois, ma lecture est passée trop rapidement, mais quel plaisir de retrouver Milo et ses amis dans Larmes de sirène et d'en apprendre plus sur les personnages. Une lecture encore plus agréable ! Et la couverture made in Magali Villeneuve est encore magnifiquement réussie *-*

Éditeur : Rageot
Genre : fantastique, ado
Public : dès 13 ans
Nombre de pages : 224
Date de parution : 19/03/2014
Prix : 9,90€

Résumé
[/!\ Spoilers - Surlignez le résumé pour le lire /!\]
« Onde fait partie du groupe M.O.N.S.T.R.E mais cultive aussi un espace mental secret. Son tempérament d'artiste, sans doute...
Elle évacue son stress par impulsions, comme une bombe électromagnétique, et déclenche parfois contre son gré des catastrophes électroniques...
Sentimentale, elle attire Milo. Protectrice, elle parvient à communiquer avec une sirène.
Mais qui est le traître qui les menace tous ? »

Avis
Comme j'ai pris plaisir à retrouver les sept adolescents du groupe M.O.N.S.T.R.E et la plume de Hervé Jubert ! Larmes de sirène a été aussi bon que Coeur de harpie, si ce n'est mieux. Parce que l'auteur monte d'un cran le niveau de sa saga. Ce fut à nouveau une lecture fraîche et addictive, surprenante et touchante. Quelle joie d'avoir croisé la route de Milo, Onde, Nathan, Sam, Takiko, Roth et Émile et de poursuivre l'aventure à leurs côtés ! 

Pas de résumé. Pas de spoils. 

J'ai le sentiment que cette série va se développer crescendo. De tome en tome, chaque protecteurs prend la parole et nous en dévoile un peu plus sur lui. Pour autant, Hervé Jubert n'en délaisse pas ses autres personnages et nous révèle ci et là de petits indices sur chacun d'eux. Larmes de sirène nous permet d'en apprendre plus sur l'histoire d'Onde, la française étudiante en arts. Parce que c'est elle qui aura une affinité avec la chimère. Parce que c'est à elle de révéler ce qu'elle a vécu. Et de le comprendre.
Pour autant, cette mise en avant nous montre les personnages sous de nouveaux aspects, notamment Milo. Et pour le coup, ce côté mauvais caractère... je ne m'y attendais pas du tout ! Il m'est apparu plus capricieux que dans le premier tome. Heureusement, il se rattrape et on comprend facilement ce revirement. Mais il m'est apparu aussi très seul et renfermé, malgré ses nouveaux amis, et c'était une partie très émouvante. Les autres personnages se développent également, comme Roth - qu'est-ce que j'ai hâte de lire le tome qui lui sera consacré ! - ou Émile. Pour le meilleur et pour le pire...
L'intrigue n'en perd pas une miette non plus ! Le format reste toujours court et rapide. Mais qu'est-ce que j'aime ce rythme et cette impression que rien ne se relâche ! Le lecteur tombe d'emblée dans Larme de sirène avec la découverte d'une chimère dès les premiers chapitres. La créature que devront protéger les adolescents du groupe M.O.N.S.T.R.E est donc présente du début à la fin du roman. Un côté fantastique que l'on ressent donc un peu plus, et une créature qu'il fait bon de découvrir aussi.
Mais encore une fois, Hervé Jubert joue davantage sur les relations entre ses personnages et leur propre histoire que sur le côté mythologie. C'est leur identité de protecteurs et d'adolescents hors nomes qui est principalement mise en avant. Et laissez-moi vous dire que l'histoire d'Onde a été pour moi particulièrement touchante. On ne le devine pas au premier regard, mais elle est marquée par un événement fort de son passé. Un événement qui n'aura pas été sans conséquence. Mais sera-t-elle prête à en parler ?
Petit à petit, ces adolescents s'ouvrent entre eux et à nous. Ils gagnent en profondeur, en complexité, ce qui permet à l'auteur de nous faire ressentir habilement plus d'émotions. Chacun des membres de M.O.N.S.T.R.E cache encore beaucoup de secrets, que cela soit volontaire ou non, l'auteur lui-même garde encore quelques mystères et Larmes de sirène se clôt sur un chapitre des plus frustrants. Autant dire qu'il me tarde de pouvoir lire la suite et de continuer l'aventure avec ces adolescents !

~~~~~~

Larmes de sirène de Hervé Jubert est un deuxième tome accrocheur ! Après avoir rencontré Milo, les lecteurs découvrent cette fois Onde et son histoire tout aussi touchante. Mais il n'est pas seulement question de l'histoire d'Onde ici. Hervé Jubert soulève habilement quelques indices quant aux secrets qui entourent chacun de ses personnages. Maintenant, à nous de les saisir et de les comprendre... La saga prend avec ce tome une tournure plus profonde et plus complexe que j'espère retrouver par la suite !

Je remercie sincèrement les éditions Rageot pour cette agréable lecture et pour leur confiance ! 

vendredi 1 mai 2015

♦ Wake up! ♦ #11

• Wake up ?
Un petit RDV qui me trottait dans la tête depuis un moment. A l'origine, je voulais l'intituler "What's up?", sauf qu'en faisant des recherches je me suis rendu compte que ce RDV existait déjà chez Sous ma couverture, que je découvre à l'occasion :D Comme l'idée que j'avais s'éloigne un peu de ce que propose Bookish Girl, j'ai changé de titre. Et c'est parti mon kiki ! 
• Quand ? 
Tous les premiers de chaque mois.
• Quoi ? 
Les sorties qui me tentent, les RDV littéraires à ne pas manquer, une PAL prévisionnelle. Du blabla ?
/!\ ATTENTION : article pouvant comporter des spoilers /!\
~~~~~~

« En mai, fais ce qu'il te plaît ! » Pas sûr que le banquier soit joyeux, mais voilà une bonne excuse pour se faire plaisir, et s'amener un peu de soleil dans nos biblios ! Je trouve le mois de mai un peu moins énorme que les précédents, mais de belles parutions sont quand même à venir. Qu'importe donc le nombre tant qu'on a de la qualité ? ;) 

Les sorties du mois [à titre exhaustif] : 

Conversion de Katherine Howe
Éditeur : Albin Michel
Nombre de pages : 480
Prix : 18€
Résumé
« Colleen, Deena, Emma et Anjali sont en terminale dans le prestigieux lycée St Joan. Colleen est sur le point d'être acceptée à Harvard et ne pense plus qu'à cela. Un jour de janvier, une de ses camarades est prise de convulsions. Très vite, d'autres élèves présentent d'étranges symptômes : perte de cheveux, paralysie, quintes de toux... La presse s'empare de l'affaire, un vent de panique souffle sur St Joan. Mais pas question pour Colleen de se laisser déstabiliser : elle doit travailler sur la pièce Les Sorcières de Salem, d'Arthur Miller. Et ses recherches la mènent en 1962, au moment du procès des sorcières de Salem, à la rencontre d'Ann Putman qui fit semblant d'être ensorcelée... Les époques se croisent, les drames se nouent. Qu'arrive-t-il aux élèves de St Joan ? Et si la réponse se trouvait dans le passé, trois siècles plus tôt... ? »

=> Quelle date ? Le 04/05.
=> Pourquoi ? Un résumé bien mystérieux et efficace qui a piqué ma curiosité !

Nous les menteurs de E. Lokhart
Éditeur : Gallimard
Collection : Gallimard Jeunesse
Nombre de pages : 288
Prix : 14,50€
Résumé
« Une famille belle et distinguée. L'été. Une île privée. Le grand amour. Une ado brisée. Quatre adolescents à l'amitié indéfectible, les Menteurs.

Un accident. Un secret. La vérité.

Un drame familial époustouflant où culmine le suspense. Une lecture qui, à peine terminée, donne envie de retourner à la première page pour recommencer... »

=> Quelle date ? Le 04/05.
=> Pourquoi ? John Green le recommande ! Et de belles chroniques ont fleuri à son sujet.

L'héritière de Kiera Cass [La sélection, #4]
Éditeur : Robert Laffont
Collection : Collection R
Nombre de pages : 432
Prix : 17,90€
Résumé
[Spoilers - Surlignez pour lire]
« Vingt ans après la Sélection d'America Singer, et malgré l'abolition des castes, la famille royale d'Illéa doit à nouveau faire face au mécontentement du peuple : l'heure est venue de lancer une nouvelle Sélection.
A dix-huit ans, la Princesse Eadlyn se sent prête à devenir reine. Elle l'est beaucoup moins à trouver un mari, au point que cette idée ne l'a même jamais effleurée. Quand elle consent finalement à ce que ses parents lui organisent une Sélection, Eadlyn voit son quotidien bouleversé par l'arrivée de ses trente cinq prétendants et la folie médiatique qui l'accompagne. Mais entre les raisons du coeur et la raison d'État, la Princesse va devoir faire des choix, et, au fil des semaines, se prendre à ce jeu dont dépend l'avenir d'Illéa... »

=> Quelle date ? Le 07/05.
=> Pourquoi ? Avouez qu'on ne s'y attendait pas du tout à celle-là ! Mais comment y résister ?!

Le vide de nos coeurs de Jasmine Warga
Éditeur : Hugo Roman
Collection : New Way
Nombre de pages : 300
Prix : 17€
Résumé
« A seize ans, Aysel n'a qu'une obsession : planifier sa propre mort à la perfection. Entre sa mère qui la regarde à peine, ses camarades de lycée qui l'évitent, et son père responsable de l'accident fatal qui a marqué sa petite ville à jamais, pour Aysel la vie est devenue trop lourde à supporter. Seul problème, elle n'est pas sûre d'y arriver seule. C'est alors qu'elle découvre Suicide Partners, un site qui lui permettra de trouver le compagnon idéal. Et c'est FrozenRobot, alias Roman, victime d'une tragédie familiale, sur qui elle jette son dévolu. Aysel et Roman n'ont rien en commun, mais ils commencent à apprivoiser leurs failles. Alors que la date fatidique approche, Aysel va devoir choisir entre son envie de mourir et celle de convaincre Roman qu'il ne devrait pas se sacrifier. Et Roman n'est pas du genre facile à persuader... »

=> Quelle date ? Le 15/07.
=> Pourquoi ? Le résumé me fait craquer...

Nos âmes jumelles de Samantha Bailly
Éditeur : Rageot
Nombre de pages : 320
Prix : 12,90
Résumé
« L'une est blonde, l'autre brune. L'une solaire et populaire, l'autre timide et solitaire. Sonia dite Yuna écrit pour une association, Trames, qui publie un fanzine. Elle y rencontre Lou-Tiamat, qui s'affirme dans l'art du dessin suite au divorce brutal de ses parents. Leur amitié virtuelle se double d'échanges sur leurs créations et leur vie affective. Jusqu'au jour où les deux jeunes filles se rencontrent un week-end autour d'un projet... »

=> Quelle date ? Le 27/05.
=> Pourquoi ? Un Samantha Bailly qui fait envie !


Ma PAL prévisionnelle : 
   
  
J'avais besoin de quelque chose de fort émotionnellement après Pardonne-moi, Leonard Peacock. J'ai donc fini avril et commencé mai avec Ma raison de vivre, qui m'a fortement été conseillé [et qui m'appelait aussi depuis un moment]. Ensuite, je pense reprendre ma lecture de Rébellion, avec pour objectif de le finir, enfin ! A moins que je n'intercale un SP, Trois (ou quatres) amies, en espérant réussir à le lire sans trop de difficulté puisque je n'ai pas eu/lu le premier tome. Mais pour sûr, au programme de mes lectures, il y aura encore du lourd et du beau avec Nos faces cachées, The book of Ivy et le livre III de Soeurs Sorcières

L'IMM d'avril : 
En début de mois, lorsque l'on a chargé la voiture avec chéri pour le retour à la maison, il a un peu/beaucoup craqué en voyant les cartons de livres que je ramenais de chez mes parents... Du coup, je me suis promis de faire profil bas pendant quelques temps. J'ai vraiment essayé, mais il y a eu des craquages plus forts que moi, des SP, un bon d'achat amazon et un cadeau d'un super panda [] Et, pour ma défense, quatre sont lus, et certains déjà chroniqués ! [Black Ice, lu pour Un brin de lecture, Ne t'arrête pas, Pardonne-moi, Leonard Peacock, coup de coeur d'avril, et Larmes de sirène]

~~~~~~
J'espère que vous avez passé un excellent mois d'avril et vous souhaite que mai soit encore plus beau ! 
Bisouilles <3