-->

Mes dernières chroniques :

https://liredelivres.blogspot.fr/2017/05/corbeaux-juliette-lemaitre-manipulation.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/05/operation-pantalon-cat-clarke.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/04/passenger-tome-1-alexandra-bracken.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/04/graces-tome-1-laure-eve.htmlhttps://liredelivres.blogspot.fr/2017/03/demain-nest-pas-un-autre-jour-robyn-schneider.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/03/la-tour-aux-mille-etages-katharine-mcgee.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/02/phobie-douce-john-corey-whaley.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/02/coeurs-brises-tetes-coupees-robyn-schneider.html

mercredi 26 septembre 2012

=> Insaisissable, tome 1 - Tahereh Mafi <=

Le temps de présenter cette chronique et d'en faire la mise en page, il faut que je trouve par où commencer pour vous parler de ce formidable roman qu'est Insaisissable, tome 1 - Ne me touche pas de Tahereh Mafi ^^ [comme une envie de prendre mon temps pour le coup, parce qu'il y a tellement de choses à dire :) ]


Editeur : Michel Lafon
Genre : dystopie & fantastique

Public : dès 15 ans

Nombre de pages : 376
Date de parution : 04/10/2012
Prix : 16,95 €

Résumé :

"JE SUIS MAUDITE
J’AI UN DON

JE SUIS UN MONSTRE
JE SUIS PLUS FORTE QU’UN HOMME

MON TOUCHER EST MORTEL
MON TOUCHER EST POUVOIR

JE VEUX QU’IL ME TOUCHE
IL NE DOIT PAS M’APPROCHER

JE SUIS LEUR ARME
JE ME VENGERAI"


Avis :
Attention, ça envoie !! Pour moi, Ne me touche pas est juste le roman YA de la rentrée littéraire [si, si] parce qu'il a quelque chose de neuf, d'enivrant et qu'il est mené par une plume qui vous fait fondre dans le roman. On a déjà connu la sensation d'être pris dans une intrigue, mais là, je vous assure que c'est différent.

Lorsque Juliette touche quelqu'un, elle peut le tuer. Du jour au lendemain, la jeune fille a donc été enfermée dans un espèce de centre où elle se retrouve seule. Seule avec elle-même et les chiffres, seule avec les souvenirs d'un incident qu'elle aimerait oublier. Seule, jusqu'à ce qu'arrive Adam. Il est le même que celui qui la protégeait à l'école. S'en souvient-il ? Il y a si longtemps qu'elle n'avait vu personne que Juliette ne sait comment réagir. Elle veut lui parler, lui poser des questions, mais surtout le toucher... L'arrivée d'Adam dans ses 4 murs [ou sa cellule, appelons un chat un chat, hein ^^] bouleversera sa vie à jamais, même si aucun ne sait encore comment...

Pour commencer, si je choisissais un livre juste à sa couverture, j'aurais pris Ne me touche pas sans hésiter. D'abord, la première de couverture est magnifique, il y a un vrai clin d'oeil au titre de la trilogie, puisqu'il s'agit d'une jeune fille qui tourne le dos, sa main tendu derrière elle comme si elle attendait qu'on la prenne, qu'on la saisisse. Ensuite, il y a la texture. La couverture est lisse, douce, pas en simple carton comme on le sent parfois. Et là encore, j'y trouve un contraste avec le titre du tome cette fois parce qu'on a envie de toucher la couverture, de passer ses doigts dessus. Elle a un effet très tactile. Bref, un très beau travail que je salue bien bas !
Bien qu'il s'agisse d'un roman de dystopie, j'ai trouvé que le côté fantastique, avec lequel le genre était formidablement bien mixé, était davantage mis en avant. L'auteure appuie très peu sur les critères de son nouveau monde. On sait juste que c'est un chaos complet, et c'est suffisant pour nous y plonger jusqu'à la moelle. D'autant que l'écriture de Tahereh Mafi est juste addictive, nous saisit avec une telle facilité ! Les mots répétés, le rythme, les actions qui se succèdent, les interrogations qui planent, les non-dits,donnent au roman une ambiance électrisante, un brin parano, tellement saisissante [je crois que je vais le répéter souvent ça :p ] qu'on est dedans à chaque mot de chaque ligne. Poétique par moments, hypnotique à d'autres instants, Tahereh Mafi nous ensorcèle littéralement de sa plume. C'est vif, c'est aiguisé et c'est complètement prenant ! Ce n'est pas vous mentir que vous dire que l'intrigue est formidablement bien menée, ficelée avec brio et efficacité. Si on le pouvait, on voudrait lire le roman d'une traite, sans s'arrêter, parce que l'auteure ne nous donne pas envie de nous arrêter. On en veut toujours plus, aller derrière chaque page, découvrir plus en profondeur les secrets de Juliette et aussi ceux d'Adam, ou encore de Kenji [j'ignore lequel des deux m'a le plus plu ^^], comprendre les tenants et les aboutissements de ce chaos, et Warner... OMG, lui par contre, il m'obsède ! Ha, ha, j'ai un faible pour les mauvais [si vous ne le saviez pas déjà ;)].
L'auteure fait tout pour maintenir le personnage de Warner dans un flou qu'on crève d'envie de désépaissir. C'est simple, il m'intrigue au plus haut point et j'espère vivement que le deuxième tome [Ne m'échappe pas] me permettra d'en apprendre plus sur lui ^^ Quant aux trois autres, on les apprécie tous pour leurs différences, entre Juliette qui rougit de partout, Adam qui a tout du chevalier servant et Kenji qui est juste hyper décontract'. Chacun d'eux a une personnalité différente ce qui permet de s'identifier à tous, et en même temps d'avoir plus d'affinité avec l'un ou l'autre. J'ai aimé leur complexité, leur mystère, et j'ai admiré leur jeu. Tahereh Mafi arrive à rendre le personnage de Juliette intéressant sans en faire quelqu'un qui nous inspire de la pitié parce qu'elle ne peut se permettre de contact physique et vit complètement seule sur une Terre quasi réduite à néant. Non, en fait, Juliette n'inspire à aucun moment de la pitié, plutôt de la force et du courage, de l'audace et du caractère. Kenji et Adam apporte tout deux quelque chose de plus au roman : l'un de la bonne humeur, un peu d'humour, et l'autre le rêve et l'espoir. Bref, un peu de beauté dans un monde gris et plein de bruts :)

Voilà, pour toutes ces raisons [en espérant n'en oublier aucune], je suis fan de Ne me touche pas, même déjà de la trilogie ^^, et de Tahereh Mafi par la même occasion, parce que l'un ne serait rien sans l'autre ;) Saisissez ce roman plein de force, plein de profondeur, à l'atmosphère oppressante et fascinante. Saisissez l'Insaisissable ! [il fallait que je me permette ce jeu de mots :lol: ]

Et s'il ne fallait qu'une citation pour vous convaincre, pour vous donner un aperçu de la merveilleuse plume de Tahereh Mafi :
"Il y a des secrets partout. 
Il n'y a de réponse nulles part."


Un énorme merci aux éditions Michel Lafon, grâce à qui j'ai pu lire ce roman ! 
N'oubliez pas qu'il sort le 4 octobre !!

jeudi 20 septembre 2012

=> Hors Limites - Katie McGarry <=

Pour continuer sur une histoire intense, j'ai choisi Hors Limites de Katie McGarry ! Nom de D*** ce roman !!


Éditeur : Harlequin
Collection : Darkiss
[Lien éditeur] - [Page facebook]
[Extrait]
Genre : romance YA
Public : dès 15 ans
Nombre de pages : 496
Date de parution : 01/06/2012
Prix : 14,10 €

Résumé
"Echo. Noah. Chacun a vécu un drame. Chacun survit à sa façon. Echo s'efforce de revenir à la vie "normale" ; Noah, au contraire, ne fait plus confiance au "système" et accumule les provocations. Ils pourraient se haïr, tant ils sont différents. Pourtant, le hasard va les rapprocher. Les obliger à chercher qui ils sont vraiment. Ils vont s'aimer. Des sentiments si purs qu'ils les réconcilieront avec les autres. Et surtout avec eux-mêmes."

Avis
Je commence à me dire qu'il serait bon que je reprenne les cours, pour ne plus lire autant ! Sérieux, j'aurais aimé passé plus que deux malheureux et petits jours sur ce bouquin. Hors Limites, j'aurais voulu le garder pendant des jours, me délecter de son intensité pendant des heures... Enfin, la magie a toujours une fin.

Echo et Noah. Noah et Echo. Deux jeunes gens que tout sépare, elle l'ex-star du lycée et lui le camé qu'on approche pas. En apparence, ils n'ont rien de commun. Pourtant, tous deux ont vécu un drame. L'une ne se souvient de rien, l'autre s'en souvient trop. Ensemble, ils vont se battre pour s'accepter et s'aimer, pour reprendre pieds dans la vie. Et, surtout, ils vont tomber amoureux...

Sans mystère, je vous le lâche de suite : ce roman est une merveille ! Noah et Echo sont deux personnages fascinants, tellement forts, tellement profonds. Noah pour commencer, ce bout en train prêt à tout, qui m'a émue aux larmes et presque faite pleurer [dans le bus, devant tout le monde...], cet amoureux taquin aux surnoms un brin fantastiques, tellement appropriés, ce personnage blessé, trahi, qui s'en veut autant qu'il en veut au "système" qu'il l'a rendu ainsi. Echo, son visage caché derrière ses cheveux roux, cette farouche jeune fille au passé nébuleux, au nom mythique, cette amoureuse passionnée qui apprendra doucement à devenir elle-même, cette répartie amusante et inattendue. Elle aussi elle m'a touchée. Noah et Echo sont deux personnages qui s'assemblent, l'un n'est pas sans l'autre. Ils m'ont touchée par leur beauté, par leur fêlures, par leur force et surtout leur volonté. Et c'est face à leur amour que j'ai pleuré, l'amour qu'ils portent aux autres, comme celui qu'ils se porteront. Ils sont magnifiques, tout simplement. Et la couverture leur rend formidablement justice.
D'ailleurs, le roman est à la voix de chacun. Noah s'exprime sur un chapitre, Echo sur l'autre, et ainsi de suite. Cette narration à deux voix a quelque chose d'entraînant. Elle nous permet de constater l'évolution des personnages, tant des yeux de lui-même que de ceux de l'autre. On en retire la sensation d'être partout, d'avoir la chance de tout voir. Et pourtant aussi, l'inquiétude de ne pas savoir parfois, quand l'un perd des yeux l'autre... C'était ensorcelant, mais n'est-ce pas là le charme des sirènes ? ^^
Quant à l'intrigue, elle est intense. Elle nous fait bouillir, nous saisit et nous retourne. L'histoire pourrait sembler banale, presque déjà vu même. Le mec marginal qui finit par sortir avec la princesse du lycée. Détrompez-vous. Katie McGarry raconte cette histoire d'amour avec tant de facilité, avec des mots si délicats que vous avez l'impression de tout revivre une première fois. Chaque instant a quelque chose de pressant, chaque étreinte vous file des frissons, chaque mot vous ancre davantage au roman. Katie McGarry a une plume poignante, qui vous pénètre et vous fait pénétrer dans l'histoire. Quand l'histoire se gâte, on veut rentrer dans le bouquin et secouer tout le monde comme des pruniers, claquer celui qui nous fait rager et rapprocher plus encore Echo et Noah [moi aussi je veux un câlin...]. Le langage est adapté aux personnages, ce qui peut paraître légèrement choquant au départ [quoi que], mais on finit par s'y habituer, parce qu'il est naturel, simple et sans chichi. On ne cherche pas à nous embobiner, on veut juste nous plonger dans la vie de ces deux jeunes, dans leur tête, puis dans leur amour. Effet 100% réussi, tant j'ai été conquise par Hors Limites !! Et les surnoms que donnent Noah, tels que "nymphe" ou "sirène"... je les ai trouvé bien placés. Il y a une certaine place laissée dans le roman à la mythologie, d'où Echo tient d'ailleurs son prénom. Cela donnait au roman une autre allure que la simple histoire d'amour entre deux êtres compliqués, apportant un peu de richesse et de magie, tout en mettant en relief la dépendance de Noah pour Echo.
Tout est à prendre et rien n'est à jeter. J'ai aimé lire ce livre de la première à la dernière page, bien que je me sois mordue les doigts d'être arrivée à la fin si vite... Mais, quand j'ai fermé le livre, je me suis sentie bien [un peu quand même ^] : l'histoire prend fin et il n'y a pas de sentiment de vide, comme cela le fait parfois quand je trouve une histoire incomplète. J'ai l'impression d'avoir vécu quelque chose d'unique, d'intense, de magique. Le genre de chose dont on se souviendra toujours, mais qui n'arrive qu'une fois. Et pour sûr, je ne suis pas prête d'oublier Hors Limites.

Enfin, s'il ne fallait qu'une citation pour vous convaincre [et si seulement je n'en avais noté qu'une... ♥] :
"Elle a baissé la tête. J'ai continué à coiffer sa chevelure soyeuse, en écoutant les oiseaux se faire la conversation. Les épaules de ma sirène ne bougeaient pas.Aucune larme ne coulait sur ses joues. La pire manière de pleurer n'est pas forcément la plus évidente. Rien à voir avec les lamentation qu'on entendait parfois devant un cercueil. Non. Le pire, c'est quand on pleure à l'intérieur et qu'on est inconsolable. Aucun mot, aucun geste, aucune pensée ne peut guérir une âme en deuil. Il y a toujours des séquelles, une cicatrice, un bleu au coeur."


L'avez-vous lu ? L'avez-vous aimez ? 
Sinon, qu'attendez-vous ?

J'ai lu sur la toile qu'il y aurait sûrement un deuxième livre : Dare to you, qui serait cette fois centré sur Beth, la meilleure amie et soeur de coeur de Noah !! Ce serait super que ce livre paraisse vraiment, il me plairait beaucoup de découvrir ce personnage, dont l'évolution au cours du roman est aussi importante... A suivre donc ^^

mercredi 19 septembre 2012

=> La Sélection - Kiera Cass <=

Histoire de changer un peu après Sarah Dessen, je me suis remise à la dystopie !


Éditeur : Robert Laffont
Collection : Collection R
[Lien éditeur]
Genre : dystopie
Public : dès 15 ans
Nombre de pages : 360
Date de parution : 12/04/2012
Prix : 16,90 €

Résumé
"Elles sont 35 jeunes filles : la Sélection s'annonce comme l'opportunité de leur vie. L'unique chance pour elle de troquer un destin misérable contre un monde de paillettes. L'unique occasion d'habiter un palais et de conquérir le coeur du prince Maxon, l'héritier du trône.
Mais pour America Singer, cette sélection relève du cauchemar. Cela signifie renoncer à son amour interdit avec Aspen, un soldat de la caste inférieure. Quitter sa famille. Entrer dans une compétition sans merci. Vivre jour et nuit sous l'oeil des caméras... 
Puis Amercia rencontre le Prince. Et tous les plans qu'elle avait échafaudés s'en trouvent bouleversés..."

Avis :
Je ne sais pas comment je vais me remettre d'un roman pareil ! Enfin, non pas que je n'aie jamais lu de romans qui m'entraînent et me retournent comme La Sélection, mais cela a toujours un effet nouveau sur moi, comme une première fois. Parce que chaque roman ne frappe pas au même endroit et ne nous entraîne pas de la même façon... Retour sur un coup de coeur :

America Singer est une 5, une artiste. Aspen est un 6, il travaille pour les autres. Ils ne peuvent pas s'aimer, n'en ont pas le droit, mais se l'autorisent quand même. Cependant, la Sélection va venir mettre des bâtons dans les roues de leur idylle. America est l'une des 35 jeune filles retenues pour participer à cet évènement. Elle rencontrera le prince Maxon et pourrait devenir la future reine d'Illéa. Pourtant, la jeune fille n'envisage pas un instant de tomber amoureuse de sa Majesté, ni même d'être celle qu'il choisira parmi ses concurrentes. Mais qui a dit qu'on choisissait quand l'amour nous tombait dessus ?
Afin de rester en bon terme avec le peuple, le roi et la reine d'Illéa ont décidé qu'ils marierait leur garçon avec une jeune fille du peuple. Et pour leurs filles, qu'elles épouseraient des princes des territoires avoisinants. Sauf qu'il ne naît plus que des princes... Afin de lui faire choisir une épouse, le roi et la reine organise la Sélection, l'occasion pour 35 jeunes filles de rencontrer le prince et de peut-être devenir son épouse. Une sorte de Bachelor ;) Pour les jeunes filles, c'est le moment de sortir de leur caste, encore plus quand elles sont 5, 6 ou 7... L'occasion d'oublier leur misère et d'avoir un avenir. Ou bien de perdre ce qu'elles avaient.

J'ai été rapidement prise par l'intrigue de cette dystopie, fabuleuse soit dit en passant ! Le monde créé par Kiera Cass est coupé et mis en place avec beaucoup de finesse. L'effet est très réussi et vite saisissant. On comprend facilement le rôle des castes, allant de 1 [L’Élite] à 8 [les sans-abris, qui ne sont voués à rien], et en même temps on voit toute la perversité de ce système... Imaginez un peu : vos parents sont doués pour telle chose, et c'est cela qui déterminera la caste de votre famille, qu'importe ce que vous vous en pensez. La classe 5 est celle des artistes. Chez America, ses parents sont artistes, et tous sont destinés à l'être également. Chez Aspen, classe 6, tout le monde sert les autres. C'est quand même tordu, hein ? Pourtant, c'est ainsi que fonctionne Illéa, ce qu'il reste des États-Unis dans le futur de Kiera Cass.
America est un personnage dont on tombe vite sous le charme. Parce qu'elle a envie d'être elle-même et est elle-même quoi qu'il arrive. On est séduit par sa force de caractère et sa confiance en elle. Le lecteur peut s'identifier aisément à elle, dans son amour pour Aspen et dans leur relation. Quand vient la Sélection, on est aussi désarçonnée qu'elle et quand les résultats sont donnés, je n'en parle même pas. Et lorsqu'on croise Maxon...  [je n'en dirais pas plus ^^] Et Kiera Cass ne se contente de nous faire seulement connaître un personnage. A travers les yeux d'America, nous sommes en plein dans la Sélection, au milieu de filles prêtes à tout pour la couronne ou l'amour du prince, au milieu de pimbêches superficielles, de jeunes filles plus amicales,... On les découvre une à une, peste ou amie, vipère ou confidente. Surtout, on voit les autres castes, les mentalités différentes et la vie que chacun mène. America au milieu de tout ça a ce don de rester elle-même et de ne pas accorder de regard à la situation de chacune. De toujours exprimer ce qu'elle pense, qui que soit son interlocuteur [à bon entendeur, Maxon :p ]. Je trouve que par le biais d'America, l'auteure nous fait une belle démonstration de la tolérance, même si ce n'est peut-être pas le but premier du roman...
Les décors de La Sélection sont vraiment somptueux. La force des détails de l'auteure et sa plume pour la description nous font entrer dans le palais d'Illéa et dans la Sélection comme si nous y étions vraiment. Le lecteur est littéralement plongé dans le roman et dans l'histoire qu'il nous offre, à la fois pleine de doutes, de raison et de sentiments. L'amour d'America et d'Aspen est si intense! Puis plus tard, quand la Sélection a commencé, entre toutes ces jeunes filles qui se pâment devant le prince Maxon ou encore quand il s'agit d'avoir des nouvelles de sa famille, qu'on ne voit plus. Le roman est empli de moments forts, sincères. Kiera Cass sait parler de sentiments, joyeux comme malheureux, positifs ou négatifs.
Pour parler de la Sélection en elle-même, c'est un évènement dont on comprend vite l'importance. Observer toutes ces filles s'affronter [gentiment...] pour le prince [ou sa couronne], les imaginer soudain sorties de leur anonymat pour être montrées devant tout Illéa, puisque la Sélection est organisée comme un jeu télé [Ah, je ne vous l'avais pas dit ? ^^], voir la compétition monter en elle,... Kiera Cass a su poser comme il faut son idée et les règles de la Sélection. Les enjeux et les conséquences nous apparaissent au fur et à mesure. D'autant plus que le nombre de participante commence à se réduire, que les départs s'accumulent et que l'inquiétude des jeunes filles grimpe. Et le prince dans tout ça est juste... attendrissant. Lui-même comprend doucement les enjeux de la Sélection, bien que son point de vue soit différent. C'est un personnage fort, capable d'une grande réflexion sur lui-même, ce qui était assez intéressant. Quant à la relation qui va naître entre lui et America, elle m'a faite fondre :) Elle a quelque chose de si profond. Le prince s'avère loin des préjugés qu'en possèdent les jeunes filles et c'est impressionnant de le voir s'affirmer petit à petit, contre l'idée que certaines pouvaient s'en faire.

La Sélection est une dystopie encore bien différente de celles que j'ai lues jusqu'à présent. Il n'est que peu question de technologies ou d'avancées dans ce roman. On se concentre davantage sur les aspects politiques et on redécouvre une vie de tous les jours pour des jeunes dont le quotidien a changé du nôtre. L'effet est impressionnant et entraînant, magique et captivant.

Et s'il ne fallait qu'une citation pour vous convaincre, ce serait celle-là : "S'il y avait pénurie de vivre, si vos parents avaient le ventre vide et si vous saviez que certaines personnes gagnent en un jour ce que vous mettez toute une vie à gagner, que feriez-vous ? Jusqu'où iriez-vous pour ceux que vous aimez ?"

Entrez dans la Sélection !

dimanche 16 septembre 2012

=> Te revoir un jour - Sarah Dessen <=

Il fallait sans douter, un Dessen [comme je prends l'habitude de les appeler] ne me reste pas longtemps entre les mains. Enfin, j'aurais tout fait pour faire durer mon plaisir, mais il n'empêche, j'ai fini Te revoir un jour...


Éditeur : Pocket Jeunesse
[Lien éditeur]
Genre : roman
Public : dès 15 ans
Nombre de pages : 480
Date de parution : 16/05/2012
Prix : 18,20 €

Résumé
"Après le divorce de ses parents, Mclean n'a cessé de déménager avec son père : quatre villes en deux ans, autant d'occasions pour se créer une nouvelle identité, et oublier son ridicule prénom et toute l'histoire qui va avec... Au revoir, Mclean ! Bonjour, Lizbet la gothique, Eliza la cheerleader, Beth l'hyperactive... Cette fois, pourtant, la jeune fille hésite à se cacher. N'est-il pas temps de découvrir qui elle est vraiment ? David, le garçon d'à côté, pourra peut-être l'aider..."

Avis
 Quand on connaît déjà l'auteure, impossible de résister à une de ses sorties. Quand on ne connaît pas... on finit par craquer un jour ou l'autre, si c'est notre genre. Ou pas. En tant qu'adepte du style, laissez-moi vous convaincre de succomber ! 

Depuis le divorce de ses parents, Mclean Sweet fuit sa mère, son passé en suivant son père, qui est devenu consultant culinaire à l'explosion de son mariage. De ville en ville, Gus, son père, remet des restaurants à flot, et ils repartent une fois le miracle arrivé. En deux ans, Mclean a déménagé quatre fois. Trois fois, elle s'est créée de nouvelles identités, changeant son prénom, changeant d'apparence et de personnalité. Cependant, elle n'y parvient pas en arrivant Lakeview. Première erreur : elle donne son vrai prénom, qu'elle rectifie toujours par un diminutif depuis deux ans. Et s'il était temps pour Mclean de se redécouvrir ? 

Comment dire ? J'aime Sarah Dessen ! Ses livres, son écriture, sa manière de dire les choses, ses personnages... Elle est juste talentueuse et unique dans le domaine de la représentation d'adolescents blessés, écorchés, qui se cherchent, qui veulent se trouver. On pourrait croire que ses romans deviennent lassant, avec cet attachement et cet attrait pour les personnages détruits par la vie de tous les jours, par les petits évènements qui la bouleversent parfois. Pourtant, Sarah Dessen sait toujours avec brio rendre chacun de ses romans et chacune de ses histoires uniques, vraies et sans aucun pathos. Grâce à sa plume simple, sans artifice, et à ces mots, ces émotions qu'elle sait toujours décrire comme il le faut, à tel point qu'on le ressent également en dehors des pages. Sans compter ses personnages, justes de la pointe des cheveux au bout des pieds.
Une fois n'est pas coutume, je suis tombée sous le charme de son héroïne, Mclean. J'ai craqué pour son histoire, pour sa vie. J'ai compris ses refus, ses craintes, son besoin de fuite. Je me suis identifiée à elle, rapidement séduite par son authenticité et sa fragilité, ses forces et ses faiblesses. C'est ironique, quand on sait à quel point Mclean se cache. Tantôt Beth, tantôt Eliza. Mais, n'auriez-vous pas envie de fuir, d'être quelqu'un d'autre, si votre identité volait en éclat, si vous ne trouviez plus ni place ni repère dans votre monde ? Bref, j'ai aimé Mclean et les instants que j'ai pu partager avec elle. Ce qu'elle a appris, je l'ai appris aussi. Ce qu'elle a enduré, je l'ai enduré aussi. 
L'histoire, somme toute, est celle d'un quotidien de plus en plus réel. Un divorce, un père qui s'en va, une mère qui trouve un autre mari. Et l'enfant dans tout ça ? Mclean tient sa mère pour responsable du divorce, leurs relations sont tendues, pleines d'attentes et de regrets, elle part donc avec son père. Plus d'attache, plus de lien. Personne ne la connaît dans les nouvelles villes qu'ils traversent. Alors Mclean préfère changer d'identité, éviter les attaches et les adieux. Comme son père, elle fuit les contacts, les personnes, les engagements. Parce qu'ils n'ont pas le temps, et avant tout pour ne pas souffrir. Sur fond de basket, d'études et de restauration, Mclean se redécouvre et apprend à accepter son passé, entourée d'amis qu'elle n'aurait pas pensé se faire. Deb [elle n'a cessé de me surprendre], David, Riley, Heather, Opal, tous ces personnages vont réconcilier Mclean avec son passé, avec son avenir et avec elle-même. Et même si leurs rôles ne sont que secondaires, on craque pour chacun d'eux aussi, terriblement sincères, terriblement entiers. 
Autre chose, pour vous prouver la force du roman, une citation [ce n'est pas la seule que je garde du roman ;) ] : "On est tous quelqu'un en puissance." En lisant ces mots, je sais pas, quelque chose m'a traversée et je me suis sentie prise par un souffle nouveau, je me sentais moi-même quelqu'un en puissance. J'ai eu envie d'y croire et de m'approprier cette phrase. Pas vous ? 

Je n'aurais plus qu'un verbe : craquer. Craquez pour ce tourbillon d'émotions, pour cette justesse, pour cette auteure. 

Te revoir un jour, un jour dans vos mains ?

vendredi 14 septembre 2012

oOo Aujourd'hui c'est ... Musique ! oOo

Je le disais : plutôt qu'un rendez-vous quotidien ou hebdomadaire qui existe déjà sur d'autres blogs, je voulais lancer mon truc... Et bien ça commence aujourd'hui :) Du coup, j'intitule le truc "Aujourd'hui c'est ..." [Je ne suis pas du genre à me casser la tête xD ]

Ainsi, voici une petite sélection que j'aime bien écouter. En lisant, en marchant, en écrivant,... un peu tous les jours quoi ^^ Que j'ai pu découvrir dans un livre, dans un film, au hasard de l'internet... Peut-être que vous en connaitrez certaines [qui sait ?] ! Et n'hésitez pas à me faire partager les vôtres :)

In my veins - Andrew Belle
Safe and sound - Taylor Swift ft The Civil Wars

mardi 11 septembre 2012

=> 18 Lunes - Kami Garcia & Margaret Stohl <=

Voilà, je l'ai fini... Autant vous dire que plus je voyais les pages de droite se réduire, plus je commençais à ralentir le rythme de ma lecture. Sauf que j'étais tellement dedans que la tentative fut vaine... --" Il n'empêche, j'ai quand même savouré chaque page :) Et, relativisons : le fait de l'avoir tout juste finit me rendra l'attente de 19 Lunes moins longue ;) [ou pas... ARGH !!! Sérieusement, il devrait être interdit de finir un livre comme ça x) ]


Éditeur : Hachette Livre
Collection : Black Moon
[Lien éditeur]
Genre : fantastique
Public : dès 14 ans
Nombre de pages : 576
Date de parution : 19/10/2011
Prix : 18 €

Résumé
"Je pensais que rien ne me surprendrait plus. Jamais. 
Que Lena et moi avions connu le pire, survécu à l'impossible. Mais ces derniers temps, notre bonne vieille bourgade de Gatlin est en proie à une série de fléaux dignes de l'Apocalypse. 
Il y a aussi ce cauchemars et ces visions étranges qui ne cessent de me hanter. Et toutes ces choses que j'oublie, ces moments où je ne me reconnais plus moi-même. 
La malédiction de la lune, les Enchanteurs des Ténèbres, la Garde Suprême, quelle est ma place, à moi, dans tout cela ? 

Aimer envers et contre tout. Même son propre destin ?"

Avis
Avant de commencer ma lecture, j'attendais beaucoup de ce tome. La saga des Lunes est une série qui a été tellement revigorante au moment de sa sortie que j'ai parfois peur que son effet ne s'essouffle, qu'elle finisse par tomber comme un soufflé. J'ai été ravie de voir que ce ne serait pas le cas avec ce tome-ci :) [Sauf que 19 Lunes sera le dernier... :cry: ]
J'ai apprécié de retrouver tous les personnages de Kami et Margaret dans une ambiance toujours différente. Lena, revenue de la barrière, Macon, fidèle au poste, Link, en plein rêve, Ridley, rebelle quoi qu'il arrive, Ethan, le même et pourtant si différent, Amma, la Voyante torturée, Liv, en ébullition, Marian, les tantes... On ne va pas refaire une liste des personnages{ou presque...] Et j'ai aussi adoré leur nouveau côté. Dans 18 Lunes, on découvre certains personnages plus profondément, comme Liv, John, Ridley et Link, et même Amma je dirais. Sans oubliez Sarafine. J'ai trouvé grandiose de pouvoir en apprendre plus sur ce personnage, qui se présent comme bien complexe à chacune de ses apparitions. Bien sûr, on reste dans la tête d'Ethan, mais Ethan voit tellement de choses qu'il ne passe pas à côté des changements de son entourage, qu'il soit ou non le bienvenu [Une pensée pour toi, John x) ] C'était saisissant de voir soudain Rid humaine, de se dire qu'enfin peut-être elle accepterait son amour et l'amour de Chaud Bouillant [allias Link ;) ]. D'ailleurs, je dirais qu'il n'y avait pas que cette partie du roman qui était saisissante, mais le roman dans son ensemble. Retrouver Ethan et Lena ensemble, ça n'avait pas de prix ♥ Les mots et les descriptions des auteures faisaient sans cesse des miracles, donnant une réalité profonde et une émotion sincère aux différents évènements qui se produisent à Gatlin, dans la vie des personnages... La fin surtout m'a prise aux tripes [j'en avais les yeux humides] : les paroles et la douleur des personnages étaient si vraies. D'une page à l'autre, je passais du sourire aux larmes, avide de croire comme tous à un dernier espoir, une autre solution...
L'histoire en elle-même est juste captivante, retournante, bouleversante. La lire, c'est ne pas vouloir s'arrêter. Après l'Appel de Lena lors de sa Dix-Septième Lune, l'Ordre des choses a été chamboulé et le Chaos s'invite à Gatlin sous différentes formes : pouvoirs incontrôlables pour les Enchanteurs, catastrophes, invasion animale, changement climatique... Gatlin prend des airs de fin du monde. Gatlin s'effiloche, se perd, se modifie. Tant que l'Ordre des choses ne sera pas réinstaurer, les choses empireront, jusqu'à ce que ce soit la fin. Notre bande d'amis cherche donc la solution, pour mettre en place un Nouvel Ordre des choses. Facile à dire ! Le chaos créé par Margaret et Kami est superbe. Il y a une telle détresse dans le roman, la sensation omniprésente que tout ce qu'on fait peut-être la dernière chose que l'on fera que cela rend chaque instant entre les personnages plus poignant, chaque émotion plus profonde. Et alors que chacun cherche une solution, le lecteur est là derrière, et la cherche aussi. Je l'ai cherchée à m'en donner des noeuds au cerveau. Comme Ethan, je la sentais, j'y étais à deux doigts, mais elle me restait toujours sur le bout de la langue. Jusqu'à ce que John intervienne, et que comme Ethan, je comprenne. A l'image du personnage principal, dans ce roman, nous sommes tour à tour bouleversé, perdu, ivre d'amour, passionné, abattu, en plein doute, puis tout à coup sûr de nous.
A chaque page, on plonge avec délice dans l'univers des Enchanteurs, dans Gatlin, dans les secrets des personnages. On se lie d'affection, sauf pour certains, et on apprend à en comprendre d'autres. Doucement, les rouages d'une machination effrayante se dresse devant nous, mais qui sommes-nous, pauvres lecteurs Mortels, pour intervenir ? Alors on regarde, on subit, comme tous, perdu entre mélancolie et dernière chance. Mais il faut réparer l'Ordre des choses. Une phrase dans le livre disait : "Certaines décisions sont prises avant qu'on ne les prenne." C'est exactement ça. Je trouve que 18 Lunes nous apprend beaucoup de choses, non seulement sur l'univers inventé par Kami Garcia et Margaret Stohl, non seulement sur leurs personnages, mais aussi sur la vie en général.

Un roman a coupé le souffle, qui vous fera vivre intensément chacune de ses lignes !

jeudi 6 septembre 2012

=> Insaisissable - Tahereh Mafi <=

Non, il n'est pas encore sorti. Non, je ne l'ai pas encore dans mes mains... Mais, qu'est-ce qu'il me tente déjà *_* Il sent LE roman YA de la rentrée littéraire. Alors je décide qu'une présentation s'impose ! ^^ Ne serait-ce que pour vous faire découvrir ce coup de coeur ♥ coup de foudre ♥ J'ai nommé Ne me touche pas (Insaisissable - tome 1) de Tahereh Mafi :)


Editeur : Michel Lafon
[Page facebook] [Lien éditeur]
Genre : romance
Public : ados - YA
Nombre de pages : 376
Date de parution : 04/10/2012
Prix : 16,95 €

Résumé : 
"« Ne me touche pas », je lui murmure. Je mens mais ne lui dis pas. J’aimerais qu’il me touche mais ne lui dirai jamais. 
Des choses arrivent quand on me touche. 
Des choses étranges. 
De mauvaises choses. 
Des choses mortelles."





Maintenant, dites-moi comment ne pas craquer devant cette merveille ? *_* La couverture [a priori] définitive serait la quatrième, en bas à droite ^^ Entre le résumé et ça, je suis sous le charme ! Vivement le 4 octobre, non ? 

Edit : parce que je n'arrête pas de me mettre l'eau à la bouche avec les extrait. Lisez donc ! C'est juste magnifique ! Et cette mise en page... *_* 
Et Michel Lafon nous dévoile aussi un tout nouveau résumé ! [Ils sont géniaux ♥] Et la nouvelle, et pas des moindres, couverture ! C'est bien la quatrième qui a été retenue :) Vous ne trouvez pas d'ailleurs que celle-ci ressemble au titre ? La jeune fille de dos, Insaisissable ? Mais on a envie de lui courir après, de voir son visage [Je suis capable de m'inventer une vie avec une couverture comme ça moi ^^]

"JE SUIS MAUDITE
J’AI UN DON

JE SUIS UN MONSTRE
JE SUIS PLUS FORTE QU’UN HOMME

MON TOUCHER EST MORTEL
MON TOUCHER EST POUVOIR

JE VEUX QU’IL ME TOUCHE
IL NE DOIT PAS M’APPROCHER

JE SUIS LEUR ARME
JE ME VENGERAI"

Par ailleurs, Insaisissable - Ne me touche pas est le premier tome d'une trilogie dont les prochains titres seront : Ne m'échappe pas & Ne m'abandonne pas. J'en suis fan ! Toujours d'après le site de l'éditeur, le roman ferait 376 pages. De quoi nous régaler :)

Vous lirez ou ne lirez pas ?

=> Glitch - Heather Anastasiu <=

Pour ma première chronique, je choisis de vous présenter Glitch de Heather Anastasiu ! Parce qu'il sort aujourd'hui ;) Et surtout parce qu'il est vraiment bon.

Éditeur : Robert Laffont 
Collection : Collection R
Genre : dystopie
Public : dès 15 ans
Nombre de pages : 378
Date de parution : 06/09/2012
Prix : 16,90 €

Résumé
"Il y deux siècles de cela, l'humanité a payé au prix fort ses appétits démesurés lorsque le feu de mille armes nucléaires a littéralement rasé la surface de la planète. Sous terre, au sein de la Communauté, la souffrance et la guerre ne sont plus que de lointains souvenirs : des puces implantées dans le cerveau de ses membres ont permis d'éradiquer enfin toutes ces émotions qui ont bien failli mener les hommes à leur perte.
Lorsque la puce de Zoe, une adolescente technologiquement modifiée, commence à glitcher, des vagues de sentiments, de pensées personnelles et même une étrange sensation d'identité menacent de la submerger. La jeune fille possède un noir secret qui la mènerait à une désactivation définitive si jamais elle se faisait attraper : ses glitches ont éveillé en elle d'incontrôlables pouvoirs télékinésiques...
Sa liberté nouvellement acquise va toutefois lui donner des ailes et, tandis que Zoe lutte pour apprivoiser ce talent dévastateur tout en restant cachée, elle va rencontrer d'autres jeunes Glitchers : Max le métamorphe et Adrien, qui a des visions du futur. Ensemble, ils vont devoir trouver un moyen de se libérer de l'omniprésente Communauté et de rejoindre la Résistance à la surface, sous peine d'être désactivée, voire pire..."

Avis

Mon premier roman de la Collection R ! Enfin, je bave littéralement sur tous leurs bouquins, mais c'est le premier que j'ai lu [D'autres m'attendent dans ma PAL, bien entendu.] Comment ? Grâce à mon incroyable et formidable stage en librairie [je vous raconterais peut-être ça un jour ^^]
Passons ma vie, pour parler du roman, c'est quand même plus intéressant [et même beaucoup plus].

Glitch est une dystopie qui raconte l'histoire de Zoe. L'histoire se situe des années après la nôtre, dans un environnement ravagé par la guerre. Tant et si bien que l'Homme vit à présent sous terre, les dirigeants racontant au peuple qu'il est impossible de vivre à la Surface. Vous l'aurez compris, nous sommes à nouveau dans une dictature, où la lumière du soleil est elle-même interdite. La Communauté, comme elle s'appelle, contrôle tout le monde grâce à une puce implantée dans le cerveau à la naissance. Cette puce n'a d'autres effets que de relier chaque membre de la Communauté entre eux etd'empêcher tout sentiment, toute pensées, qui ne soient pas collectifs. L'idée est de préservé l'Homme de ses sentiments, de ses pensées, afin qu'il n'y ait plus de catastrophes. Mais peut-on complètement empêché un individu de ressentir quelque chose ? Le Glitch traduit un dysfonctionnement de la puce. Celle-ci bugge, s'arrête, soudainement, et la personne qui n'y est plus soumise est alors rattrapée par les sentiments, par sa propre conscience et non plus celle de tous. Zoe fait partie des Glitchers, sa puce bugge. Elle devrait le dire mais n'y arrive pas. Sauf que ce bug va lui permettre de découvrir des choses, et peut-être de comprendre tout ce que cache son monde. 

Attention ça fait mal [en positif bien sûr ^^] ! Après avoir lu moult dystopies [on y reviendra un jour :) ], je dirais que voilà du sang neuf dans cet univers. Quel souffle ! Glitch, à sa manière, pose de nouveaux codes dans la dystopie, s'éloignant de ce qu'on a déjà pu voir, de la simple fille du futur qui ne trouve pas sa place dans toute cette technologie et qui rêve d'ailleurs. Non, Glitch, ce n'est pas seulement ça. C'est plus !
C'est un suspens haletant, une course effrénée, un espoir, un appel à la vie. Zoe est un personnage auquel on s'identifie et s'attache encore plus vite. Elle est jeune, elle est perdue, elle n'est pas comme les autres. Elle est comme nous. On adore son besoin de savoir, sa curiosité et sa naïveté. On adore la voir expérimenter les sentiments. Et on les redécouvre avec elle. L'écriture de Heather Anastasiu est magique, dans les descriptions comme dans le récit. D'abord, elle nous maintient en haleine et nous plonge facilement dans son monde. Elle se lit sans trop de complexité, ce qui nous fait tourner les pages sans les voir et avec avidité. Parce que si on le pouvait, nous n'arrêterions pas de le lire. [Enfin, ç'a été mon cas ^^] C'était vraiment très bien fait de voir Zoe apprendre à vivre, apprendre les sentiments. Et du côté du lecteur, c'est comme s'il les ressentait pour la première fois. J'en avais des frissons, j'en avais des boules au ventre, j'en ai eu des sueurs.
Le livre en lui-même est juste saisissant. Du début à la fin, l'on s'interroge sur les personnages, sur leurs intentions, qu'il s'agisse de Zoe ou des autres Glitchers qu'elle rencontre, comme Max et Adrien, sur les secrets d'une telle population. On se sait pas où on va, mais on y va, parce qu'une voix nous dit que ça le vaut. Et la Surface, dite invivable, nous rend perplexe, l'Histoire, ce qu'il est s'est passé. Les rouages de la Communauté en somme. Parce que vue de prime abord, c'est vrai qu'elle a l'air parfaite, qu'elle semble détenir la solution [abolir les sentiments] pour rendre notre monde meilleur, mais quand on creuse et qu'on rentre vraiment dedans... Devant nos yeux, le possible résultat d'une guerre nucléaire. *OMG*. Vous voyez, c'est ce qu'il me plaît aussi avec une bonne dystopie comme Glitch : imaginer deux secondes [voire plus] que cela soit réellement le cas, penser aux extrêmes.

Prêt pour un autre monde ? Glitchez !



Bonne lecture à ceux qui feront l'expérience !
Et un énorme merci aux libraires de mon stage pour m'avoir permis cette découverte.

oOo Premier Pas oOo

Bonjour à tous [ou bonsoir, pour les visiteurs nocturnes !] & Bienvenue !
Je crois qu'il est important de débuter ce blog par une présentation, histoire que vous sachiez où vous mettez les pieds [plutôt les yeux]. Ensuite, on passe aux choses sérieuses !:mrgreen:
Voilà, vous venez d'atterrir sur le blog d'une fille [folle] consacré à sa passion, sa lubie : la lecture, les livres, les pavés, les romans,... Pas un jour ne passe sans que je lise, pas une sortie ne se passe sans que je n'ai un livre en main ou en tête. Je suis tombée dans les livres comme Obélix est tombé dans le chaudron de potion magique. Aujourd'hui, j'en suis ivre, j'en suis accro. Et je sais que je ne suis pas la seule ! Alors je suis venue partager mon hobbie ici, pour pouvoir rencontrer d'autres lectrices/lecteurs, échanger des avis et des goûts, découvrir toujours plus de romans [parce qu'il est évident qu'on ne peut pas tout lire :/ ].

Au programme : des chroniques, des livres, des sorties, des achats, des concours, des photos,... et ce qui me passera par la tête *lunatique*
Un jour, je vous raconterai comment tout est arrivé, quels ont été mes auteurs,... A la manière dont sur certains blogs l'on retrouve les "Top 10 du mardi" ou les "C'est lundi, que lisez-vous ?", je choisirai comme ça un jour dans la semaine pour poser une question, faire un article un peu spécial, ou autre. Je ne veux pas être dans la routine des autres blogs, et j'aime me démarquer.
Pour l'info, j'ai tenu un premier blog [teenagers-books.over-blog.com], mais c'était du scolaire, et j'ai eu du mal à m'y accrocher. Je renouvelle donc l'expérience maintenant que c'est la rentrée. Mais, dans un tout nouveau lieu !
J'ai beau avoir 22 ans, je suis restée [pour un bon moment, je pense] dans les livres pour ados et ce qu'on appelle aussi aujourd'hui les romans YA [Young Adults]. Pour le reste, je n'ai pas encore vraiment trouvé un roman qui m'accroche à un autre public. Bien sûr, j'ai essayé, mais j'ai parfois du mal à retrouver ce qui me plaît dans mes lectures ados. [Si vous avez des conseils...^^]
D'où vient le nom du blog (LisDelivres) ? [Oui, parce que je n'écris pas avec des fautes pour le plaisir, hein] Je crois que ce sera le sujet de mon article spécial de la semaine. Il vous faudra donc revenir pour le savoir :p
Que l'aventure livresque [j'adore ce mot] commence ! =D