-->

Mes dernières chroniques :

https://liredelivres.blogspot.fr/2017/03/demain-nest-pas-un-autre-jour-robyn-schneider.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/03/la-tour-aux-mille-etages-katharine-mcgee.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/02/phobie-douce-john-corey-whaley.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/02/pieges-christy-saubesty.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/02/marquer-les-ombres-veronica-roth.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/02/coeurs-brises-tetes-coupees-robyn-schneider.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/02/quelques-minutes-apres-minuit-patrick-ness.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/02/la-vie-enfuie-de-martha-k-angelique-barberat.html 

dimanche 28 juillet 2013

[v] In My Mailbox [v] #3

Mis en place par Kristi [The Story Siren] et inspiré par Alea [Pop Culture Junkie]. De notre côté de l'Atlantique, ce rendez-vous a été repris par Lire ou Mourir, sur lequel vous pouvez laisser le lien de votre IMM ^^

Le principe : il s'agit de partager chaque semaine les livres reçus, empruntés, achetés, troqués,... ^^ 

*** *** ***

Pas d'achat cette semaine, mais j'ai été pourrie gâtée par mon amie ce week end Pas moins de dix livres viennent de rejoindre ma PAL, entre cadeaux et emprunts ! Et je me suis empressée de me jeter sur l'un des titres, qui a vivement retenu mon attention ^^

Le mystère de Monts Obscurs de Patrick Carman [Elyon, #1]
La Vallée des Epines de Patrick Carman [Elyon, #2]
La Dixième Cité de Patrick Carman [Elyon, #3]

Résumé, tome 1
"Comme tous les étés, Alexa, douze ans, se rend dans la cité de Bridewell en compagnie de son père. Elle n'a qu'une idée en tête : trouver comment passer de l'autre côté des fortifications érigées pour protéger le royaume de Warvold des forces maléfiques qui, selon la légende, régneraient dans les forêts et les collines des terres d'Elyon. Cet été-là, Alexa découvre un passage secret ! Aidée par les animaux de la forêt, avec lesquels elle parvient à communiquer grâce aux pouvoirs d'une pierre mafique, elle apprend la véritable nature du danger qui menace le royaume, dont le destin repose désormais entre ses mains..."



Le prince d'été d'Alaya Dawn Jonhson 
Résumé
"Sur la côte de ce que l'on appelait jadis le Brésil, ce sont les femmes qui dirigent la légendaire ville-pyramide de Palmares Três. La Reine ne cède le pouvoir à un homme qu'une fois tous les cinq ans, à un Roi d'été dont l'histoire enfiévrera la cité l'espace d'une année. 
Pour June Costa, la vie n'est qu'Art. Ses oeuvres impressionnent ses professeurs autant que ses camarades. Elle rêve de remporter le prestigieux Trophée de la Reine. Un rêve qu'elle n'avait jamais remis en question... jusqu'à ce qu'elle rencontre Enki. 
Fraîchement élu Roi d'été, Enki est le garçon dont tout le monde parle. Mais lorsque June le regarde, elle voit bien au-delà de ses fascinants yeux d'ambre et de sa samba ravageuse : elle reconnaît en lui un artiste total. Follement amoureuse, June décide alors de créer avec lui un chef d'oeuvre qui restera à jamais dans les mémoires. 
Mais le temps leur est compté. Car, comme tous les Rois d'été qui l'ont précédé, Enki va devoir être sacrifié."


Automne traqué de Victor Dixen [Le cas Jack Spark, #2]
Résumé :
"De Washington à Dublin, de Tokyo à New York, les monstres et les merveilles entrevus à Redrock se révéleront sous un nouveau jour... ou plutôt, sous une nuit nouvelle. Loyauté et trahison, vérité et mensonge, passion et renoncement : séparés pour la première fois depuis leur rencontre, les anciens pensionnaires devront lutter seul contre leurs démons, et contre l'incrédulité de tous ceux qui n'ont pas connu Redrock. Sinead se battra pour conserver son indépendances et celle de son frère face aux hyènes de l'assistance publique. Les angoisses de Ti-Jean prendront des proportions inimaginables, et les voies qu'il empruntera pour les fuir s'avéreront plus terribles encore. Plus que jamais, Josh devra choisir entre la voix de sa foi et celle de son coeur. Quant à Jack, confronté à ses étranges pulsions, il sera sommé de consentir à de terribles sacrifices tout au long d'une course poursuite effrénée aux quatre coins du monde. L'enjeu ? La domination de l'empire des Fés, sur lequel il est appelé à régner pour sauver le monde. Mais ne risque-t-il pas d'y perdre son âme ?"


Melody de Virginia C. Andrews [La famille Logan, #1]
Le chant du coeur de Virginia C. Andrews [La famille Logan, #2]
La symphonie inachevée de Virginia C. Andrews [La famille Logan, #3]
Petite musique de nuit de Virginia C. Andrews [La famille Logan, #4]
Olivia, la chanson triste de Virginia C. Andrews [La famille Logan, #5]

Résumé, tome 1 :
"A quinze ans, la candide Melody qui croyait aux anges voit soudain le ciel s'écrouler sur sa tête. Son père meurt brutalement dans un accident de la mine. Sa mère, sans même l'avertir, l'abandonne dans une famille où elle se sent étrangère. Elle n'est plus que 'la fille de Hellieé, héritière du passé inconnu de sa mère, énigmatique et lourd d'équivoque. Même son cousin Cary, muré dans son chagrin depuis la mort de Laura, sa jumelle, accueille Melody en intruse. Dans ce climat hostile et oppressant, elle doit gagner sa place et mener son combat pour la vérité. Chester Logan, qu'elle a tant chéri, n'était pas son vrai père. Melody vit entre la révolte et le désespoir. L'amour de Cary l'aidera-t-il à percer le secret familial ?"
                                           


Et vous, des réceptions, des emprunts, des achats ? 
Racontez-moi ! :D

jeudi 18 juillet 2013

=> Enclave [Enclave, #1] - Ann Aguirre <=

Autant vous dire d'emblée que j'ai adoré cette lecture ! Enclave d'Ann Aguirre est mon coup de coeur de juillet Une dystopie portée par la collection Black Moon, qui ne manque pas à ses habitudes dans ce genre. Un roman travaillé, une histoire entraînante et un monde post-apo à souhait ! Je ne sais pas pour vous, mais moi, j'ai craqué !

Éditeur : Hachette 
Collection : Black Moon
Genre : dystopie, roman, YA
Public : dès 15 ans
Nombre de pages : 336
Date de parution : 29/05/2013
Prix : 16€

Résumé :
"Le monde est ravagé. A la surface, plus rien ne vit, plus rien ne pousse. Les hommes se sont réfugiés dans des villes souterraines : les enclaves. 
L'enclave, c'est ma vie. C'est le lieu qui nous protège des créatures rôdant dans les tunnels, ces Monstres mangeurs de chair humaine. Et moi, je suis celle qui protège l'enclave en retour, celle qui chasse les Monstres.
Il faut servir l'enclave. C'est ce que nous disent les Aînés. Mais ce n'est pas ce que dit Del, mon partenaire de chasse. Je ne sais plus qui croire..."

Avis :
Voilà de quoi relancer mon émoi pour les dystopies ! Après l'émergence du genre et ses premiers succès, je commençais à avoir peur que trop de ressemblances finissent par tuer l'originalité de ces romans. Mais, finalement, chaque auteur parvient à en faire ce qu'il veut, imposant son monde et nous laissant envisager un instant le futur... Et Ann Aguirre m'en a donné des frissons ! Parce que dans l'Enclave, seule la loi du plus fort domine.

Trèfle a grandi sous terre, dans une enclave appelée Collège. Administrée par les Aînés, les habitants de cette petite ville se divisent en quatre castes : les Aînés, les Chasseurs, les Ouvriers et les Géniteurs. Les uns gouvernent, les autres chassent, certains fabriquent et les derniers se reproduisent. Tout en bas de l'échelle, on retrouve les mômes, à peine considérés tant que personne n'a la certitude qu'ils résisteront. Espérance de vie : même pas la trentaine. Lorsqu'elle est en âge d'être baptisée, Trèfle rejoint enfin le rang des Chasseurs et se voit attribuer un coéquipier, le mystérieux Del... Son passé renferme bien des secrets, dont la jeune fille n'a pas encore idée. Et tout se passait plutôt bien, jusqu'au retour d'une de leur mission. Les deux jeunes gens sont alors exclus de l'enclave et condamnés à vivre dans les couloirs, auprès des Monstres... A moins qu'ils n'aillent Au-dessus, à la surface. Mais, est-ce vraiment possible ? Les Aînés ont assuré à tous que le dessus n'est pas vivable...

Personnellement, je crois que je n'aurais pas fait long feu dans une enclave. Entre les douches froides, la vie souterraine et les Monstres. Je me demande bien ce que je serais devenue... Mais, un instant, grâce à la plume d'Ann Aguirre, j'étais, là-bas, sous-terre, dans les couloirs, affrontant les Monstres. Et j'avais juste l'impression d'étouffer. Mais il n'y pas que ça : le plus oppressant, c'est de ne pas savoir où nous sommes. Ok, l'histoire se situe sous-terre, ça je l'ai bien compris. Sauf qu'on ne sait pas tout de suite où et si tout le monde vit ainsi. Cela a créé pour moi une sacrée tension. Je voulais savoir où le monde avait sombré. C'était presque obsessionnel. Je me suis mis en quête du moindre indice, de quoi que ce soit qui pourrait me permettre de localiser géographiquement l'intrigue. Pourquoi ? Je ne sais pas, peut-être parce que je voulais être certaine que cela se passait loin de moi, comme si de cette manière cela ne pouvait pas me toucher. L'auteure joue sur ce suspens jusqu'au bout et mes nerfs ont été mis à rude épreuve avec ce petit cache-cache. Et, au final, le fait de savoir où se trouvaient les personnages n'a pas changé grand chose à mon angoisse. Où que l'on soit, on est pas à l'abri de l'apocalypse. 
'Fin, il n'y a pas que ça, non plus, qui participe à l'angoisse qui nous étreint, à l'atmosphère ombrageuse du roman. Il y a une foule de secrets, une bonne dose de mensonges et une quantité de doutes et de questions. Tout du long, on ne manque pas de se questionner, tant sur l'avenir de l'enclave que sur celui de nos deux héros. Et puis, il y a une sorte d'attente, qui m'a pas mal mise à cran. Ce n'est pas un secret, le résumé le dévoile : Del et Trèfle vont être exclus de l'enclave. Pendant longtemps, je n'attendais que ça, et de savoir comment les Aînés allaient procéder pour les renvoyer. J'ai attendu, attendu, encore attendu... En fait, ça m'a bluffée que cela n'arrive pas tout de suite, que l'auteure laisse le temps à son histoire et à ses personnages de se mettre en place. Et j'avais beau être impatiente comme une puce de voir cet instant arriver, je n'en ai pas moins savourer chaque page avant que cela ne se produise. Ensuite, c'était le retour à l'angoisse : ils ont été exclus, mais y survivraient-ils... Et, principalement, apprendrait-on enfin un peu plus de la vie de Del ? Vous l'aurez compris, je suis une grande curieuse. Surtout en littérature ^^
Pour autant, ce n'est pas la seule fois où Ann Aguirre m'a bernée. Sa dystopie en a, en effet, fait de même... Je sais bien que dans ce genre, rien n'est tout blanc tout noir. Mais, au début, les Aînés, je les ai crus tous gentils tous mignons. Je pensais vraiment qu'ils étaient là pour assurer la protection des habitants de l'enclave et qu'ils agissaient pour leur bien. Mais mal m'en prit : les Aînés sont comme tous les dirigeants : cupides et égoïstes. Les seuls miches qui les intéressent de sauver, ce sont les leurs ! Et tant que leurs secrets sont bien gardés, ils ne mordent pas... Heureusement, Trèfle et Del m'ont ouvert les yeux sur ces manipulateurs de première. D'un autre côté, quand on ne connaît rien d'autre que l'enclave, comment se douter qu'il y a quelque chose de mieux, surtout quand on ne nous laisse même pas savoir qu'il existe mieux ? Cet élément a donné beaucoup de cohérence au roman et au monde mis en place par Ann Aguirre. Puis, quand on sait que l'espérance de vie est plutôt réduite, pas étonnant qu'il n'y ait personne pour dire la vérité... Ou se souvenir de quoi que ce soit d'antérieur à la naissance des enclaves. 
Oh, mais je ne vous ai toujours pas parlé des personnages... Je rectifie cela tout de suite : j'ai adoré le duo Trèfle/Del ♥ Trèfle est la narratrice de l'histoire, tout se voit selon son point de vue, ce qui est assez intéressant. D'ailleurs, c'est peut-être pour ça que je me suis laissé avoir concernant les Aînés. Elle est un pur produit 100% issu de l'enclave. Elle ne peut pas se douter que tout ce qu'elle connaît n'est qu'un tissu de mensonges... Et même lorsque la vérité éclate, son attachement à sa ville, sa patrie, n'en reste pas moins infaillible. Chose que j'ai trouvé plutôt crédible, d'ailleurs. L'enclave a beau être ce qu'elle est : une cité où seule compte la loi du plus fort, tuer ou être tué, mais elle n'était pas mauvaise en soi. Son fonctionnement était bien rodé et assurait un rôle à chacun dans la communauté... à moins d'être trop faible.... Bon, je retire ce que j'ai dit, les Aînés sont de véritables tyrans. Mais on comprend facilement pourquoi Trèfle peine à y croire. Et quand on débarque à la surface, certaines pièces du puzzle se mettent en place et on s'imagine encore mieux ce qui s'est produit avant que tout le monde n'aille sous terre, et surtout pourquoi. Quant à Del... Ses apparitions sont plutôt fugaces, bien qu'il soit toujours avec Trèfle. C'est un personnage réservé, qui se découvre au fur et à mesure du roman. Ses sentiments sont parfois assez flous, on a du mal dans les premières pages à le cerner véritablement. Mais son histoire ne manque pas de nous attendrir. Et leur duo casse des briques ! Quand ils sont tous les deux, Del devient différent, il semble plus ouvert, moins sombre aussi. Must du must : leur histoire d'amour n'est pas une dominante de l'intrigue. Bien sûr, elle est là, c'est inévitable. Mais c'est très très secondaire, ce qui permet à l'action d'être au premier plan. Ne vous en déplaise, moi, j'ai beaucoup aimé.
Quant au reste des personnages, je vous laisse les découvrir. Il ne faudrait pas que j'en dise trop ;)

Une dystopie dans laquelle et en laquelle on se croit, à fond. Un premier tome prometteur, qui réserve bien des surprises et des questions. Je n'aurai que trois mots : jetez-vous dessus ! Ann Aguirre est douée, son monde superbement façonné et ses personnages ont une volonté de fer. 


Encore un immense merci à mes parents de baby sitting ♥ [même s'ils ne verront probablement pas cet article...]
Maintenant, j'attends août avec impatience... pour le tome 2 !! 

dimanche 14 juillet 2013

[v] In My Mailbox [v] #2

Mis en place par Kristi [The Story Siren] et inspiré par Alea [Pop Culture Junkie]. De notre côté de l'Atlantique, ce rendez-vous a été repris par Lire ou Mourir, sur lequel vous pouvez laisser le lien de votre IMM ^^

Le principe : il s'agit de partager chaque semaine les livres reçus, empruntés, achetés, troqués,... ^^ 

*** *** ***

Oui, oui, je récidive. Mais c'est que j'ai craqué pour un petit roman cette semaine... Ou peut-être trois... Pour ma défense, ils étaient tous séduisants, trop beaux pour que je ne craque pas. Et l'un d'eux m'attirait depuis si longtemps qu'il était temps que je m'en saisisse. Ma PAL commence à souffrir, les rangements à manquer. Disons que c'était le dernier écart... de l'été :p [Enfin, si je tombe sur une nouvelle tentation, pas sûre de résister] L'IMM, ou comment vous montrez à quel point je suis faible lorsqu'il s'agit de livres ^^


New Victoria & Rébellion de Lia Habel [New Victoria, #1 et #2] 
"L'amour est immortel. 
L'amour ignore les frontières, dit-on. Et celle entre la vie et la mort ?
Bienvenue à New Victoria, le dernier refuge d'une humanité éreintée par les guerres. Les jeunes filles de bonne famille y ont un destin tout tracé : épouser un membre de la haute société et collectionner les robes de bal. 
Nora n'a jamais aimé se plier aux règles, surtout depuis la mort de son père, l'éminent docteur Dearly? Mais rien, dans sa délicate éducation victorienne de l'a préparée à un violent kidnapping, ni à survivre dans le camp d'une faction rebelle. Avec l'aide d'un séduisant soldat, elle devra pourtant surmonter ses craintes et ses préjugés pour comprendre la nature du véritable danger qui menace les vivants... comme les morts !"
 

Et comme il y avait les deux tomes, je l'ai pris également. J'espère juste ne pas le regretter par la suite... ^^ Mais franchement, le résumé et la couverture m'ont trop donné envie ! 


Au bout du rêve de Sarah Dessen
"Matthew Biscoe, avec ses yeux verts et ses longues dreads brunes... c'est le prince charmant, Catlin en est sûre. Depuis qu'elle sort avec lui, elle tient le premier rôle, comme dans un rêve. Matthew est vraiment différent : Catlin découvre un univers hors nome, qui lui permet d'oublier tout le reste. Sa soeur disparue, sa mère taciturne. Alors, comment faire marche arrière quand leur relation devient plus difficile à vivre que "tout le reste" ?"

Jamais deux sans trois... Non, pour être honnête, c'est même le premier que j'ai pris. Je suis totalement fan de Sarah Dessen et, depuis mai, j'ai ce titre devant les yeux chaque fois que je me retrouve à la librairie. J'ai seulement arrêter de lui dire non et céder à la pulsion qui me torturait chaque fois que je le voyais ;)


Et vous, qu'avez-vous eu/acheté/emprunté ?

mercredi 10 juillet 2013

=> Reste avec moi - Jessica Warman <=

Petit cadeau/souvenir du Salon du Livre de Paris, Reste avec moi de Jessica Warman est un roman qui me faisait de l'oeil depuis un bon moment. Mais que je n'arrivais plus à trouver nulle part, ou alors je cherchais mal. Sa couverture et sa toute petite quatrième de couverture m'a totalement envoûtée. J'avais envie de savoir, de comprendre, de découvrir ce que cachaient ces quelques petites lignes... Aujourd'hui, c'est chose faite ! Et on a frôlé le coup de coeur

Éditeur : Fleuve Noir
Collection : Territoires
Genre : roman, YA, thriller
Public : dès 15 ans
Nombre de pages : 480
Date de publication : 05/04/2012
Prix : 17,50€

Résumé :
"Quand la perfection et la beauté cachent une terrible vérité...

Elizabeth menait une vie de rêve, presque parfaite...
Le jour de ses 18 ans, elle meurt brutalement.
Meurtre ou accident, qui pourra le découvrir ? Une seule personne : Elizabeth elle-même..."

Avis :
S'il vous reste une place dans votre valise pour un roman, emmenez celui-là ! Si vous ne l'avez pas déjà lu ;) Reste avec moi est un roman qui nous intrigue très vite. On se pose mille questions et l'auteure sait jouer avec nos nerfs jusqu'au bout !

Riche, belle, un petit ami de rêve, Elizabeth a tout pour plaire. Mais les apparences sont parfois trompeuses. La nuit de ses dix-huit ans, alors que Liz fêtait son anniversaire sur le yacht de son père, elle est retrouvée morte, noyée. Personne ne comprend ce qui s'est passé. Les enquêtes commencent : l'une menée par la police, l'autre par Elizabeth. Contrainte de regarder ceux qu'elle aime bouleversés par sa mort, la jeune fille part à la chasse aux réponses, avec l'aide d'Alex, un autre fantôme. Que cache la noyade d'Elizabeth ? Cette dernière n'est pas au bout de ses surprises...

Je m'attache de plus en plus au thriller fantastique *__* Un genre que je ne comptais pas vraiment dans mes chouchous et qui me laissait un peu perplexe, peu convaincue. Enfin, il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis, comme on dit ;) Et je ne regrette pas ! Peut-être y étais-je prédestinée... *entre dans les lectures de ses parents* En tout cas, Reste avec moi n'avait que des arguments pour me saisir, outre sa couverture et son résumé ;) J'ai aimé ce roman bourré d'émotions, de tensions et doté d'un suspens presque palpitant. J'en ai eu, des sueurs froides, des doutes, jusqu'au fin mot de cette histoire, qui m'a laissée la larme à l'oeil. Bon, je dois tout de même avouer que les débuts ont été un peu chaotiques... J'ai mis du temps à vraiment entrer dans le roman. Ou plutôt, je n'accrochais pas à Liz... Elle m'avait tout l'air d'une garce et je ne voulais rien avoir avec elle. Elle était morte, et peut-être bien qu'elle le méritait quand on voit comment elle était. [Je sais, ça ne se dit pas...] Mais, personne ne mérite de mourir si jeune, alors j'ai persévéré un peu. Dans un premier temps pour Alex, parce que lui par contre, je n'ai eu aucun mal à m'y identifier. Je voulais savoir qui avait été responsable de sa mort et comprendre un peu plus sa personnalité. Il était complexe, écorché, et c'est toujours quelque chose qui me fait fondre comme une guimauve au soleil. Et dans un second temps, parce que finalement, j'ai été énormément touchée par le personnage de Liz. Ce à quoi je ne m'attendais pas de prime abord. Je pensais la détester jusqu'au bout... 
En fait, l'auteure nous livre deux personnages torturés, mais qui le révèlent sous deux facettes différentes. L'un est le vrai souffre-douleur des populaires, celui qui en vient à s'effacer complètement. L'autre n'est pas souffre-douleur, mais marquée par son passé. Alex et Liz ont tous deux connu des coups durs dans la vie, ils n'ont juste pas eu la même manière de s'en servir, ou les mêmes moyens. A la fin du roman, je me sentais vraiment liée à eux et j'ai eu beaucoup de mal à les laisser partir... Au fur et à mesure du livre, Liz nous surprend, nous fait rire et fait éclater une étincelle dans notre coeur. On apprend à comprendre qui elle était, et pourquoi. Et alors on la voit comme celle qu'elle a toujours caché, et on aimerait changer tout ce qui lui est arrivé.
Plus que ça, Liz apprend elle aussi. Par l'intermédiaire de souvenirs, elle se redécouvre, tout en faisant la lumière sur sa vie. Lorsqu'elle se réveille en tant que fantôme, elle ne sait plus rien de ce qui l'a amenée là où elle en est. Il y a une véritable évolution de son personnage tout au long du roman. Liz est là pour comprendre des choses, pour accepter la vérité. Même si cela lui est difficile, elle se remet petit à petit en question, elle et toutes ses certitudes. Et Jessica Warman réalise ce tour de main avec brio. On y croit : qui qu'on soit, chacun possède une part de bon en soi, qu'il la révèle ou non. 
Malgré son apparence très sombre, Reste avec moi est , dans le fond, un roman plein de beauté et d'espoir quant à l'âme humaine, mais aussi concernant le deuil. La perte de l'autre, l'acceptation, sont ici montrées à travers plusieurs cercles de relation : la famille, les amis, le petit-ami. Le point de vue de chacun est abordé, la manière de gérer la chose aussi. Jusqu'à cet instant où on doit apprendre à laisser partir le mort. Jessica Warman ne nous épargne rien des sentiments qui peuvent accompagner le deuil. Pour autant, elle ne tombe pas dans la pitié ou le pathos. Tout reste incroyablement juste et nous prend aux tripes. On s'identifie tous à la perte. De tous les personnages secondaires, Richie et le père de Liz sont ceux qui auront eu pour moi la réaction la plus sincère, la plus vraie. Et qui m'auront le plus convaincue. L'auteure a ce talent pour retranscrire les émotions de ses personnages au point de les transmettre au lecteur, profondément. Sa palette de personnages est formidablement travaillée pour nous dépeindre un tableau sans fausse note. 
L'auteure touche à diverses valeurs, attaquant diverses vérités. A travers l'enquête de Liz et d'Alex, le lecteur est aussi confronté aux jeux des regards et des apparences, aux règles sociales qui gouvernent un lycée, à l'extrémité de certains sentiments. Il parle aussi de secrets, de regrets, de passé. A bien des égards, Reste avec moi m'aura par moments fait penser à Cruelles [est-ce nécessaire de citer l'auteure ? ^^], parce que ces deux romans jouent quasiment sur les mêmes thèmes, bien que de manière différente. Il y a bien des leçons à retenir de cette lecture, entre autre que l'apparence ne fait pas tout et que les pires secrets finissent toujours par se savoir. Pour autant, il n'est jamais trop tard pour endiguer les flots d'une révélation...

Jessica Warman nous offre ici un roman très convaincant sur le poids des secrets et l'illusion des apparences. Juste et profond, Reste avec moi joue avec ingéniosité entre le thriller et le fantastique. Plus la lumière se fait sur la vie de Liz et plus la tension du roman devient quasi palpable. Passée la centaine de page, il y a une sorte d'urgence qui monte, qui croît jusqu'à son paroxysme. Le désir de vérité n'est plus celui d'Elizabeth, il devient aussi le nôtre. Et tandis que les réponses pleuvent, le désir se mue en besoin. Un besoin brut, qui ne s'effacera pas avant d'être assouvi. Bref, une histoire qui nous rend vite accro et sait nous tenir en haleine. 


Et s'il ne fallait qu'une citation pour vous convaincre : 
"Pour la première fois depuis que j'ai découvert mon corps dans l'eau, ce qui m'arrive me semble réel. Indéniable. Non, je ne rêve pas. Ce n'est pas un cauchemar dont je vais me réveiller. Je suis morte.
Et là, une pensée me vient - je me demande vraiment pourquoi je ne l'ai pas eue tout de suite ? Les mots commencent juste à me sortir de la bouche que je me mets à pleurer. Les morts pleurent. Qui l'eût cru ?
- Dis, Alex, il y en a d'autres... par ici ? On en voit d'autres ?"


Vivement une prochaine parution de cette auteure ! :D

dimanche 7 juillet 2013

[v] In My Mailbox [v] #1

Récemment, je rejoignais un challenge... Aujourd'hui, je rejoins un premier RDV littéraire/blogesque : l'IMM, alias In My Mailbox. Mis en place par Kristi [The Story Siren] et inspiré par Alea [Pop Culture Junkie]. Outre Atlantique, ce rendez-vous a été repris par Lire ou Mourir, sur lequel vous pouvez laisser le lien de votre IMM ^^

Le principe : il s'agit de partager chaque semaine les livres reçus, empruntés, achetés, troqués,... ^^ 

*** *** ***

Si je me lance dans l'IMM, c'est avant tout pour faire un clin d'oeil aux [fabuleux] parents de mon baby sitting Et ensuite pour garder une trace de mes achats livresques/emprunts/réceptions. Ma PAL grandit à vue d'oeil, ce sera un bon moyen de me freiner un peu... Peut-être :p C'est parti ! 

C'est l'été, ce qui veut dire plus beaucoup de sorties et donc encore moins d'achats [ce qui fera plaisir au compte ;)]. Pour ce dimanche, deux livres à vous présenter :) L'un offert [par les parents de mon baby sitting justement !] et l'autre acheté [je ne pouvais pas résister, il est trop beau *__* et je suis fan de l'épouvanteur ♥]

Enclave d'Ann Aguirre 

"Le monde est ravagé. A la surface, plus rien ne vit, plus rien ne pousse. Les hommes se sont réfugiés dans des villes souterraines : les enclaves. 
L'enclave, c'est ma vie. C'est le lieu qui nous protège des créatures rôdant dans le tunnels, ces Monstres mangeurs de chair humaine. Et moi, je suis celle qui protège l'enclave en retour, celle qui chasse les Monstres. 
Il faut servir l'enclave. C'est ce que nous disent les Aînés. Mais ce n'est pas ce que dit Del, mon partenaire de chasse. 
Je ne sais plus qui croire..."



Le bestiaire de l'épouvanteur de Joseph Delaney
"Au fil de ses aventures, afin de transmettre son savoir et ses connaissances aux futurs apprentis, John Gregory a consciencieusement répertorié toutes les créatures qu'il a rencontrées (gobelins, sorcières, mages, démons, créatures aquatiques,...), et tous les enseignements qu'il a tirés de sa lutte menée contre l'Obscur. Ce bestiaire fourmille de détails sur les caractéristiques propres à chaque créature, leurs métodes de combats, leurs rituels, leurs pouvoirs, leurs faiblesses. On apprend ainsi comment réagir face à un gobelin inconnu, quels sont les recours utilisés par les sorcières pour tuer leurs ennemis à distance.
Parce qu'il est doué d'une volonté sans faille, cette d'anéantir à jamais l'Obscur, John Gregory évoque tous les pièges dans lesquels il est tombé Un Bestiaire à transmettre de génération en génération à tous les septièmes fils de septième fils."


Et vous, qu'avez-vous reçu ? acheté ? emprunté ? 
Racontez-moi :)

lundi 1 juillet 2013

=> Cruelles - Cat Clarke <=

Cruelles de Cat Clarke, ou le titre sur lequel je me suis jetée les yeux fermés ! Et l'auteure pour laquelle je craque de plus en plus __Je ne sais pas, il y a quelque chose dans son écriture, dans les thèmes qu'elle choisit... Confusion m'avait beaucoup embarquée et émue, si bien que je n'ai pas hésité face à cette nouvelle parution [de juin] dans la Collection R ! Autant vous dire que ce deuxième titre n'a fait que confirmer mon engouement pour Cat Clarke. Un phénomène est en marche, moi je vous le dis et vous auriez tort de passer à côté ^^


Éditeur : Robert Laffont
Collection : Collection R
[Lien éditeur] - [Page facebook]
[Site auteure] - [Page facebook]
[Extrait]
Genre : roman, YA
Public : dès 15 ans
Nombre de pages : 492
Date de parution : 06/06/2013
Prix : 17,90€

Résumé :
"Alice King, 16 ans, part avec sa classe pour un séjour en Ecosse. Elle ne s'attendait pas à des vacances de rêve, mais jamais elle n'aurait pu imaginer la tournure cauchemardesque que vont prendre les événements. 
La jeune fille et sa meilleure amie Cass se retrouvent à devoir partager un chalet avec Polly, l'asociale de service, Rae, la gothique bipolaire, et Tara, la reine des pestes. Populaire, belle et cruelle, cette dernière prend un malin plaisir à humilier les autres à longueur de journée. 
Mais Cass compte bien profiter de cette semaine au vert pour donner à Tara une leçon qu'elle n'est pas prête d'oublier. Avec l'aide de ses camarades de chambrée. 
Le vent a tourné pour la reine du lycée. L'heure de la revanche a sonné..."

Avis :
La couverture, le résumé, Confusion,... Avant même de commencer ma lecture, je savais que ce roman serait un coup de coeur ! La dernière page lue, je me rends compte que je m'étais trompée : ç'a été le MEGA coup de coeur ♥♥♥ J'ai retrouvé tout ce qui m'avait plu dans Confusion, et plus encore ! Cruelles est différent, mais toujours aussi intense, aussi fort et aussi troublant. Cat Clarke a joué avec mes nerfs, avec mes émotions et, du début à la fin, j'ai adoré ça ! [elle peut recommencer quand elle veut :D] Oui, oui, j'en redemande ! Vivement Revanche ;)

Un voyage en Ecosse. Rien de merveilleux, rien d'exceptionnel... Pourtant, en une semaine, les vies d'Alice, de sa meilleure amie Cass et de deux autres camarades de lycée, Rae et Polly, vont être complètement chamboulées. Elles devront supporter dans leur chambre la terrible Tara, la peste populaire. A moins que... très vite, un plan s'échafaude et la vengeance s'installe. A leur retour, elles partageront un terrible secret, qui n'est pas du genre de ceux que l'on oublie. Il est de ceux qui écrasent, qui lestent et qui réclament d'être révélés. Alors, que s'est-il vraiment passé pendant ce voyage ? 

Appétissant, n'est-ce pas ? ^^ D'un autre côté, moi, il m'a suffit d'entendre que ce serait Cat Clarke pour me précipiter dessus... Que voulez-vous, il y a des auteurs comme ça, qu'on achète les yeux fermés. Cette jeune anglaise rejoint mon top des auteurs, bien exigeant. 'Fin, pour tout avouer, elle n'a pas eu trop de mal à me séduire. Ses romans - je peux le dire, maintenant que j'en ai lu deux - sont simplement des merveilles ! Des petits bijoux ! De vrais et authentiques coups de coeur Autant dire que si la sortie de Revanche n'est prévue que pour octobre, je n'en trépigne pas moins d'impatience ;) Une coup de foudre auteur qui tombe plutôt vite, non ? Qu'y voulez-vous, Cat Clarke a les arguments pour nous faire succomber, tous. [Mouhahahahhaaa... Ok, je sors -->] Sa plume est d'une justesse sans faille, les émotions sont toujours au rendez-vous, ses personnages sont beaux, fascinants, complexes, les thèmes qu'elle choisit - universels - parlent à tous, profondément. Et elle ose. Elle ose ce qui ne se dit pas, ce qui choque, pour nous offrir des histoires qui marquent non seulement ses personnages, mais enclenchent aussi une mécanique dans l'esprit des lecteurs. La lecture en devient plus qu'une lecture. Elle nous emporte, nous entraîne et nous grandit. Tout à fait l'effet que m'a fait Confusion, et Cruelles aujourd'hui ! [Puis Revanche demain :p - enfin, demain... octobre est encore à pas mal de jours xD] Allez, faisons l'éloge de Cruelles, il le mérite ! 
Passés mon émoi pour Cat Clarke et pour la couverture du roman [quand je l'ai vue en librairie, j'avais l'impression qu'elle m'appelait, qu'elle me fixait... Je ne pouvais pas lui dire non ;)], je ne peux que succomber à l'histoire en elle-même et aux personnages qui la mènent. L'histoire, commune de prime abord, joue avec des schémas bien connus, mais souvent présentés de manière stéréotypés, presque incroyable. Sauf que là, non. On y croit, du début à la fin. On est tous un jour le bouc-émissaire de quelqu'un, la victime d'une peste, confronté à la jungle sociale au lycée. Et on ressent tous un jour le besoin de se venger, de faire à l'autre ce que nous avons subi. Peut-être pas de manière extrême [quoi que...], mais au moins un minimum. Histoire de se soulager, d'ôter un peu le poids que l'autre laisse sur nos épaules. Reprendre les commandes. A un moment, peut-être, chacun de nous a été une Polly, une Rae, une Cass ou une Alice, voire même une Tara. Et c'est comme ça que le roman prend de la hauteur, de la réalité. Il traite en plein dans le mile d'un sujet dont on ne parle pas beaucoup, sur lequel on ferme plutôt les yeux, qui est pourtant là. Vous avez là, grosse modo, les clés de Cruelles. Mais pas seulement... Cat Clarke pousse encore plus loin, et c'est là qu'elle se dégage de ce qui nous arrive de trouver en littérature Young Adult. Au-delà de traiter simplement le mal être adolescent et les inégalités/coups bas entre jeunes filles, Cat Clarke entre aussi énormément dans la psychologie de ses personnages, nous proposant une histoire qui tient la route du début à la fin vis-à-vis de la profondeur des quatre "héroïnes" et de leur réaction face à ce qu'elles vivent, au secret qu'elles partageront. Ainsi, bien que le sujet soit traité dans son extrême, le lecteur y croit et se pose forcément des questions, s'imaginant avec aisance dans une situation semblable. Qu'aurions-nous fait ? Aurions-nous pu garder un tel secret ? Aurions-nous oublié ? J'ai beau avoir fini le roman, j'avoue que je doute moi-même de ce qui aurait pu suivre, si j'avais connu ça... On se retrouve tellement dans les personnages, que, plongé dans le roman, on pense forcément qu'elles font au mieux. Parce que nous-mêmes, on ne sait pas comment on réagirait. 
Parlons-en, tiens, de ces personnages... Chacune d'elle a réveillé quelque chose en moi. Sans avoir été une véritable Polly, mes années lycées ne me laissent pas spécialement un bon souvenir, et je me suis retrouvée tant à la fois dans Alice qu'en Rae - même si l'on connaît peu ce personnage. A leur manière, les quatre filles m'ont touchée, attendrie, me remettant dans la peau d'une moi de 16 ans, qui frôlait les murs de son lycée... Bien qu'Alice soit la narratrice du roman, Cat Clarke n'en efface pas moins ses autres personnages, Tara, Cass, Rae et Polly. Ce qui est pour moi un véritable coup de maître  On se retrouve avec les sentiments d'Alice, mais il n'y a pas que son avis qui pèse dans la balance. On accède à différents points de vue, une part de la psychologie des autres filles. On se prend d'affection pour chacune d'elle... Pardon, je me suis prise d'affection pour chacune d'elle. Oui, oui, CHACUNE, même Tara. Au fur et à mesure de l'histoire, on apprend à toutes les connaître, elles qui sont toutes en lien direct avec l'intrigue, comme s'il n'y avait pas vraiment de personnages secondaires. Par exemple, Tara a beau être morte, elle n'en est pas moins omniprésente, ce qui permet de mieux comprendre la jeune fille. Et ce qui a fait qu'elle a fini par me faire craquer. Doucement, au rythme des flash-back d'Alice, on apprend à la comprendre, et à lui pardonner. J'ai aussi craqué pour Alice, parce que je me suis retrouvée dans cette jeune fille qui tient absolument à plaire, qui ne recherche pas le conflit, seulement l'acceptation. J'ai beaucoup aimé son tempérament, sa manière de voir les choses. Et son histoire m'a émue au possible. Ce qui lui est arrivé, ce qu'elle a connu, les liens qu'elle entretient avec son père, j'ai trouvé cela vraiment beau et fort en émotion. J'ai également eu un coup de coeur pour Jack, le frère de Tara... Son côté musicien, sa bogossitude [d'après le roman] et ce qu'il subit. Tara était sa soeur, il est le seul de sa famille dont on a une partie du point de vue, ce qui a été pour moi très intéressant. Grâce à lui, on a une idée du choc de la famille de Tara. Cat Clarke a vraiment travaillé les points de vue pour son lecteur puisse avoir le plus grand angle de vue - et de recul - possible sur son roman. A la lecture de la quatrième de couverture, on s'attend à ce que seul l'avis d'Alice compte. Mais bien qu'elle mène le roman, ce n'est pas forcément elle qui a le dernier mot et cela ne nous empêche pas d'avoir un accès à l'intériorité des autres personnages, qui s'exprime de diverses façons... [ne pas en dire trop pour ne pas spoiler ;)]
Côté ambiance, j'étais dedans du début à la fin. Purement accro [et à cran], je me suis souvent retenue pour ne pas finir le livre trop vite. J'avais très envie de faire durer ma lecture, de la savourer. Je ne voulais pas la voir filer. J'avais à coeur de traîner Cruelles partout avec moi, et pendant longtemps. On pourrait se dire que j'y ai mis le temps parce qu'il ne m'a pas plu, mais c'est tout le contraire. Il me plaisait tellement que je tenais à ne pas terminer ma lecture en un clin d'oeil. Pendant une bonne partie du roman, j'étais dans le doute, pleine de questions et avides de réponses. Qu'est-ce qui s'était vraiment passé en Ecosse ? Et Cat Clarke prend le temps de concocter sa réponse, étoffant par ce biais la complexité de ses "héroïnes". Si bien qu'au fil des pages, il y a une certaine tension qui se dégage, quelque chose qui monte en nous. Une urgence, une angoisse, alors que les événements se dessinent et qu'on peine à imaginer une telle chose possible. Nos doigts deviennent moites sur le papier. Les pages se tournent à une vitesse accrue. On veut savoir. Absolument. A tout prix. Puis vient l'instant où les doutes font place à la certitude. Non seulement les filles ont changé, mais le regard que l'on porte sur elles a aussi évolué. Entre le début et la fin du roman, on ne voit plus rien de la même manière. C'est un véritable tour de force que réalise Cat Clarke, une manoeuvre dont je suis particulièrement - et totalement - admirative. Elle parvient à nous retourner, à tout chambouler de ce qu'on pense, sans pour autant le faire brutalement. En douceur, mettant l'accent sur la réflexion et le recul. Bref, j'abaisse mon chapeau ! *clap* *clap* *clap* Cat Clarke n'épargne rien, ne nous épargne rien. Le tout renforcé par une plume fluide et directe, simple et qui va au coeur des choses. On ne passe pas par quatre chemins pour dire ce qui est à dire. Le langage est parfois cru, presque vulgaire, mais c'est ce qui lui donne sa force et sa justesse. C'est ce qui fait qu'on s'y retrouve et qu'il suffit de fermer les yeux pour se croire en présence d'Alice, Cass, Rae, Polly et Tara, quelque part entre l'Ecosse et l'Angleterre. Et c'est pour ça qu'il garde sa fraîcheur et son authenticité. 

Cruelles, je pourrais en parler pendant des heures. Mais toutes les bonnes choses ont une fin, et pourquoi dire en mille lignes ce que je peux vous écrire en - à peine - une : ne passez surtout pas à côté ! Parce que c'est cruel et parce que c'est bon. Et Cat Clarke est juste une auteure oufissime qu'il est grand temps de découvrir. Bientôt, je prédis que tout le monde aura son nom sur les lèvres. Ce ne serait que justice Craquez, succombez, communiquez ! Un roman R qui ne vous laissera pas indifférent - comme bien d'autres de la collection ;) D'ailleurs, mention spéciale à toute l'équipe de la collection : ils font des découvertes formidables et un travail de titans. Pour les lectures, pour les émotions, et pour tout le reste, je leur adresse un énorme merci

Et s'il ne fallait qu'une citation pour vous convaincre : 
"C'est trop bizarre, cette façon dont la mort peut réécrire les règles : des gens qui ne se sont jamais parlé de leur vie peuvent soudain se retrouver à pleurer ensemble, et d'autres autrefois proches ne plus supporter d'être dans la même pièce. A moins que le décès de Tara soit différent ? Difficile à affirmer."



N'oubliez pas, 
on retrouve Cat Clarke en octobre :D J'ai tellement hâte ! Ce sera l'heure de la Revanche :p