-->

Mes dernières chroniques :

https://liredelivres.blogspot.fr/2017/05/corbeaux-juliette-lemaitre-manipulation.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/05/operation-pantalon-cat-clarke.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/04/passenger-tome-1-alexandra-bracken.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/04/graces-tome-1-laure-eve.htmlhttps://liredelivres.blogspot.fr/2017/03/demain-nest-pas-un-autre-jour-robyn-schneider.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/03/la-tour-aux-mille-etages-katharine-mcgee.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/02/phobie-douce-john-corey-whaley.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/02/coeurs-brises-tetes-coupees-robyn-schneider.html

mercredi 31 décembre 2014

... Ce qui vous attend en 2015 ...


Aujourd'hui, un article un peu particulier pour 2015. J'ai du mal à croire que 2014 soit quasiment fini, déjà je pourrais ajouter, et pour bien mettre le pied à l'étriller, j'ai voulu marquer le coup. Et comme il y a pas mal de choses à venir pour cette nouvelle année, quoi de mieux qu'un article pour vous les présenter ? Enjoy ! 

♦ De nouvelles collections ♦

- In love. Rageot, éditeur jeunesse, lance une collection d'histoires d'amour pour jeunes ados et ados [et plus]. Adaptés de grands textes classiques, les titres de la collection In love paraîtront dès la mi-mars pour ravir nos coeurs et les faire battre. 
  
Des couvertures épurées et attirantes, souples et avec rabat, des auteurs connus du jeune public, des oeuvres de référence en guise d'inspiration. J'ai très hâte d'en voir plus, personnellement !

- &moi. JC Lattès, éditeur de la célèbre trilogie Cinquante Nuances de Grey, ouvre une collection New Adult, pour les 18 ans et plus. &moi, lancée dès janvier, promet des romans "New Adult complètement addictifs, des héros charismatiques en quête d'eux-mêmes, des rencontres aussi inattendues que foudroyantes".
 
Une ouverture avec des noms connus du public en matière de New Adult et des couvertures qui mettent dans l'ambiance. A voir également ! 

♦ Des traductions attendues ♦

  
Une petite sélection de trois romans, dont les titres résonneront aux oreilles de beaucoup. Parce qu'ils ont ému/touché/émerveillé les lecteurs VO français, parce qu'ils ont fait trembler la blogo US, parce qu'ils sont réclamés depuis des mois, pour ne pas dire attendus. 

♦ Des suites et fins ♦

2015 va être l'occasion de retrouver Maxon et America, une nouvelle inattendue, mais aussi de dire au revoir à quelques héros/personnages qui ont marqué nombre de lecteurs. Réjouissons-nous, et pleurons.
     


~~~~~~
Un beau programme, vous ne trouvez pas ?
Joyeux réveillon à tous

lundi 29 décembre 2014

=> Là où j'irai - Gayle Forman <=

Ma lecture du roman Si je reste de Gayle Forman date un peu, je le reconnais. Mais ç'a été une très belle découverte, qui m'a beaucoup marquée. Aussi, quand j'ai su qu'une suite existait, je me suis mise à sa recherche... Et bien que je l'ai prise, j'ai été très surprise par le résumé. Ce qui a fait qu'il est resté un bon moment dans ma PAL, jusqu'à ce que ma D.S.B. le dépoussière. Là où j'irai m'a permis de revoir Adam et Mia, et d'accepter de leur faire mes adieux...  

Éditeur : Pocket {poche}
{XO pour le grand format}
Genre : romance, contemporain
Public : dès 15 ans
Nombre de pages : 240
Date de parution : 03/11/2011
Prix : 6,20€

Résumé :
[Surlignez pour lire le texte]
"Adam est une rock star. Un jour, à New York, il tombe en arrêt devant une affiche : son ancienne petite amie, Mia, violoncelliste virtuose, jour au Carnegie Hall. Depuis trois ans qu'ils ne se sont pas vus, Adam n'a vécu, composé que pour Mia. Mia, qui l'a quitté après l'accident de voiture dont elle a réchappé de justesse. Mia, partie pour revivre. Sans lui. Cette nuit, ils se retrouvent enfin. De bars en restaurants, ils vont errer dans New York endormie, à la recherche de leurs souvenirs perdus. Pour que, de nouveau, leurs coeurs battent enfin à l'unisson..."

Avis :
Tout ce que j'attendais à la fin de Si je reste, c'est qu'il y ait plus. Plus que cette malheureuse dernière ligne. Plus que ce dernier point. Tourner la page et découvrir un autre chapitre. Voir ce qu'il se passe après. Et à la sortie de Là où j'irai, j'étais plus que ravie ! Puis j'ai lu la quatrième de couverture et j'ai tiqué, je me suis attaquée au roman, je l'ai injurié... Ce n'était vraiment pas beau à voir. Je le voulais, et en même temps, je ne pouvais pas concevoir ce qu'il s'était passé. Je suis une idéaliste des relations amoureuses, c'est comme ça. 

Autant que faire se peut, j'aimerais ne spoiler personne avec cette chronique. Vous pourriez avoir lu Si je reste, comme vous pourriez ne pas l'avoir encore fait. Vous pourriez être tombé par hasard sur Là où j'irai, sans penser que ce roman pouvait être une suite. Vous pourriez avoir lu Si je reste et ne pas avoir envie de lire la suite. Et ce sont tous ces aspects que j'apprécie. 
Si je reste a une fin tellement ouverte, qu'on pourrait s'arrêter de lire là. Sans chercher à savoir ce qu'il arrive par la suite. Ce qu'il advient de Mia et Adam. Mais si on a aimé ce premier roman, si on a aimé la plume de Gayle Forman, on voudra plus. J'ai voulu plus. Jusqu'à ce que le plus soit sorti... Cela m'a pris un temps avant de me lancer, temps que j'aurais encore sûrement allongé sans Minestronette. Mais maintenant que j'ai lu Là où j'irai, je suis de nouveau sous le charme
Ce que j'ai d'abord aimé, en dehors de retrouver cette plume particulière et ces personnages qui m'avaient donné le frisson, c'est la singularité du roman. Là où j'irai peut se lire tout seul autant qu'il peut se lire en tant que suite. Les flash back sont bien menés. Il me manquait des détails que Gayle Forman a vite resitués, des petits instants que j'avais oubliés me sont revenus rapidement. Mais je me suis souvent dit qu'on peut le lire sans avoir lu Si je reste. Qu'on pourrait le lire ou pas, en fait. 
Si les fins ouvertes, c'est votre truc. Si vous n'avez pas plus aimé Si je reste que ça. Si vous ne connaissez pas du tout même. Pourquoi lire Là où j'irai ? Simplement parce que c'est une bombe ! Une pépite dont je suis tombée amoureuse
Gayle Forman a ces mots, ces phrases, ces instants parfaits cristallisés dans un livre excellent, qui vous fera rire autant que pleurer, regretter, douter. Espérer. Là où j'irai, avant d'être quoi ce soit, c'est surtout l'histoire de deux personnes que l'amour a rassemblé, que la vie a éloigné. La mort aussi. Plus je tournais les pages plus je me suis demandé de quoi j'avais eu peur. Plus je me suis injuriée moi plutôt que ce magnifique roman
Avec Là où j'irai, je n'ai pas seulement retrouvé des personnages, je les ai redécouverts. J'ai recommencé une nouvelle histoire avec eux. J'ai appris à les voir autrement, pas seulement comme les protagonistes que j'ai rencontrés avec Si je reste. C'a été comme si je les croisais pour la première fois. Et j'ai juste trouvé ça magique ! Tour à tour, je les ai détestés, puis aimés autant que je les ai détestés. Les choses ont tellement changé, les personnages ont tellement changé. J'ai adoré leur évolution, qu'il s'agisse de celle entre Si je reste et Là où j'irai ou de celle au cours du roman. Et Adam... Il reste l'un de mes gros coups de coeur littéraire
L'histoire est quant à elle à nouveau bouleversante. Parce que les mots de Gayle Forman ont cette intensité, cette beauté. Parce que Gayle Forman a cette plume sublime, cette écriture qui vous pénètre. Parce que cette histoire est merveilleuse. Quelques pages et j'étais déjà au coeur du roman, saisie d'émotions. J'ai hésité, pleuré, ri, réfléchi, chanté, dansé, douté, pleuré avec les personnages. Dire qu'il ne s'est passé qu'une nuit pendant tout cela, c'est incroyable ! C'était tellement magique, tellement vivifiant. Une ode à la vie, à l'espoir, à l'amour.

Et s'il ne fallait qu'une citation pour vous convaincre : 
"Quelqu'un a dit que le passé ne meurt jamais, mais à l'inverse c'est le futur qui est déjà mort, terminé. Cette nuit a été une erreur. Elle ne va pas me faire refaire le chemin à l'envers. Ni annuler les erreurs ou les promesses que j'ai faites. Ni reconquérir Mia. Ni me retrouver moi-même."
~~~~~~

Là où j'irai de Gayle Forman est un roman à côté du quel il ne faut pas hésiter. Passez devant et repartez avec. C'est tout ce que je pourrais dire de plus, avec cette chronique en tout sens... Mais c'est que ce titre m'a complètement chamboulée, et que même des jours après, j'ai du mal à mettre toutes mes idées dessus, et plus simplement à m'en remettre. 
Une histoire magique et merveilleuse

dimanche 28 décembre 2014

[v] In My Mailbox [v] #38

Mis en place par Kristi [The Story Siren] et inspiré par Alea [Pop Culture Junkie]. Ce rendez-vous a été repris de notre côté de l'Atlantique par Lire ou Mourir, sur lequel vous pouvez laisser le lien de votre IMM. 

Le principe : il s'agit de partager chaque semaine les livres reçus/troqués/empruntés/... ^^ 

*** *** ***

C'est le retour de l'IMM aujourd'hui ! Et c'est un rendez-vous spécial aujourd'hui, puisque je vous y présente les trois petits nouveaux de ma PAL qui marquent le début d'un partenariat avec la maison d'édition Rageot ! Vous n'imaginez pas la joie que j'ai de vous l'annoncer. Rageot, c'est toute mon adolescence, tous mes Pierre Bottero et quelques autres belles découvertes. Je suis joie, et je les remercie encore un millier de fois

Coeur de harpie de Hervé Jubert [M.O.N.S.T.R.E., #1]
Résumé
"L'avion du milliardaire Darius Tindelli s'écrase en mer dans des circonstances mystérieuses. Milo, 16 ans, son unique héritier, est bientôt rejoint à Oxford par ses coéquipiers dans Chimera, un jeu en ligne où s'affrontent chasseurs et protecteurs de chimères. 
Qui a convoqué ces dix adolescents qui viennent du monde entiers ? Et dans quel but ? Grâce aux documents laissés par Darius, les héros découvrent l'existence d'une harpie vivante à Bongkok. Le jeu devient réalité ; repérer les dernières chimères à travers le monde et les protéger. En Thaïlande, ils se heurtent à un inquiétant chasseur de créatures fabuleuses."

Le suivant sur la liste de Manon Fargetton
Résumé
"Adolescent doué mais discret, Nathan est percuté mortellement par un automobiliste devant son collège. Témoin de la scène grâce à sa vision exceptionnelle, Izia sait que le chauffeur a agi intentionnellement. Non loin de là, Morgane, une irrésistible jeune fille, rend visite à sa mère internée et rencontre Timothée, que le moindre contact physique avec autrui fait souffrir. Bientôt tous trois reçoivent des messages posthumes de Nathan. Réunis puis traqués, ils découvrent qu'ils nés dans la même clinique par procréation médicalement assistée. De quelles manipulations ont-ils été cobayes ?"

Proie idéale de Charlotte Bousquet
Résumé
"En regagnant leur foyer pour adolescents en difficulté, Ljuba et Cam découvrent que leur amie Morgane a disparu. Elles refusent d'avord d'orienter les éducateurs et les policiers pour enquêter seules. Morgane devait rencontrer un photographe pour réaliser un book afin de devenir top model. Ljuba et Cam comprennent vite que Morgane s'est laissé entraîner par un individu peu scrupuleux. Un agent des services secrets qui traque un réseau mafieux confirme leurs craintes. Elles décident alors d'intervenir... à leurs risques périls."


Voilà ! Trois romans que j'ai hâte de découvrir. Qui, je le sens, vont m'entraîner dans de folles aventures. Pourquoi pas vers quelques heures d'insomnies même. 

~~~~~~
Et vous, quels sont les nouveaux titres de votre PAL ? 
Un excellent dimanche à tous !

lundi 22 décembre 2014

=> Violante ou Le bal des scélérats - Edouard Bernadac <=

Quand des paquets inattendus renferment de surprenantes découvertes... J'ai reçu courant octobre Violante ou Le bal des scélérats d'Edouard Bernadac, sans m'y attendre. L'un de mes premiers romans historiques, il me semble. Un genre donc que je ne connaissais pas, et qui ne m'attirait pas spécialement. Mais j'ai quand même été très intriguée par cette histoire et, même si j'ai plusieurs fois reporté ma lecture, je suis contente qu'il ait croisé ma route.
Éditeur : Prisma éditions 
Genre : romance, historique
Public : dès 18 ans
Nombre de pages : 259
Date de parution : 16/10/2014
Prix : 19,95€

Résumé
"Toulouse, 1608. Violante, jeune et belle veuve d'origine catalane, est trop libre pour son époque. Son charme fait des ravages parmi les hommes qui l'entourent. Dans une société qui ne lui offre pas d'autre statut que ceux de femme mariée ou de prostituée, la séduisante rebelle tente de survivre coûte que coûte. 
Alors que la peste bubonique rôde dans la région, son destin bascule dans la tragédie."

Avis
Violante a été l'occasion d'une découverte. Même si je n'étais pas franchement enthousiasmée par le genre historique, c'était l'occasion de m'y confronter et de m'en faire un premier avis. C'est ainsi que j'ai commencé ma lecture, intriguée également par la quatrième de couverture. On ne cherche pas à nous mentir, l'histoire de Violante n'est pas rose, et le contexte dans lequel elle évolue ne l'est pas plus. Sans être une lecture exceptionnelle, j'ai finalement passé un bon moment avec ce titre !

Le temps presse pour Violante, elle est enceinte et seule, à une époque où cela est malvenue pour les femmes. Où leurs seules possibilités sont d'être une épouse ou de devenir une prostituée. Quatre hommes sont à l'origine de ce problème, quatre hommes que Violante a séduits, quatre hommes qui refusent ou ne peuvent chambouler leur vie en prenant la responsabilité de ce qui arrive à Violante. La seule solution est de la marier, et rapidement...

Dans cette lecture, j'ai été gênée par le style un peu cru, par Violante elle-même, par ces quatre hommes, par la pensée de l'époque. Je n'ai pas réussi à être en phase avec ce qui était exprimé, les idées qui étaient mises en avant. Mais ça, c'est juste moi et ma tendance à rougir, le fait que j'aime la fidélité et que j'idéalise un peu trop les relations amoureuses. Cependant, je n'en ai pas moins aimé l'histoire de Violante pour ce qu'elle représentait. Ce roman, c'est avant tout l'histoire d'une femme déterminée à vivre, contre tous et comme elle l'entend. 
J'ai admiré le combat de Violante et son courage, sa force aussi. J'étais impressionnée par cette femme pleine de caractère, prise entre ses aspirations et les valeurs de l'époque. Violante est en décalage avec son temps, incapable de ne choisir qu'un homme et trop libre pour se soumettre au pouvoir d'un seul. C'est un personnage intéressant et complexe, que je me suis prise à encourager tout au long du récit, pressant le sort pour qu'elle se sorte indemne de tout ça. 
Quant aux cinq hommes qui gravitent autour d'elle... J'ai cordialement détesté Morain, son mari. Il m'insufflait des frissons de dégoût à chaque apparition. Pour les quatre autres, je n'ai pas été fan de leur lâcheté. mais j'ai apprécié ce qu'ils étaient près à faire pour Violante. Même si aucun d'eux ne peut ou ne veut prendre la responsabilité de l'enfant qu'attend Violante, ils restent tout de même présents pour elle et feront leur possible pour réparer le tort qu'ils lui ont fait. Mais je crois que ma préférence allait quand même vers Dancolas. Je suis certaine que s'il l'avait pu, il aurait tout fait pour Violante. 
Pour l'histoire, j'ai avalé les cent premières pages sans les voir. J'ai découvert le Toulouse d'antan, ses alentours, ravagés par la peste bubonique, la misère, l'alcool. J'ai fait connaissance avec Violante et ses amis. Edouard Bernadac nous plonge dans son roman dès les premières pages. On sent tout de suite que l'ambiance sera un peu pesante, que la vie de Violante n'est plus qu'une course effrénée. Il y a une sorte d'effervescence dans les chapitres, dans les personnages que l'on croise. 
Mais passée la découverte, je me suis demandée ce que me réserverait la suite... sans voir qu'elle serait l'issue de tout ça. Plus les pages défilaient plus j'aurais aimé qu'un personnage prenne le devant, que Violante ne me paraisse pas si seule dans cette marée humaine. Je savais que son histoire serait tragique, et même si elle a eu ses moments gais, la fin m'a prise au dépourvu.
Alors qu'on stagne un peu au milieu du roman, l'auteur nous dévoilant toute la noirceur de Morain, j'ai pris conscience que tout serait bientôt fini. Violante n'est pas femme à se laisser faire, et elle ne sera pas seule dans son entreprise. Une fois le plan posé, le rythme reprend de plus belle. Les chapitres s'alternent, les personnages vont et viennent. L'étau se resserre sur Morain, puis sur Violante. Un étau qu'on a l'impression de ressentir tant la plume d'Edouard Bernadac a quelque chose de très visuel et de très franc. Cet aspect cru que je n'ai pas toujours apprécié a également eu le mérite de me faire voir les choses, sans juste les lire. 
Les derniers chapitres sont une accélération de tout ce à quoi l'auteur nous a préparés. Jusqu'au dernier moment, j'ai réussi à penser que rien ne serait fait à Violante, qu'elle pouvait encore s'échapper et avoir la liberté dont elle rêve. J'ai finalement été surprise par ces quatre hommes que je prenais pour des lâche, par la ténacité dont ils ont fait preuve. Puis je me suis révulsée une dernière fois, tandis que l'auteur lançait son dernier coup,, un énième que je n'avais pas vu venir. Et j'ai refermé Violante, contente de ma découverte

~~~~~~

Violante d'Edouard Bernadac est un roman historique que j'ai apprécié découvrir. Une bonne lecture que j'ai refermée avec un petit pincement au coeur. Même si Violante est un personnage auquel je ne pensais pas accrocher, elle se révèle en fait une femme déterminée et forte, qui souhaitait juste profiter de sa vie dans une période sombre de l'histoire, et qui ne lui avait rien de favorable. J'ai été marquée par son courage, par la liberté qui se dégageait d'elle. Voilà surtout ce que je retiendrai de ce roman, sa vie

Merci aux éditions Prisma pour cette lecture !

mercredi 17 décembre 2014

=> Le passeur - Lois Lowry <=

Après une fabuleuse chronique d'Échos de mots et la promesse que je me suis faite ensuite de lire enfin ce roman, c'était décidé : je lirai Le passeur de Lois Lowry en décembre ! Nous sommes à la mi du mois et c'est chose faite, les amis o/ Bon, je vous avoue aussi que ce qui m'a pas mal motivée, c'est aussi le film, dont je n'ai vu que l'affiche mais par lequel je suis très attirée. Forcément, c'est une adaptation... et j'adore la dystopie. Pourquoi ne l'ai-je pas lu plus tôt ?! 

Éditeur : L'école des loisirs
Collection : Medium
Genre : dystopie
Public : dès 12 ans
Nombre de pages : 210
Date de parution : 11/10/2011 [réédition]
Prix : 8€

Résumé
"Dans le monde où vit Jonas, la guerre, la pauvreté, le chômage, le divorce n'existent plus. Les inégalités n'existent pas. La désobéissance et la révolte n'existent pas. L'harmonie règne dans les cellules familiales constituées avec soin par le comité des sages. Les personnes trop âges, ainsi que les nouveaux-nés inaptes sont élargis, personne ne sait exactement ce que cela veut dire. 
Dans la communauté, une seule personne détient véritablement le savoir : c'est le dépositaire de la mémoire. Lui seul sait comment était le monde, des générations plus tôt, quand il y avait encore des animaux, quand l'oeil humain pouvaient encore voir les couleurs, quand les gens tombaient amoureux. 
Dans quelques jours, Jonas aura douze ans. Au cours d'une grande cérémonie, il se verra attribuer, comme tous les enfants de son âge, sa future fonction dans la communauté. 
Jonas ne sait pas encore qu'il est unique. Un destin extraordinaire l'attend. Un destin qui peut le détruire."

Avis :
Le passeur a vraiment été écrit en 1994 ? Je n'ai pas arrêté de remarquer tout au long de ma lecture à quel point ce roman est intemporel. Autant qu'il est incomparable à toutes les dystopies/romans d'anticipation que l'on peut voir aujourd'hui. Je l'ai commencé et il n'y avait plus rien, c'était comme si c'était ma première fois, ma première dystopie. Pas un coup de coeur, mais c'était une telle lecture !

Jonas vit dans un monde où les couleurs ne sont plus, où l'intimité n'existe plus, où tout le monde est égaux. Une fois jugés aptes au placement, les bébés sont confiés à des familles, elles-mêmes établies par les dirigeants de la société. Plus tard, leurs heures de bénévolat auprès de différents centres et principales fonctions de la communauté détermineront le poste qu'ils occuperont. C'est lors de la cérémonie des douze ans que les enfants apprennent leur affectation. Jonas a passé toutes ces heures à la maison des anciens. Pourtant, lors de la cérémonie, tout ne se passe pas comme prévu...

Avec seulement l'affiche en tête, j'ai ouvert le roman et me suis retrouvée face à un enfant de... onze ans. Là, j'ai un peu coincé. J'ai l'habitude des adaptations loupées, des ratés et des différences d'âge, mais pour le coup, ça m'a fait un petit choc parce que les deux acteurs sur l'affiche ont quand même l'air beaucoup plus vieux... Mais est-ce que c'est dérangeant ? Absolument pas ! Passé l'étonnement d'être face à un narrateur si jeune, je l'ai laissé m'entraîner dans son monde.
J'ai très vite accroché avec Jonas. Sa jeunesse, son insouciance, son innocence... je ne sais pas, ce gamin a un petit quelque chose qui m'a rapidement attachée à lui. Il fait si jeune et pourtant tellement mâture par moments. C'est un personnage tout en douceur et très intéressant, qu'il fait plaisir de rencontrer et de suivre. Intelligent, il se pose les bonnes questions, ne reste pas à fixer son monde sans le regarder. Bien que habituée aux personnages plus âgés, dans d'autres situations, je ne l'ai pas trouvé trop gamin, ou même juste gamin.
C'est ce qui me fait dire que Le passeur est vraiment accessible à tous, et à tout âge. C'est sûrement même le roman que vous pouvez avoir lu il y a dix ans - à sa sortie - et que vous pouvez relire aujourd'hui, sans lui trouver de l'âge ou un côté arriéré. Sans être un pavé, c'est une lecture fluide et directe, qu'on prend plaisir à découvrir et à redécouvrir ! Le style de l'auteure n'est pas pompeux ou trop imagé. Le récit est concentré, sans descriptions trop longues ou fioritures.
Et même si le monde est sans couleur, si les émotions ont été bridées, si tout est devenu épuré et neutre dans l'univers de Jonas, ç'a un côté doux et calme. Le lecteur n'est pas face à une dystopie brute et pleine de haine, c'est plus léger, et c'est un changement qui fait du bien quand on a besoin de renouveau en dystopie/anticipation. Peut-être parce que justement personne ne se pose de questions dans la société où vit Jonas, personne n'a cet esprit de révolte, mais le côté 'non violence' du roman m'a beaucoup plu. Bon, il y a quand même les élargissements, qui passent pour un peu barbares quand ils concernent les plus jeunes...
L'histoire passerait aujourd'hui pour déjà vue, si elle n'avait pas toutes ces petites particularités qui la rendent si singulière ! J'ai l'impression de ne pas savoir comment vous en parler... Le passeur m'a touchée pour tout ce qu'il est et tout ce qu'il n'est pas. Je reculais un peu devant les dystopies ces derniers temps, et celle-ci, je m'y suis pourtant mise sans appréhension et sans recul. J'adorais l'ouvrir, me plonger dedans et vivre avec Jonas au sein de sa communauté.
On pourrait reprocher que les choses se passent un peu lentement au début, où l'on ne voit pas vraiment venir l'intrigue ni l'action du roman. On se contente de découvrir Jonas et son monde, ses lois, ses différences avec le nôtre. Et pourtant je n'ai pas décroché. J'étais fascinée par ces idées, cette neutralité qui se dégageait des lignes, par ce petit bout de personnage. Qui aura également l'avantage de me surprendre dans les dernières lignes !

~~~~~~


Le passeur de Lois Lowry est un roman que je recommande vivement et chaudement ! Jonas est un personnage vif et attachant et la plume de Lois Lowry est vraiment à découvrir. 
Vous ne connaissez pas encore ? Qu'attendez-vous ?!

lundi 15 décembre 2014

=> Lucides - Ron Bass & Adrienne Stoltz <=

"Lire un livre dont le nom de l'auteur commence par la lettre B", tel était l'intitulé de mon défi lancé par Minestronette pour le mois de novembre. Je me suis donc tout naturellement tournée vers Lucides de Ron Bass et Adrienne Stoltz. Et que dire de cette lecture ? Pour commencer, j'ai raté mon défi, puisque je n'ai pas réussi à le lire dans le temps imparti. Et sur le roman en lui-même, je crois que j'ai adoré, mais je suis incapable d'en être certaine. [C'est possible ça ? Eh oui.]

Éditeur : Robert Laffont
Collection : Collection R
Genre : roman, contemporain, YA
Public : dès 15 ans
Nombre de pages : 384
Date de parution : 24/04/2014
Prix : 18,90€

Résumé
"Sloane, première de sa classe, coule une existence paisible dans une petite ville côtière des États-Unis. Maggie, jeune fille indépendante, entame une carrière d'actrice prometteuse à New York. Tout les sépare, hormis une chose : en dormant, chacun rêve et vit la vie de l'autre jusque dans ses secrets les plus intimes. Jamais encore leurs chemins ne s'étaient croisés. Jusqu'au jour où Sloane tombe amoureuse d'un garçon. Vient ensuite le tour de Maggie... Laquelle est réelle ? Laquelle n'est qu'un songe ?"

Avis :
Depuis que je l'ai refermé, je ne me demande que deux choses : comment parler de Lucides ? et quel est mon avis sur ce livre ? Assurément, c'est un très bon roman, un roman qui aurait largement valu un coup de coeur. Un coup de coeur ? Pourtant, j'ai du mal à en être certaine. En fait, je n'ai aucune idée de ce que je ressens. J'ai aimé et j'ai détesté, j'ai adoré et j'ai haï, j'ai ri et j'ai pesté, j'ai souri autant que j'ai pleuré. Lucides m'a entraînée là où aucun autre ne l'avait fait...

Maggie vit à New York, avec sa soeur Jade et sa mère Nicole. Actrice, elle passe ses journées à des auditions, quand elle ne s'occupe pas de Jade à la place de Nicole. Des cours à domicile, peu d'amis, mais la fille adore se raconter des histoires sur les personnes qu'elle croise. Puis elle rencontre un garçon...
Sloane habite dans le Connecticut, avec ses parents et ses deux frères. Lycéenne studieuse, ses journées sont rythmées par les cours, le bénévolat et la photographie. Alors qu'elle se remet difficilement de la mort de son meilleur ami, Bill, James fait irruption dans sa vie. 
A première vue, rien de commun entre Maggie et Sloane. Pourtant, toutes les nuits, chacune rêve la vie de l'autre. Comment est-ce possible ? Cela signifie-t-il que l'une d'elles n'est qu'un songe ?

Tout en ayant le sentiment d'avoir lu ce livre, j'ai surtout la conviction de l'avoir... vécu. Je crois vraiment que c'est le bon mot, et que c'est ce qui fait toute la difficulté que j'éprouve à en parler. Pendant une semaine, j'ai vraiment vécu Lucides, l'emmenant avec moi à Montreuil et le laissant me dévorer, m'interroger, me faire douter pendant mes heures de travail, troublant parfois ma concentration. J'arrivais en le rangeant précieusement et je me questionnais sur Maggie et Sloane, leur réalité, leur famille, leurs amis, leurs rêves. Ron Bass et Adrienne Stoltz les ont pour moi rendues de chair et de sang, ce n'était pas un livre que je voyais, c'était leur vie
Quand deux scénaristes se penchent sur l'écriture d'un roman, cela donne quelque chose de très vivant et de très descriptif. Si bien que nous n'avons aucun mal à nous représenter les choses ou à entrer dans le coeur du livre. Si bien qu'on en vient à s'interroger nous-mêmes, plongeant dans un ailleurs qui tient du tangible autant que nous. Où s'arrête le réel et commence le songe ? Et où le songe fait-il place à la folie ? 
C'est soudain comme s'il n'y avait plus de limite, l'un si proche de l'autre qu'ils se fondent par endroits. On ouvre le roman et on a déjà fait un premier pas, sans plus savoir de quel côté nous sommes. Quelques chapitres et on en finit même à oublier qui nous sommes
On ouvre Lucides avec Maggie, jeune fille solitaire, actrice en devenir, qui nous immerge d'entrée dans sa vie, ou plutôt sa solitude. Sa mère n'est qu'un courant d'air, sa soeur est à l'école, Maggie passe ses journées seules, quand elle n'a pas d'auditions ou un rendez-vous avec Emma. Puis ensuite Sloane, lycéenne à l'avenir prometteur. Tout la différencie de Maggie, qu'il s'agisse de ses amitiés ou de sa famille. Alors comment expliquer que chacune rêve et vit la vie de l'autre à la nuit tombée ? Est-ce le désir caché de parler, d'avoir autre chose, qui parle ? ces peurs que l'on admet pas ? ces rêves que l'on n'ose pas ? 
J'ai eu beau m'être mis et remis le résumé en tête, je peinais à croire, ou même à penser, que l'une d'elle n'était que le songe de l'autre, un reflet - amélioré ou non. Et les deux auteurs ne m'ont nullement aidée à faire mon choix. Tout au long de ma lecture, j'en suis venue à questionner, relever le moindre détail, essayer de comprendre. Je voulais déterminer laquelle était vraie, laquelle était fausse, pour être sûre qu'au moment où je dirais au revoir à l'une, je n'éprouve qu'une vague tristesse. Je ne voulais pas m'attacher et avoir à dire adieu... Parce qu'en quelques chapitres, il n'y avait pas pour moi qu'une seule Sloane ou une seule Maggie, il y avait Sloane et Maggie, même quand tout tendait à prouver que cela était impossible. Je me suis attachée aux deux jeunes filles, chacune si différente, si singulière, si unique. Les deux m'ont fait ressentir une foule de choses, un maelström d'émotions, entre doute et raison, chagrin et joie, dégoût et amour. Des rires, des larmes, des battements de coeur ratés.
A aucun moment je n'ai réussi à m'imaginer la fin de tout cela, le fin mot des auteurs, laquelle de Maggie ou de Sloane était réelle. Les auteurs y ont veillé. J'ai cherché pourtant, mais c'était vain. Je crois qu'il faut seulement se laisser porter par cette histoire, laisser l'habileté des auteurs nous gagner et nous entraîner dans une douce folie sans se poser plus de questions. Et surtout, écouter le message qu'ils nous apportent, répété entre les lignes.
Lucides pourrait être qualifié de roman étrange, onirique, addictif, captivant, dingue. Pour être honnête, je le qualifierai surtout de grandiose et d'intense. Même si je ne suis pas fixée sur cette lecture, je suis certaine de ce qu'elle m'a fait ressentir. Et je suis certaine d'avoir aimé cela. J'ai aimé que ce livre me rende folle, j'ai aimé qu'il me fasse douter/rire/pleurer/m'émouvoir. J'ai aimé ce qu'il m'a fait vivre. J'ai aimé qu'il marque ma vie
Plus de doute, c'est un coup de coeur

Et s'il ne fallait qu'une citation pour vous convaincre : 
- [...] Non, ce que je veux dire, c'est que moi aussi j'invente des histoires sur tout. C'est pour ainsi dire compulsif. Mais mes histoires sont meilleures que les tiennes, ajouté-je en lui donnant un coup de coude. 
Il a un froncement de sourcil théâtral. 
- Et c'était ma meilleure histoire. Je vais vraiment avoir du mal à t'impressionner. 
- Tu n'en auras que plus de mérite. 
- Serais-tu déjà suffisamment conquise pour me faire une faveur ?
[...]
- Tu saurais prendre l'accent inuit ? me demande-t-il, plein d'espoir. 
- Ça dépend à qui."

~~~~~~


Lucides de Ron Bass et Adrienne Stoltz, c'est avant tout plus qu'un roman, et plus qu'une histoire. C'est une part de vie, celle de Maggie et de Sloane, qui deviendra la vôtre. J'ai beau avoir refermé ce roman depuis une semaine, je n'en reviens pas, littéralement. C'est talentueux, c'est puissant. Assurément une de mes plus belles lectures. Quelque soit votre âge, ne doutez pas que ce roman est fait pour vous.
Soyez lucides...

vendredi 12 décembre 2014

♣ Week end à 1000 #1 ♣

*Le week end à 1000 ?*
Du vendredi soir au dimanche soir, minuit, vous et vos livres, 1000 pages et peut-être autant d'histoires à découvrir pendant 53 heures. Vous faites votre PAL et il n'y a plus qu'à... lire bien entendu ! Du thé/du chocolat chaud, des petits gâteaux, l'épaule de l'homme comme oreiller, un plaid pas trop loin, et vous êtes prêts.


Huitième session de ce rendez-vous organisé par Lili, du blog Lili Bouquine ! Et première session pour moi o/
J'ai envie de réussir mon challenge Goodreads cette année, je me dit que c'est l'occasion de lui donner un petit coup de pouce. En plus, j'ai vraiment très envie de lire en ce moment, sans pour autant avancer dans mes lectures. Pourquoi donc ? C'est une bonne question, mais j'ai décidé de guérir le mal par le mal. Haha. 
Résolution prise, me voilà devant la petite étagère de livres que j'ai installée chez mes parents, à la recherche des histoires qui m'habiteront pendant la durée du challenge. Cela n'a pas été facile de choisir, mais j'ai sélectionné quatre titre, dont ma lecture en cours. Plus un petit bonus au cas où j'atteindrais les mille pages d'ici à dimanche. *j'ycrois* Par contre, j'ai aussi pensé à ce moment-là que demain, c'était achats de Noël avec ma môman... On verra ce que ça donnera, en tout cas je ferai mon possible pour atteindre les 1000 pages ! Et même plus : d'après mes calculs, ma petite sélection comporte 1029 pages. Regardez donc : 

   

> Le passeur de Lois Lowry. Ou ma lecture en cours. 161 pages restantes.
> Là où j'irai de Gayle Forman. Parce que c'est le choix de ma binôme pour ce mois et qu'il ne me reste plus que quelques jours... 228 pages. 
> Violante ou le bal des scélérats de Bernard Bernadac. Un SP que j'ai oublié... Il est plus que temps d'y remédier ! 259 pages.
> Cachée de PC & Kristin Cast. Pour le plaisir de retrouver Zoey et toute sa bande ! 381 pages. 

>> Total : 1029 pages ! *.* 

Le challenge commence aujourd'hui à 19h et se terminera dimanche à 00h !
On se retrouve sur facebook, twitter et instagram pour suivre tout ça ;) 
Bon week end les choux

***
[Update]

Vendredi
19h : Lancement du week end. Mon article paraît tout juste, ma PAL est devant moi. J'ouvre Le passeur pour quelques pages et le repose le temps de composer un petit apéro. J'y retourne ensuite en grignotant, attendant l'heure du dîner. Lorsque celui sonne, je n'ai pas lu grand chose, mais m'arrête quand même le temps du repas et d'un épisode de Game of Thrones ! Il n'est que 23h quand je reprends ma lecture, devant la télé et les programmes étranges que regarde ma soeur... Elle zappe, on tombe sur Ink Master. J'ai du mal à rester concentrer mais je tiens le coup. 2h du matin sonnent lorsque je finis Le passeur. Je décide de prendre la direction de mon lit, avec une autre lecture. Violante. J'en avale quelques pages avant de sombrer. 

Samedi 
10h : Je m'éveille tout doucement, me demandant si j'aurais quelques minutes pour lire ce matin. On a prévu une journée shopping de Noël avec ma maman. Heureusement, elle est aussi en train de bouquiner dans son coin. Il ne m'en a pas fallu plus pour que je réattaque Violante. Avant qu'elle ne se lève et ne me dise de me préparer. 
17h : On rentre de notre journée, les mains vides pour moi. Je cherchais à tout prix le coup de coeur mais n'ai rien trouvé... Vaille que vaille, je ne m'avoue pas vaincue ! Je reprends Violante une vingtaine de minutes puis m'empare de mon ordi et fouine sur internet. Cette année, j'ai envie d'un joli pull à motif de Noël [flocons, surtout]. J'abandonne vers 20h, mais en ayant trouvé quelques idées o/ Je reprends Violante tout en préparant le dîner, que je laisse un peu trop cuire d'ailleurs. 
22h30 : Mon frère rentre du boulot tandis que je lis les 10 dernières pages de Violante. Il tente une conversation à laquelle je ne réponds pas, sauf pour lui dire qu'il aura toute mon attention dans cinq minutes. 
23h : J'ai finalement papoté avec lui, tout en lisant les dernières pages. Mais Violante est fini, déjà entre les mains de ma maman, qui m'a dit n'avoir plus rien à lire pour sa semaine de boulot. Il lui faudrait sûrement plus costaud que ces 259 pages, mais c'est un bon début pour l'occuper. Quant à moi, c'est l'heure de commencer... la saison 4 de GoT ! Un épisode avant d'ouvrir Là où j'irai de Gayle Forman et d'aller dormir... J'ai du mal à tout couper à la fin du premier épisode. Et j'ai avalé quelques 50 pages avant de dormir ! 

Dimanche
10h : Il fait un peu froid et je traîne sous la couette... Mais je me bouge rapidement pour cette dernière journée. J'ai moins de 500 pages au compteur, ce qui me semble un peu mal barré... Un petit coucou à tout le monde et je repars sous ma couette lire quelques pages.
11h : Mon estomac gargouille, je pense qu'il est peut-être temps d'un petit-déjeuner. J'ai du mal à m'interrompre dans Là où j'irai, mais j'éteins quand même ma liseuse et me lève, non sans avoir regardé où j'en suis. 111p. de lues ! J'en suis à 531p. o/ Bien contente, je prends mon petit-déjeuner tardif tranquillement installée devant mon PC, zieutant les réseaux sociaux et regardant où en sont les compagnons du Week end ! 
12h : Je me dis qu'il est temps de faire une petite MAJ sur cet article, avant de me refaire un épisode de GoT ! *jesuisaccro* Le moral est hyper au beau fixe, lire autant me fait un bien fou, j'ai la patate et un big smile. Il fait gris dehors et un peu froid, mais c'est si bon ! Ne pas perdre de vue que je dois atteindre les 1000 pages avant minuit, ce soir.
15h : Après finalement deux épisodes de GoT, entrecoupés par le déjeuner et quelques blablas, je reprends tranquillement la moitié de Là où j'irai qu'il me reste... 
17h30 : Papotages, goûter, nouveaux papotages, le tout pour supporter de mettre fin à ma lecture... C'est passé tellement vite, et j'aurais aimé passer tellement plus de temps avec Adam et Mia. Merci, Gayle, d'avoir écrit cette suite Je me fais une nouvelle [énième ?] pause GoT, avant d'entamer le tome 10 de La maison de la nuit, qui devrait m'emmener vers les 1000 pages !
21h : J'arrête tout pour entamer Cachée. Il me faut un peu plus de 300p. pour atteindre les 1000 d'ici minuit. J'ai un doute, mais je veux aussi approcher le plus possible l'objectif. Et au moment où je n'y croyais plus, l'homme m'appelle On papote, on papote. J'oublie le week end et le temps qui passe. 
22h : Je reprends ma lecture, dont je n'ai pas lu 100 pages... Clairement, je n'irai pas jusqu'aux 1000. Mais je continue quand même, tout en zieutant facebook pour voir où en est tout le monde. Certains en sont tout proches, d'autres ont déjà réussi, d'autres aussi patinent. 
23h45 : La fatigue me fait papillonner des yeux, et j'avance à peine. Je décide de m'interrompre. Il reste 15 minutes, et au moins 200 pages à lire pour parvenir aux 1000. Pas grave. Je suis fière de cette première participation. Contente d'avoir participé à ce week end qui m'a mis la patate, d'avoir lu comme je n'avais pas lu depuis tellement longtemps. Mon déménagement, je crois... un an. Merci à Lili, merci à tout le monde pour ce week end ! 

>> Bilan <<
770/1000p.

vendredi 5 décembre 2014

=> Mensonges - Jenny Han & Siobhan Vivian [Le Pacte, #2] <=

Alors que je me remets doucement de Montreuil, et même si la crève obscurcit légèrement mes pensées, vous attendez toujours mon avis sur le tome de la trilogie Le Pacte, co-écrite par Jenny Han et Siobhan Vivian, n'est-ce pas ? Oui, je lis dans vos pensées. Mensonges est une très bonne suite, qui entraîne la série vers quelque chose d'inattendue. J'ai aimé ce tome plus que le premier !

Éditeur : Panini Books
Collection : Scarlett
Genre : contemporain
Public : dès 15 ans
Nombre de pages : 400
Date de parution : 26/03/2014
Prix : 16€

Résumé : 
[Spoilers pour ceux qui n'ont pas lu le tome 1]
"Lillia, Kat et Mary avaient un plan parfait : agir ensemble en secret pour se venger des personnes qui leur avaient fait du mal. Mais les choses ne se sont pas déroulées comme prévues... loin de là. Pour l'instant, il semble qu'elles s'en sortent à bon compte, elles n'ont qu'à agir normalement et ne pas oublier leur pacte. Mais ce n'est pas facile quand Reeve continue à agir comme un idiot et que Rennie est plus odieuse que jamais. Et la pauvre Mary comprend que Reeve n'a pas fait que la maltraiter, il l'a fait tomber amoureuse de lui. Oeil pour oeil, dit-on souvent, donc coeur brisé pour coeur brisé... C'est ainsi qu'il comprendra. La vengeance reste toujours la plus forte."

Avis
Après la fin assez inattendue et surprenante de Vengeance, j'avais plus qu'envie de me jeter sur Mensonges ! Alors une fois que je l'ai eu en ma possession, je l'ai zieuté un bon nombre de fois, regrettant souvent de ne pouvoir m'en saisir. Mais c'est enfin chose faite ! Et heureusement que j'ai déjà le tome 3 en ma possession [merci à toi qui te reconnaîtra si tu passes par là !], parce que ça a eu un effet totalement rassurant. Le récit se lit encore d'une traite, j'ai retrouvé Kat, Mary et Lillia et la fin nous laisse encore sans voix... J'ai tout bonnement A-DO-RÉ 

Peut-on se venger impunément, sans qu'une sorte de mauvais karma ne s'installe ? Qui peut punir le mal qu'on subit ?
Avec Mensonges, je reste encore fascinée par le thème sur lequel écrivent Siobhan Vivian et Jenny Han. J'ai eu beau chercher encore et encore, je ne trouve rien de mal à ce que font Lillia, Kat et Mary. Pire, je me surprends à les encourager davantage, à ne pas baisser les bras quand j'en vois une hésiter - à juste titre pourtant. Une fois que l'on connaît les raisons des unes et des autres, on est comme pris dans la spirale de leur vengeance, persuadé que tout ira pour le mieux, qu'elles font cela pour le mieux. 
J'ai pris plaisir à retrouver les trois jeunes femmes, partagées par les conséquences de leurs premiers actes et en même temps avides de tout mener à bien. Kat, Lillia et Mary sont trois personnages vraiment forts, qui ont beaucoup évolué depuis le premier tome. Non seulement elles ont pris plus de courage, mais se sont aussi révélées à elles-mêmes, prenant plus de confiance, plus de ténacité.
A l'issue de Mensonges, je garde mon petit faible pour Mary. Je ne sais pas ce qui va nous attendre par la suite avec cette protagoniste, mais son histoire me touche énormément !
Mais il n'y a pas que notre trio d'héroïnes que j'ai pris plaisir à retrouver. En apprenant à découvrir les filles, on apprend aussi à connaître certains garçons, notamment Reeve et Alex... Ces deux-là me laissent perplexe. J'ai envie de les détester autant que je les aime, et de les aimer autant que je les déteste. Même si Alex a une image plus lisse que Reeve, je trouve ce premier trop sage justement, et le second parfois inhumain. Sauf que je surkiffe le fait que les filles soient capables de les montrer sous d'autres jours, d'avoir presque l'impression de me retrouver face à d'autres personnages l'espace d'un instant, d'un regard ou d'une parole. C'est déconcertant et en même temps si réel.
De nouveau, le lecteur suit tour à tour Kat, Lillia et Mary... Si dans le premier tome j'avais apprécié cette alternance de points de vue, ici... je l'ai également apprécié, mais par moments, j'avais juste envie de sauter le chapitre devant moi pour plonger dans celui d'après ! Tantôt courts, tantôt longs, les chapitres s'alternent pour donner davantage de rythme, me mettant parfois au comble de la frustration. Jenny Han et Siobhan Vivian ont plus d'une fois joué avec mes nerfs, ce qui donnait une moi rageante et grognante pendant ma lecture. [Mes proches en étaient ravis !]
L'écriture reste toujours aussi fluide et garde cette réalité prenante, cette attractivité dont je n'arrive pas à me défaire. J'ai été scotchée par le récit, même quand j'avais envie de l'envoyer à l'autre bout de la pièce parce que certains faits m'horripilaient, genre "C'est pas possible de faire des choses pareilles !" alors que bien sûr que si. Kat, Lillia et Mary deviennent de plus en plus comme trois amies que j'aurais connu au lycée, dont je lis l'histoire aujourd'hui. On se les représente tout à fait et on n'a aucun mal à les suivre, qu'il s'agisse d'être avec elles ou d'imaginer nous aussi un quelconque moyen de vengeance.
Mensonges est une suite clairement à la hauteur pour moi, qui pousse la vengeance en profondeur tout en nous entraînant vers un aspect auquel je ne m'attendais pas. Je n'en parle pas pour ne spoiler personne, mais WAOUH quoi ! J'ai refermé le roman en le claquant et en demandant à ma soeur comment les auteures pouvaient nous faire ça... J'ignore encore ce qu'il en sera du tome 3, mais pour l'instant, je signe et je resigne

Et s'il ne fallait qu'une citation pour vous convaincre :
"Avant, j'étais tellement amoureuse de Phantom que j'aurais pu dormir dans son box si Maman m'y avait autorisée. Quand est-ce que ce sentiment s'est dissipé ? Quand j'ai rejoint les cheerleaders ? Je me demande si Phantom a remarqué quelque chose, si ça l'a rendu triste que je ne vienne plus aussi souvent. Rien que d'y penser, j'ai envie de pleurer."

~~~~~~

Mensonges de Siobhan Vivian et Jenny Han est une excellente suite, un tome 2 qui approfondit les choses et nous emmènent dans une vengeance plus sombre. Oeil pour oeil, dent pour dent. Mais comment arrêter la roue qui tourne ? Mary, Lillia et Kat restent trois jeunes femmes agréables à suivre, avec qui le lien de se relâche pas. Je dirais même qu'il se renforce. Quant à l'histoire, elle prend des détours inattendus, surprenants, et sur lesquels j'ai hâte de faire plus de lumière ! Vivement que je lise la suite ! 
Si vous êtes passé(e)s à côté du tome 1, vous ne pouvez plus continuer comme ça ! D'autant que toute la trilogie est disponible maintenant, alors plus aucune excuse...

+ Mon avis sur le tome 1, Vengeance